Les blancs ne perdent jamais

» Critique de l'anime No Game No Life par Mikizik le
25 Octobre 2014
No Game No Life - Screenshot #1

Par où commencer... Peut être par préciser que c'est ma toute première critique et qu'elle ne suivra sûrement pas un plan précis, j'écris plutôt les idées au fur et à mesures qu'elles me viennent. Mon point de vue représente celui de quelqu'un friand d'animé et non d'un spécialiste!
Autant donner le ton immédiatement; cet animé m'a énormément plu et une fois le premier épisode lancé, j'ai dévoré les 11 suivants dans la journée.
Pourquoi un tel engouement? Il est vrai qu'en se basant sur le synopsis, à première vu rien d'extraordinaire, des NEETs ayant des problèmes sociaux se réfugiant dans les jeux vidéos où ils excellent pour finalement entrer dans un monde parallèle qui tourne autour de différents jeux. L'originalité ne se fait donc pas par l'histoire mais plutôt dans sa réalisation, il devient donc nécessaire de m'expliquer!

On commence à cerner la personnalité des deux protagonistes dés le premier épisode, et si dans ce type d'animé on aura tendance à retrouver des héros seuls, tristes et qui cherchent par le jeux vidéo un moyen de dépasser leur faiblesse pour s'intégrer dans le monde réel, ici il n'en est pas question.
Si il est d'habitude normal de ressentir une petite peine pour la situation dans laquelle ils sont, ils dégagent une personnalité qui nous feraient presque croire qu'ils sont heureux. Ils n'ont pas vraiment l'air de se soucier d'avoir des amis ou de relations sociales, ils sont simplement tous les deux et ça suffit!
J'ai trouvé que les interactions entre les deux personnages étaient toutes délicieuses, à la fois drôles et touchantes... Sora étant plutôt de nature sûr de lui, il suit ses instincts et est doté d'un très bon sens stratégique. Shiro de son coté est plus calme et réfléchie, ce qui nous offre un duo complémentaire qu'on à envie de voir évoluer! On ne sait pas grand choses d'eux si ce n'est qu'ils sont très proche et qu'ils ont du mal à être séparés (même d'une pièce!) mais ce manque d'information ne vient en rien gêner la progression de l'histoire et je n'ai personnellement ressenti aucun manque de ce coté là. Ils sont réputés invincibles sur le net, et on est impatient qu'ils nous le prouvent.
Petit point négatif pour Stephanie Dola qui, selon moi, perd de son intérêt au fil des épisodes. J'étais plutôt satisfait de l'ajout d'un troisième personnage à notre duo, elle apportait un peu de fraîcheur et malgré les nombreux clichés dont elle fait preuve, elle apportait une bonne dose d'humour dans les premiers épisodes notamment dans sa relation entre sora et elle même. Mais par la suite ces interactions se font plus rare et elle ne fait plus office que de faire valoir, un personnage à qui on explique la situation pour que le spectateur comprenne. Je ne nie pas la nécessité de ce personnage néanmoins je regrette qu'elle soit cantonnée à ce seul rôle une fois l'arc terminé, elle aurait sûrement mérité un peu plus de profondeur, mais passons.

No Game No Life - Screenshot #2Un duo prometteur donc! Mais pas que..

Nous voilà donc plongé dans un monde fantaisie, plutôt classique (16 races différentes qui s'affrontent pour le pouvoir, parmi lesquelles on retrouve évidement les humains en bas de l'échelle) avec une quête tout aussi classique (en gros le héros va œuvrer pour que les humains reprennent une place importante vis à vis du monde) mais avec des règles un peu spéciales; tout se décide par le jeu mais il est possible de tricher à condition de ne pas se faire prendre. Et c'est dans ces jeux que l'animé révèle tout son potentiel: ils sont tous à première vue classiques mais ils deviennent vite très stratégiques (de part leurs règles spéciales), ils sont bien ficelés vous réservent bien des surprises! Si toutes les excentricités sont permises dans ceux-ci, ils restent logiques et cohérents et on y prend vite goût. Alors même si l'univers n'est pas le plus original et que on commence à comprendre le déroulement des jeux au bout du deuxième (ils suivent à peu près le même schéma), on en reste pas moins émerveillé devant la manière dont notre duo les remporte.
On a un rythme très soutenu durant les 12 épisodes avec très peu de temps morts, alors plutôt que de réfléchir a comment résoudre le jeu ou ce qui peut se cacher dessous, on préférera se laisser emporter par les personnages et ainsi le découvrir en même temps que ces derniers.

No Game No Life - Screenshot #3Des personnages intéressants, une histoire classique mais prenante, mais tout ça est ce qu'est bien foutu?
Par bien foutu j'entends la forme, et ben c'est pas mal. Le chara design est assez épuré, les personnages sont assez simples mais font effet, les couleurs pétantes rendent vachement bien et donnent beaucoup de fraîcheur au dessin (qui n'aurait vraiment rien d'exceptionnel sans elles, on va pas se le cacher). Du coté animation rien de surprenant, assez classique sans faire cheap, les plans sont plutôt bien choisis et je n'ai pas remarqué d'aberrations (disons aussi que je ne suis pas vraiment spécialiste mais que rien ne m'a choqué).
Côté OST, j'ai beaucoup apprécié l'opening (un des rares dont je ne me suis pas lassé même après 12 fois de suite dans la même journée) et dans l'ensemble les musiques sont plutôt bien pensées. Elles ne sont pas magiques, il est peu probable que plus d'une ou deux vous aie marqué, mais elles sont bien utilisées. Sans être transcendantes elles font leur petit effet.

Bon, et au final?
Un pitch classique mais bien ficelé, un duo attachant, intelligent et complémentaire, des jeux tous intéressant grâce à leur dimension stratégique et un rythme soutenu; No game no life est un divertissement très réussi comme on aimerait en voir plus souvent, une fois lancé, on ne s'arrête plus!
Parfait? Il ne l'est sûrement pas, mais tout ça est tellement prenant, qu'une fois pris au jeu il devient difficile d'y trouver de gros défauts.
Mon avis rejoins donc ceux des critiques précédentes, et si vous êtes encore à hésiter à vous lancer dans l'aventure je n'ai qu'une chose à dire; foncez!

Mention spéciale + :
• Opening très réussi
• Le jeu contre jibrill particulièrement bien réalisé et qui m'a mis des étoiles dans les yeux

Mention spéciale - :
• Un coté dramatique aurait pu être exploité pour gagner en intensité et en implication

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (0)
Originale (0)

6 membres partagent cet avis
11 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Mikizik, inscrit depuis le 12/03/2014.
AK8.1.13 - Page générée en 0.052 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.204705 ★