Critique de l'anime Full Moon Wo Sagashite

» par Spektr le
26 Septembre 2009
| Voir la fiche de l'anime

Cela a déjà dû vous arriver, l'étrange impression de ressortir lessivé d'un anime, comme si on avait finalement vécu la même histoire que ses personnages, et que l'on en sort grandi, ou ayant appris quelque chose, ressenti une nouvelle émotion, similaire à une petite leçon de vie.

Cette sensation est indéniablement la marque des bons animes, ceux dont le souvenir reste ancré dans votre mémoire, pour son scénario, ses personnages, son background, ses musiques, tout à la fois, et que sais-je encore, dans ce contexte-ci, Full Moon Wo Sagashite fait sûrement parti de cette catégorie d'anime.

Débutant comme un vulgaire ersatz de Creamy Mami ou autres séries de magical girl bancale, accumulant clichés sur clichés, Full Moon Wo Sagashite se démarque pourtant de tout autre anime dans ce style, puisqu'il introduit dès le départ un personnage principal (ici la petite Mitsuki) souffrant d'un grand handicap, une tumeur à la gorge, les jeux sont faits, il ne reste plus qu'une année à vivre pour notre héroïne, accompagnée et soutenue par ses deux shinigamis, elle décidera de partir en quête de son rêve ultime, devenir chanteuse pour véhiculer ses émotions à travers la musique, pour que celles-ci atteignent Eichi-Kun (le grand amour de Mitsuki parti aux USA, sans aucunes nouvelles de lui depuis).

C'est sûr, exposé ainsi, les faits doivent vous paraître bien naïfs, et ils le sont, l'anime est naïf de bout en bout, passé ce cap de la naïveté, on comprend bien vite que ça ne l'empêche pas d'être terriblement sincère, brut et intense sur toute sa longueur.

Que ce soit au niveau de l'histoire, des relations entre les différents personnages ou des musiques, Full Moon Wo Sagashite est sincère.

Mais il est également imparfait, et pourtant une imperfection complètement assumée puisqu'au final rien n'est laissé au hasard, on s'attache terriblement à ce trio de personnages (Mitsuki, Takuto et Meroko (les deux shinigamis)), dont on ne voudrait jamais se séparer, alors certains diront que l'anime compte trop d'épisodes, et ils auront raison, le discours de cet anime aurait pu se boucler en 13 épisodes, mais seul ce discours aurait été véhiculé et non l'émotion que seul un anime de 52 épisodes peut installer, on prend le temps de s'attacher à cette histoire, et d'en comprendre les enjeux.

On peut également critiquer le fait que Full Moon ne compte que peu de compositions musicales au final, les deux grands titres de l'anime, Myself et Eternal Snow tourneront en boucle durant l'anime, mais c'est là ou justement, quand je parlais du fait que rien n'est laissé au hasard, ces deux chansons sonneront comme une sorte d'endoctrinement indirect, puisque, et le studio a fait preuve d'une grande subtilité à mon sens, suivant les moments de l'histoire, tragique ou gai, on ne perçoit pas les chansons de la même façon, elles véhiculent des sentiments différents, et du coup il n'y pas vraiment de place à une certaine lassitude, puisqu'on découvre également chaque petite subtilité des compositions petit à petit, au final celles-ci couleront dans vos veines si j'ose dire !

L'histoire, elle, est découpée en deux parties plus ou moins distinctes, la première laissant place à l'humour d'une façon général et de l'ascension de notre héroïne au rang de chanteuse J-Pop avec tous les problèmes que ça comporte, découvrant tout aussi bien les aspects commerciaux et sociaux de ce monde formaté de la "J-Pop business", et la deuxième partie, quand à elle, se veut bien plus dramatique, dévoilant le terrible destin de notre héroïne auquel elle ne peut échapper, qui pourtant était prévisible, mais dont l'attachement et l'addiction des beaux moments de l'anime, font que l'on souffre avec elle, on se sent impliqué en tant qu'observateur, comme si il s'agissait d'un proche. Pourtant tout cela est fictif, il est parfois conseillé de sortir prendre un peu l'air au lieu de tout s'enfiler d'un bloc, si vous ne voulez pas vous passer la corde autour du cou.

Au final, si l'on me demandait à quel public est véritablement destiné Full Moon Wo Sagashite, je répondrai, à aucun public préétabli, car même si il semble destiné à de petites adolescentes en recherche d'une belle histoire d'amour, et celles-ci seront aux anges, il plaira tout aussi bien à un public adulte et mature, qui pourront se pencher sur les différents aspects plus sérieux de l'anime, à savoir la condition humaine, le rêve, l'enfance, l'amitié, la culture musicale J-Pop, tout ceux-ci subtilement mis en scène, qui font de Full Moon Wo Sagashite, un anime à double lecture, comme avait pu l'être Revolutionary Girl Utena en son temps, un anime qui bouscule les codes préétablis, et c'est tant mieux.

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (0)
Amusante (0)
Originale (0)

2 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Spektr, inscrit depuis le 02/05/2009.
AK8.1.13 - Page générée en 0.055 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.203447 ★