Critique de l'anime Heat Guy J

» par Maddilly le
20 Février 2015
| Voir la fiche de l'anime

Heat Guy J est un anime produit en 2002 par le studio Satelight, qui n'a pas eu beaucoup de succès ni de retentissement, et c'est bien dommage. Bien que n'étant pas une pépite, cette série vaut son pesant de cacahuètes, rien que pour l'ambiance patchwork atypique qui fait pétiller les yeux. En effet, HGJ mélange l'originalité et le collage : on y retrouve Escaflowne et Cowboy Bebop, entre autres inspirations (et pour cause : Kazuki Akane est à la barre), sur fond de polar sci-fi rempli de mafiosi. Ces éléments connus sont réutilisés pour donner un ton léger et détonant à cette série originale, avec des personnages décontractés, forts, usés, fous, dans un contexte plutôt immersif.

Le plongeon dans le récit est assez abrupt dès le premier épisode, qui n'est franchement pas le meilleur mais qui donne bien le ton, et se fait de plus en plus intense. L'histoire se construit petit à petit, avec des missions quotidiennes au début, mais dont certains éléments s'insèrent dans une intrigue plus large qui fait sens, et où se mêlent les diverses révélations sur le passé et la vie présente des protagonistes. En parallèle, on découvre un univers que l'on ne pensait pas si riche au départ. Je reproche juste un petit manque d'implication émotionnelle, à cause de la rapidité de narration de certains épisodes, même si ça n'a pas gâché mon visionnage.

Les personnages, bien que certains manquent un peu de saveur, ne manquent pas d'intérêt. Ils se construisent au fil de la série et prennent de l'épaisseur. J est super drôle avec sa personnalité de robot-homme fort et ses otoko par-ci, otoko par-là. De son côté, Daisuke gagne des points de charisme à chaque épisode, tandis que Clair sombre de plus en plus dans la folie et le déni. Je m'arrête là pour les personnages, à vous de les découvrir.
Le duo humain-robot, la condition des prisonniers-animaux et les questions que cela implique sont bien mis en scène. C'est aussi truffé de références et on peut faire des parallèles avec plusieurs choses qui n'ont rien à voir avec la série de prime abord.

Un autre point fort de la série, c'est le doublage. C'est plaisant à l'écoute, du très bon travail. Les timbres de voix des doubleurs de Daisuke et J s'accordent bien, ce qui renforce la cohésion entre ces deux personnages. Et en parlant de son... la qualité musicale est également au rendez-vous, avec une OST aux sonorités inspirées et déglinguées.

Au niveau de la qualité esthétique, j'y retrouve le chara-design que j'aime de Nobuteru Yuki et qui porte des personnages plutôt réalistes aux regard pénétrants. La 3D s'intègre difficilement pour un œil exigeant, mais personnellement j'aime bien, ça donne un côté légèrement kitsch à l'ambiance, en plus des couleurs qui flattent la rétine. L'animation est fluide, surtout lors des scènes d'action qui sont vraiment accrocheuses. C'est du bon boulot.

Heat Guy J a titillé ma curiosité et a fini par gagner mon cœur malgré ses imperfections. Voilà une série intéressante qui mérite qu'on lui prête plus d'attention et qui gagnerait à être plus connue.

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (10)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Maddilly, inscrit depuis le 02/05/2013.
AK8.1.13 - Page générée en 0.06 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.204250 ★