Auteur Sujet: Chihayafuru  (Lu 64315 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hei

Re : Chihayafuru
« Réponse #315 le: 10 décembre 2014, 19:27:19 »
le début est pas aussi excitant que la série en elle même.
D'accord, par contre le début n'en est pas moins poétique et joli ! C'est une question d'intensité, pis de toute façon  :
Citer
Au delà des matchs, je trouve que les émotions des personnages et leurs relations sont tout aussi intenses.
On le ressent dès le début et c'est ce qui fait la puissance du départ  :D

Selty

Re : Chihayafuru
« Réponse #316 le: 11 décembre 2014, 23:10:34 »
Hei : Tout à fait ! les 3/4 premiers épisodes sont primordiaux pour comprendre pourquoi Chihaya s'accroche autant à ses souvenirs, et sur quels bases parfois instables a l'instar des premiers sentiments, se sont liés ces liens qui les unissent et les rassembleront toujours malgré leurs origines différentes, à travers la magie du Karuta ! Haaa Chihayafuruuu !

Alice Devil

Re : Chihayafuru
« Réponse #317 le: 12 décembre 2014, 01:22:10 »
Bon bon, j'ai fini les 10 premiers épisodes, je commence mieux à saisir les point forts de la série...et ses défauts.

Je ne vais pas revenir sur ce que j'ai déjà dit: la série possède une véritable intensité émotionnelle qui m'a submergé à presque chaque épisode. Je pense néanmoins que cette puissance ne vient ni du karuta, ni en fin de compte des relations entre chaque personnage (je vais y revenir). Pour moi, la force de Chihayafuru et son message réside dans la passion, l'idée d'un rêve auquel on s'accroche qu'importe les difficultés et que l'on poursuit jusqu'au bout non par pour je ne sais quelle raison logique, mais juste par amour de ce que l'on fait. J'ai déjà vu plusieurs animes tentaient en vain de retranscrire ça (Bamboo Blade pour ne citer que cet échec) mais Chihayafuru est vraiment le premier à réussir parfaitement. Pour une passionnée comme moi, l'enthousiasme débordant de ce groupe devient rapidement contagieux et je dois avouer que sans vouloir en pratiquer (moi et le sport, il ne faut quand même pas exagérer), je me suis surprise plus d'une fois à vouloir essayer ne serait ce qu'une fois une partie de karuta.

À côté de cela cependant, j'ai un ou deux petits problèmes avec la série. Tout d'abord les personnages sont quand même assez cliché. Je veux dire, surtout avec l'introduction des autres membres de l'équipe, on est quand même face à des archétypes. Même le trio principal au final n'est pas non plus si original que ça: je veux dire, quand on est un peu fan de shojo, on reconnait immédiatement un "love triangle" typique et sans grande nouveauté. C'est d'autant plus surprenant que ces personnages délivrent pourtant des émotions très très sincères grâce au travail des acteurs et des scènes formidables! Idem pour l'histoire: je ne vais pas spoiler, mais l'épisode 5 est cliché à souhait. Pour avoir vu le même thème dans Bokura ga ita ou même Fruit Basket (mmm, je sens la désapprobation de Hei venir), j'ai trouvé ça très superficiel mais aussi très rapidement réglé.


Du coup, si Chihayafuru est indéniablement un bon anime, je ne le regarde certainement pas pour son histoire (d'ailleurs il y en a-t-il vraiment une?), mais plus pour ces moments forts et étourdissant où on partage avec les personnages leurs passions, on l'on devient partie intégrante de l'équipe. J'ai l'impression que Chihayafuru est "l'anime sportif" avec lequel j'entre en résonance: je pense que l'on a chacun le sien, celui qui nous fait vibrer le plus, et après avoir vu quelques séries de ce genre qui ne m'ont jamais branchée, je suis contente d'avoir enfin découvert cette petite perle pas parfaite certes, mais ô combien appréciable.

PS: j'ai failli oublié, mais suis je la seule à penser que Taichi est bien plus appréciable qu'Arata?
« Modifié: 13 décembre 2014, 11:42:14 par Alice Devil »

sarthasiris

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2971
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • -ho mary sweet mary my mary hohoho
Re : Chihayafuru
« Réponse #318 le: 12 décembre 2014, 02:03:33 »
Citer
À côté de cela cependant, j'ai un ou deux petits problèmes avec la série. Tout d'abord les personnages sont quand même assez cliché. Je veux dire, surtout avec l'introduction des autres membres de l'équipe, on est quand même face à des archétypes.
C'est surtout que les autres membres font carrément tâche à coté du trio des protagonistes. :lips: En revanche, je ne les trouve pas "archétypés" je dirais plutôt "quelconques".

PS: j'ai failli oublié, mais suis je la seule à penser que Taichi est bien plus appréciable qu'Arata?
C'est deux personnalités bien distinctement opposées, c'est aussi l'élément qui rend ce triangle amoureux si intéressant.

Je me retrouve plus dans la personnalité d'Arata perso'. Après ça c'est les goûts et les couleurs hein, tu connais la musique.
« Modifié: 12 décembre 2014, 02:06:58 par sarthasiris »
Il ne faut jamais rien prendre au sérieux.

Alice Devil

Re : Re : Chihayafuru
« Réponse #319 le: 12 décembre 2014, 02:35:50 »
C'est surtout que les autres membres font carrément tâche à coté du trio des protagonistes. :lips: En revanche, je ne les trouve pas "archétypés".

Ben, on a quand même la "geek", l'intello, le petit gros, la prof sévère mais juste, la sœur complétement égocentrique...même les personnages principaux sont très conventionnels, avec l'ami d'enfance qui n'ose pas révéler ses sentiments, le surdoué ténébreux. La seule qui échappe un peu à tout ça s'est Chihaya, mais l'anime use trop de sa personnalité comme d'un ressort comique: on en perd le naturel encore une fois.

Quant au triangle amoureux, again, l'anime a le défaut de passer après juste Bokura ga ita: dans cette série, il y un véritable dilemme, l'héroïne est vraiment déchirée entre deux personnes qu'elle aime différemment pour des raisons différentes. Là, ce que je reproche c'est qu'il n'y a aucune surprise possible: dès les 2-3 premiers épisodes, tu sais avec qui Chihaya va finir! Encore une fois, l'anime joue plus sur l'intensité de l'émotion que sur l'intrigue: tu vois l'histoire venir grosse comme une maison, mais la réalisation, la musique et le jeu d'acteur arrive largement à transcender le manque d'originalité.

sarthasiris

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2971
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • -ho mary sweet mary my mary hohoho
Re : Chihayafuru
« Réponse #320 le: 12 décembre 2014, 04:20:51 »
Ben, on a quand même la "geek", l'intello, le petit gros, la prof sévère mais juste, la sœur complétement égocentrique...même les personnages principaux sont très conventionnels, avec l'ami d'enfance qui n'ose pas révéler ses sentiments, le surdoué ténébreux.
Le trio principal est vachement mieux mis en avant, d'un point de vue graphique pour commencer ... bah oui, eux ils sont beaux en fait. Puis au niveau de leur personnalité, là y'a juste pas photo.

Après si tu veux vraiment aller dans ce sens (attention, j'ai une impression de déjà-vu là. Serait-ce l’archétype du regard critique d'Alice Devil ? :wacko:), je te mets au défi de me trouver une série sans "clichés" ou "stéréotypes" ou encore "Archétypes" les mots ne manquent pas pour designer le commun d'une manière péjorative. La vraie question serait plutôt: en quoi est-ce un mal ?

Oui, forcément les personnages correspondent tous à des canons plus ou moins préétablis, ce qui compte c'est comment le tout arrive à fonctionner avec les rails qu'utilise l'oeuvre. En soi, les archétypes sont seulement des mécanismes scénaristiques dont l'efficacité fait qu'ils soient renouvelés.

Puis, ça contribue au folklore du bordel. Je veux dire, un anime scolaire sans son prof de sport pervers et répugnant, ce n'est pas vraiment un vrai anime scolaire. Du moins, il lui manquera quelque chose d'essentiel. =D

Citer
Quant au triangle amoureux, again, l'anime a le défaut de passer après juste Bokura ga ita: dans cette série, il y un véritable dilemme, l'héroïne est vraiment déchirée entre deux personnes qu'elle aime différemment pour des raisons différentes. Là, ce que je reproche c'est qu'il n'y a aucune surprise possible: dès les 2-3 premiers épisodes, tu sais avec qui Chihaya va finir! Encore une fois, l'anime joue plus sur l'intensité de l'émotion que sur l'intrigue: tu vois l'histoire venir grosse comme une maison, mais la réalisation, la musique et le jeu d'acteur arrive largement à transcender le manque d'originalité.
Alors là tu m'impressionne, personnellement je n'ai pas du tout deviné comment allaient se conclure ces petits batifolages.
« Modifié: 12 décembre 2014, 16:00:13 par sarthasiris »
Il ne faut jamais rien prendre au sérieux.

Hei

Re : Re : Chihayafuru
« Réponse #321 le: 12 décembre 2014, 10:03:06 »
Oui, forcément les personnages correspondent tous à des canons plus ou moins préétablis, ce qui compte c'est comment le tout arrive à fonctionner avec les rails qu'utilise l'oeuvre. En soi, les archétypes sont seulement des mécanismes scénaristiques dont l'efficacité fait qu'ils soient renouvelés.
Sartha, c'est pas pour être méchant, loin de là mais j'avais oublié que tu pouvais être aussi incisif et pourtant, je le savais.
@Alice : Bref, en deux temps.

Effectivement, ça m'étonne que tu butes sur ses personnages conventionnelles. Je m'y attendais pas. Et ce, car l'alchimie qui résulte de ses poncifs de différents genres* n'est pas anodine. Sans compter la prestation des doubleurs comme tu l'as remarqué dès les premiers épisodes, qui donnent une profondeur à chacun. Par ailleurs, plus tu avanceras et plus tu changeras d'avis ou au contraire, tu passeras à côté de l’effervescence au sein de chaque personnage.
Pis vient le point principal, le lourd de cette série (l'étoile du premier paragraphe te renvoie par ici). Le traitement de la romance ! Alors, j'ai pas lu le support original et même à la fin de la série, pour moi rien est joué et je ne te spoil rien mais te fait part de mon ressenti. Du coup, on en reparlera quand tu auras terminé les deux saison.  ;)
Pour terminer je rajoute juste qu'une qualité, parmi tant d'autres dans cette série, c'est de doser à merveille les relations amoureuses au milieu d'une vague déferlante de passion. Et en tant que jeune fan de shojo tu sentiras que ce ne sont pas des amourettes qui ne servent que d'intrigue parallèle à la quête principale. Tu verras d'ailleurs que le personnage de Taichi a des chances de te convaincre, bien plus qu'il ne l'a déjà fait intuitivement. (J'en ai fais un kit de Taichi et tu verras pourquoi au cours de la seconde saison...)
J'ai peur de spoiler inutilement alors je ne rajoute rien sur le personnage de Mashima Taichi mais il maintient un pan de la série à lui seul...

@Sartha :
Cliquez pour afficher/cacher

Rydiss

  • Staff Webzine
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 2479
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Prononcez mon pseudo comme il vous plaira...
Re : Chihayafuru
« Réponse #322 le: 12 décembre 2014, 12:42:31 »
Je ne peux que conseiller à Alice de se farcir la vingtaine de pages du topic pour constater qu'on est un bon paquet à ne pas trouver ce triangle amoureux si simple que ça. Tout du moins sur les deux saisons, ceux qui lisent le manga en savent plus sans doute. Est-ce de l'amour ou de l'admiration pour Arata (on n'est pas aidé par la mise en scène qui en fait limite un dieu qui intervient une fois de temps en temps à la Deus Ex Machina)? A noter qu'elle n'en parle qu'en rapport avec le Caruta, rarement en tant que simple garçon. Taichi pour le coup part avec une longueur d'avance étant donné qu'elle le reconnait dans d'autres domaines. Le problème est qu'elle est presque totalement hermétique à l'amour et n'a que le jeu en tête, on n'est pas sorti de l'auberge...

On est aussi nombreux à apprécier Taichi (hé, y a une Team Arata et une Team Taichi ici, choisis ton camp :ph34r:). C'est un personnage auquel on peut facilement s'identifier. Son histoire a particulièrement trouvé un échos chez moi, notamment sur l'aspect échecs répétés (côté caruta) malgré tous les efforts mis en place. Je pense qu'on est un certain nombre à avoir vécu ces situations où tu as beau essayé, ça ne marche pas. Et pourtant tu continues. C'est surtout ça que j'aime chez Taichi. Contrairement à Chihaya et Arata, il n'a pas de don inné pour ça, et pourtant il s'accroche. Ajouter à cela que la chance n'est pas de son côté, ce qui le différencie des personnages secondaires qui arrivent à mieux s'en sortir alors qu'ils ne sont pas spécialement plus forts, et là difficile de ne pas compatir...

J'ai peur de spoiler inutilement alors je ne rajoute rien sur le personnage de Mashima Taichi mais il maintient un pan de la série à lui seul...

Ah bah mon gars je te rejoins tout à fait. C'est sans doute le personnage le plus approfondi aussi, hormis lors de la deuxième saison, trop axé sur les match en groupe. Lui il n'évoluera que s'il est seul et se confronte à lui-même.

De toute façon je suis biaisé à mort avec Taichi, c'est un personnage pour lequel j'ai énormément d'affection...

Oh, et le caruta est un jeu, pas un sport. Même Chihaya elle le dit =D
La passion m'habite, mais la raison domine.

Chevalier de l'Ordre des Chevaliers de l'Orthographe.

- Idiots can be found everywhere.
- You think everyone is an idiot except you.
- I don't often meet people who are smarter than me.
Ghost Hunt - Akumu no sumu ie.

Nuits

Re : Chihayafuru
« Réponse #323 le: 12 décembre 2014, 14:42:22 »
Je vois ce que tu veux dire, Alice. Mais en fait, je ne crois pas avoir abordé les choses de la même manière. Tout d'abord, d'une certaine manière je trouve que c'est toi qui catégorise vite. Enfin, je comprends le réflexe de ranger le trio principal sous l'angle du triangle amoureux mais pour moi c'est extrêmement secondaire. La romance est vraiment en arrière-plan dans cet anime, et c'est ce qui la rend juste. De plus, aborder la relation Arata-Chihaya sous l'angle de la romance c'est déjà un parti-pris. On en avait discuté avec plusieurs personnes du forum: il y a forcément une ambiguité dans leur relation mais la part entre admiration - amour - fascination est assez peu discernable et ce n'est pas vraiment exploité dans le sens d'une romance classique. Donc on retrouve un schéma de triangle amoureux mais la grosse absence du triangle, c'est l'amour justement (pour moi, il n'y a que Taichi qui soit dans cet optique). Du coup, on n'est pas du tout sur le même plan qu'un Bokura ga Ita etc. Cela est renforcé par le fait que l'héroïne n'est pas une héroïne de shojo et qu'elle descentre elle-même, du fait de sa personnalité, l'anime et fait que la romance est abordée de biai. Enfin voilà, ça me surprend un peu - même si je le comprends - que tu lises la chose sous l'angle du shojo et de ses codes. La romance est importante mais distillée et du coup gagne en profondeur, notamment du fait de sa position d'arrière-plan: c'est vraiment le sentiment que j'en ai eu.

De la même manière pour les personnages. Déjà pour moi il y a trois lots de personnages: le trio principal, les personnages qui ont un rapport au karuta (et surtout le club de karuta) et les autres. Les autres déjà: oui, ils sont caricaturaux mais franchement ils sont là plus pour la vraisemblance (histoire que les héros n'apparaissent pas de nulle part) qu'autre chose à mon sens.
Ensuite il y a le club de karuta, on retrouve des personnalités caricaturales aussi mais je trouve que l'anime fonctionne toujours de la même manière: il t'apporte une fournée de personnage, personnages stéréotypés et au fil des épisodes, du fait de leurs interactions et la plupart du temps de leur rapport au karuta, ils se nuancent et s'affinent jusqu'à devenir uniques et très attachants. C'est particulièrement vrai pour les personnages du club, d'autant que là, les tournois de groupe sont essentiels et fondateurs.
Il demeure des personnages qui restent caricaturaux du début à la fin (notamment parmi les adversaires) mais au contact avec le jeu et les compétitions, les personnalités s'affinent et on a là une dynamique que j'ai trouvé intéressante. On a un rapport aux codes et aux stéréotypes mais dans le sens de: je pose des cadres connus pour les dépasser ensuite (soit par ce que dans le cas du triangle amoureux justement, je ne joue pas sur l'amour ou par ce que je complexifie mes personnages à partir d'une base connue).

Donc pour moi, la force et le propos du Chihayafuru était justement de s'inscrire d'emblée comme un animé sur la passion du karuta, d'en faire un traitement poussé, accompagné par une qualité technique importante (graphismes, musique, doublage etc.) C'est à partir de ce traitement, avec en parallèle le personnage plutôt singulier de Chihaya (pour un personnage féminin), que les autres éléments vont venir s'inscrire en arrière-plan, en biai et dans une dynamique d'approfondissement progressif. Du fait de cet dynamique et de ce positionnement, on arrive à des choses qui ne donnent pas (ou en tout cas qui ne me donnaient pas) une impression de caricature et de trop déjà-vu.

Après, je regarde des animes et notamment des shojos depuis relativement peu de temps, cela peut jouer sur mon jugement.

« Modifié: 12 décembre 2014, 14:47:20 par Nuits »

Alice Devil

Re : Re : Chihayafuru
« Réponse #324 le: 13 décembre 2014, 12:07:15 »
Je m'absente une journée, et voilà le résultat =s Bon, je vais essayer de répondre à vous tous, mais je vous rappelle que dans tous les cas, j'aime bien cet anime, c'est juste que je suis surprise parce que je considère comme un décalage entre l'intensité et l'histoire. De plus, je n'en suis qu'à l'épisode 10 de la saison 1: c'est un avis en cours, et il peut très bien évoluer!


Après si tu veux vraiment aller dans ce sens (attention, j'ai une impression de déjà-vu là. Serait-ce l’archétype du regard critique d'Alice Devil ? :wacko:), je te mets au défi de me trouver une série sans "clichés" ou "stéréotypes" ou encore "Archétypes" les mots ne manquent pas pour designer le commun d'une manière péjorative. La vraie question serait plutôt: en quoi est-ce un mal ?

C'est pas faux: j'ai tendance à balancer des mots en considérant que leur sens est acquis et communément accepté. Mea culpa donc: les archétypes ne sont pas toujours mauvais. Un exemple très simple: Faye Valentine dans Cowboy Bebop, exemple parfait de la bimbo présente pour le fan service. Le personage de base est un archétype, sauf qu'à travers son histoire et ce que l'intrigue en fait, on dépasse le principe premier. Pour résumer mon opinion, tu peux justement employé comme tu le dis si bien, l'archétypes comme mécanismes scénaristiques pour créer des personnages facilement identifiables, mais un fois cela fait, tu as tout intérêt à aller au delà du cadre, au risque que cela devienne de la paresse scénaristique. D'où une différenciation à faire entre archétype et cliché que j'aurais dû établir dès le départ. Désolée.


Effectivement, ça m'étonne que tu butes sur ses personnages conventionnelles. Je m'y attendais pas. Et ce, car l'alchimie qui résulte de ses poncifs de différents genres* n'est pas anodine. Sans compter la prestation des doubleurs comme tu l'as remarqué dès les premiers épisodes, qui donnent une profondeur à chacun. Par ailleurs, plus tu avanceras et plus tu changeras d'avis ou au contraire, tu passeras à côté de l’effervescence au sein de chaque personnage.

C'est justement ça qui est très bizarre: je ne passe du tout à côté de cette intensité, cela produit un décalage vraiment bizarre! Mon exemple principal est dans l'épisode 5:

Cliquez pour afficher/cacher

C'est ça qui me parait très étrange: d'un côté je me trouve face à une histoire que je trouve très prévisible et déjà vu, mais en même temps les émotions sont quand même là et d'une rare puissance! Je pense, à mes yeux, que c'est dû à le réalisation, aux acteurs et à la musique principalement: Chihayafuru à ce niveau est un bon anime, mais je pense que le manga doit être bien moins passionnant...


Je ne peux que conseiller à Alice de se farcir la vingtaine de pages du topic pour constater qu'on est un bon paquet à ne pas trouver ce triangle amoureux si simple que ça. Tout du moins sur les deux saisons, ceux qui lisent le manga en savent plus sans doute. Est-ce de l'amour ou de l'admiration pour Arata (on n'est pas aidé par la mise en scène qui en fait limite un dieu qui intervient une fois de temps en temps à la Deus Ex Machina)? A noter qu'elle n'en parle qu'en rapport avec le Caruta, rarement en tant que simple garçon. Taichi pour le coup part avec une longueur d'avance étant donné qu'elle le reconnait dans d'autres domaines. Le problème est qu'elle est presque totalement hermétique à l'amour et n'a que le jeu en tête, on n'est pas sorti de l'auberge...


Je suis tout à fait d'accord, et c'est ce qui selon moi rend le personnage de Chihaya plus intéressant que les autres (dans la romance tout du moins):  l'anime selon moi serait pus fort si le trio était juste amis, et non un triangle amoureux. Je veux dire, je veux bien qu'il y ait un doute pour les sentiments de Chihaya, mais pour Taichi et Arata, c'est assez évident ce qu'ils pensent d'elles (du moins là où j'en suis). C'est en cela en fait que je trouve l'histoire très statique: sauf changement majeur du personnage principale, la romance n'apporte rien et ne bouge pas d'un pouce, alors que si l'anime se tournait plus vers l'esprit d'équipe ou s'il se centrait encore plus sur cette idée de persévérance (la seule problématique que je trouve particulièrement bien faite avec Taichi justement), je pense qu'on y gagnerait.


Je vois ce que tu veux dire, Alice. Mais en fait, je ne crois pas avoir abordé les choses de la même manière. Tout d'abord, d'une certaine manière je trouve que c'est toi qui catégorise vite. Enfin, je comprends le réflexe de ranger le trio principal sous l'angle du triangle amoureux mais pour moi c'est extrêmement secondaire. La romance est vraiment en arrière-plan dans cet anime, et c'est ce qui la rend juste. De plus, aborder la relation Arata-Chihaya sous l'angle de la romance c'est déjà un parti-pris. On en avait discuté avec plusieurs personnes du forum: il y a forcément une ambiguité dans leur relation mais la part entre admiration - amour - fascination est assez peu discernable et ce n'est pas vraiment exploité dans le sens d'une romance classique. Donc on retrouve un schéma de triangle amoureux mais la grosse absence du triangle, c'est l'amour justement (pour moi, il n'y a que Taichi qui soit dans cet optique).


C'est justement cela qui le rend totalement inutile: pourquoi donner clairement à voir la structure d'un triangle amoureux si au final ce n'en est pas un? Encore une fois, je pense que l'anime serait mieux sans lui. Pour le reste, je suis totalement d'accord: l'important demeure la passion sous toutes ses formes et c'est pour cela que j'aime bien l'anime en règle générale. Les défauts que j'ai présenté dans mon premier post sont plus des détails qui m'ont perturbs que de véritables reproches: ils me donnent l'impression que l'anime par convention se lance dans des sujets mal maitrisés qui l'éloignent de son vrai point fort.


Voilà, mais ça reste juste une opinion très partielle tout ça: je n'en suis qu'à l'épisode 10 ! Donc mon point de vue à encore le temps de changer, surtout si je regarde en plus la saison 2. Je voulais juste vous donner mes impressions à mi-parcours, et non immédiatement écrire catégoriquement une critique de l'anime. Peut être que la romance s'améliorera, peut être que les personnages deviendront moins clichés...en attendant, tant que l'intensité émotionnelle et le partage d'une passion débordante demeure, je resterai contente d'avoir vu Chihayafuru.
« Modifié: 13 décembre 2014, 14:10:07 par Alice Devil »

Hei

Re : Chihayafuru
« Réponse #325 le: 13 décembre 2014, 13:45:39 »
Oublie les shojo, c'est la solution  :wacko:

Cliquez pour afficher/cacher

Nuits

Re : Chihayafuru
« Réponse #326 le: 13 décembre 2014, 15:28:50 »
Non mais ya pas de souci, Alice, c'est juste qu'on a tous eu envie de rebondir sur tes propos mais on a bien senti que tu détruisais pas l'anime. C'est juste que pour le coup je n'ai pas eu les mêmes sentiments que toi par rapports aux défauts que tu as pointé, notamment pour ce qui est du rapport aux codes et aux archétypes ;). C'était vraiment cool que tu partages tes premières impressions ! Tu nous diras comment elles évoluent - ou non - par la suite !

Hei

Re : Chihayafuru
« Réponse #327 le: 10 mars 2015, 17:31:10 »
@Tyra : T'inquiètes je vais rien dire de négatif. "Oh comment Est-ce possible ?!  :o"

J'ai lu en diagonale ta critique et en fait :
Citer
Si l'intérêt unique de l'histoire est d'assister aux progrès sportifs de Chihaya, quel est l'utilité de sous-entendre en permanence une romance qui n'avance jamais ?
Je vais te sortir une explication en mode tour de magie mais pour moi l'intérêt est celui que le spectateur va créer lui-même. Tu peux choisir délibérément de fermer plus ou moins les yeux sans que ça n'altère le bon déroulement de l'histoire, tout comme tu peux attendre qu'elle remplisse la moitié de la série, comme moi. Pour moi, Arata n'avait pas besoin de plus pour être développé tout simplement car son existence même ce résume au Karuta, alors qu'au contraire le temps qu'on aurait pu lui accorder est consacré à Taichi et ce personnage est tout bonnement excellent dans le cadre de cette histoire. Pourtant, les deux personnages ont leur esprit qui ne convergent qu'en un seul et unique point, sauf que ce point fait toute la différence dans le traitement qu'on leur accorde.

Si il est vrai que l'on peut penser à ce choix comme un défaut, je le prends comme un des nombreux exemples de la justesse dont fait preuve cette série. Pour le coup, je te fais juste part de mon avis sans même essayer de te convaincre.  ;)

D'ailleurs, je l'ai déjà mise quelques fois mais ce morceau est tout ce que représente cet anime pour moi :

C'est là. C'est palpable dès les premières notes. Il y a quelque chose de monstrueusement grandiose qui se prépare mais pourtant, même quand on s'envole on est pas sûr de réellement être dans le moment crucial. Comme s'il y avait toujours une profondeur cachée, un sentiment d'encore plus grand, d'encore plus puissant. Je pars vraiment trop loin à chaque fois que je dois me confronter à ce morceau... Et c'est encore plus personnel que ce que je peux dire au sujet de la citation m'enfin.


« Modifié: 10 mars 2015, 17:57:33 par Hei »

Tyra

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 346
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Prochaine critique (#18) : Koi Kaze
Re : Chihayafuru
« Réponse #328 le: 10 mars 2015, 18:01:04 »
Le problème, c'est que tout est sous-entendu (à part pour TaichiXChihaya, mais même là c'est à sens unique). Et surtout, ça n'avance pas. Moi, quand je regarde un anime avec le tag romance, je m'attends à ce que cela prenne un minimum de place dans l'histoire. Mais dans Chihayafuru, c'est complètement marginalisé et relégué au rang de simple teasing. Tout au long du visionnage, j'ai été franchement frustré : à chaque épisode, je m'attendais à ce que cela progresse. Mais ça n'a jamais progressé : l'histoire nous ressort la romance une fois tous les dix épisodes pour ensuite l'oublier aussitôt. Comme j'ai choisi de regarder Chihayafuru à 50 % pour le sport et à 50 % pour la romance, j'ai donc été déçu. Ici, c'est plutôt 90 % de sport et 10 % de romance. C'est clairement pas un anime centré sur les personnages, ça se ressent, et c'est en ce sens qu'il faut comprendre le reproche que j'adresse à la série.

Je mets 10 pour la partie sport, mais 4 à la partie romance. Du coup, j'ai mis 7 pour faire le compromis. Le traitement est désequilibré. Après, comme tu dis c'est une interprétation personnelle directement liée aux attentes que j'avais initialement pour cet anime. En fait, une partie de moi est aux anges et une autre est complètement dépitée vis-à-vis de cette série. C'est un sentiment très étrange.

Par contre, j'attends la saison 3 avec impatience. Elle doit arriver un jour, la logique l'impose.
« Modifié: 10 mars 2015, 18:06:11 par Tyra »

Nox

Re : Chihayafuru
« Réponse #329 le: 10 mars 2015, 18:41:45 »
Je mettrais convaincant sur ta critique en fonction de ce que tu vas me répondre Tyra.

Alors non je ne partage pas ton avis dans le sens ou j'ai l'impression que tu te contredis sur la fin. Le traitement de la romance est pour moi aussi le gros défaut de Chihayafuru. Là ou les sentiments aurait du créer un équilibre entre le jeu et les relations, comme tu le dis on a 90% de Karuta et seulement 10% romance. Et qu'à un moment donné je commençais à me lasser de les voir jouer aux cartes sans vraie raison intéressante derrière (niveau intérêt on a vu beaucoup mieux que "je veux devenir meilleur joueur de Karuta"). Or dans ta conclusion tu dis:
certains personnages sont d'une banalité affligeante et la romance est quasiment inexistante, mais cela n'a aucune importance
Certainement pas.
C'est justement cette romance qui aurait du équilibrer la part sportive et relationnelle. Sans compter que Chihaya ne comprend pas qu'il y a des gens qui s'intéresse à elle.
« Modifié: 10 mars 2015, 18:45:51 par Nox »