Ca ne tient qu'à un fil

» Critique de l'anime Last Hero Inuyashiki par Afloplouf le
25 Juin 2018
Last Hero Inuyashiki - Screenshot #1

Gantz avait déjà pas mal divisé le public et si la série d'animation, inachevée, laissait le spectateur sur sa fin, je garde de biens meilleurs souvenirs du manga. Car la violence, la sexualisation et le côté grotesque de ce battle royale qui ne dit pas son nom prennent tout leur sens. Loin d'être gratuits, ils caractérisent l'univers et l'imagination absurde renforce d'autant mieux la crédibilité de l'univers et l'humanité des personnages, dans tout ce qu'elle a de plus pluriel. Je croise les doigts qu'une fois encore l'adaptation n'ait pas su une fois encore transposer les forces du matériau d'origine. Car Last Hero Inuyashiki m'a déçu comme je ne l'avais pas été depuis un bail. C'est bien, prenez toutes les louanges que je viens de tressez à Gantz et faîtes le négatif.

On va passer rapidement sur l'aspect technique de l'affaire. On sent tout les progrès de la 3D ces dernières années mais rien à faire, à part quand elle part d'une vraie intention artistique, je trouve qu'elle ne fait que jurer. Du reste, l'animation est assez bonne et le chara-design retranscrit fidèlement le trait de OKU. Félicitations au générique d'intro dans un style presque HBO dans le design et très japonais (j'adore Man with a Mission) dans la musique. Bref, comme on pouvait s'y attendre Mappa a fait le job, et très bien avec ça. Mais j'espère que leurs scénaristes ont bien trébuché comme il faut.

Last Hero Inuyashiki - Screenshot #2Pourtant le rythme est plus que correcte, la fin conclue vraiment la série. Le point de départ vient de nulle part mais j'y crois bien. Des extra-terrestres tuent par accident deux japonais et les transforment en armes de destruction massive car ils n'ont que ça sous le coude et qu'ils veulent pas s'emmerder ? Vendu ! Alors quel est le problème me demandez-vous ? Ah ben tout le reste et surtout les deux personnages principaux.

Construire le récit sur le manichéisme revient à marcher sur un fil raide suspendu au dessus du vide. Inuyashiki a réussis à assez bien équilibrer le gentil et le méchant. Le problème est que l'un comme l'autre pèsent 44 tonnes et personne n'a les bras pour porter ça.

Un méchant raté, c'est un classique mais là j'avoue qu'on touche le fond. Un enfant de divorcé sociopathe qui vire tueur en série, waouh, heureusement que j'ai des accoudoirs pour ne pas tomber de ma chaise. Ce genre de dingue existe dans la vraie vie véritable mais en terme de profondeur, c'est pas fou-fou. Et le traitement reste plus que superficiel. Le gentil n'a pas beaucoup plus d'intérêt. Avoir pour héros un père de famille qui tient plus du grand père par l'âge, il y avait de l'idée. Mais forcément c'est "la meilleure génération" qui se fait marcher dessus par tout le monde à commencer par sa famille. Mais le plus criminel dans l'affaire, c'est l'absence d'évolution de ces mêmes personnages. Le méchant se découvre de nouvelles ambitions, le gentil découvre lui comment utiliser ses pouvoirs (alors que le méchant est au courant dès le début mais n'en profite pas par tuer la seule concurrence) mais leur personnalité ne varie pas d'un pouce. Le gentil est un vieux pépé qui veut juste aider les gens (mais qui mutile quand même des gangsters sans sourciller et sans remord) et le méchant un sale jeune privé de la moindre empathie et de la moindre intelligence. Et c'est marre. La fin arrive malgré tout à surprendre un chouilla mais d'un autre côté mes exigences ont fondues d'épisode en épisode donc je me contente de ce qu'on me donne.

Il y a de vrais bons moments comme la technique de boxe très particulière d'Iron Vieux ou sa façon de se motiver pour voler. Mieux, on a une lueur de traitement de personnages quand les deux protagonistes se mettent à questionner leur humanité, avec chacun leurs réponses, alors même qu'ils sont devenus des machines de guerre. Mais ça ne dure que le temps d'un flash et c'est bien dommage. Et je n'accepte qu'on se cache derrière le format court de la série pour excuser ce manque.

C'est donc un vrai gâchis. Et ce n'est pas la 3D, en progrès mais comme toujours pas très flatteuse, qui permet de se raccrocher aux scènes d'action. Inuyashiki ne raconte pas grand chose et en montre à peine plus.

Verdict :5/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (5)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
7 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Afloplouf, inscrit depuis le 14/05/2008.
AK8.1.13 - Page générée en 0.047 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.205905 ★