Rebuild Of Evangelion made in Bones

» Critique de l'anime RahXephon par orphée le poète le
01 Avril 2015

RahXephon est la troisième série des studios Bones, ainsi que leur seconde création. Apparu sept ans après Neon Genesis Evangelion, elle se prétend hommage tout en présentant un point de vue et un univers différent. Avant d'aborder cette série, j'ai entendu toutes sortes de critiques de la part de mes proches à son égard. Certains trouvent qu'il s'agit d'un clone non inspiré de la série culte, d'autres au contraire considèrent que cette oeuvre a transcendé le chef d'oeuvre. Alors qu'en est-il, du moins selon mon point de vue?
Ce qui semble toutefois indéniable, c'est qu'il s'agit vraisemblablement d'un tournant dans la croissance du studio Bones qui a hissé ce dernier à un palier supérieur et a engendré ensuite une série de sans faute dans ses créations qui durera bien des années encore.

Le Scénario:
L'histoire de RahXephon se centre sur le personnage d'Ayato, lycéen peintre habitant Tokyo Jupiter, une ville prisonnière d'un dôme géant l'isolant du reste du monde, sous contrôle extra-terrestre (des Muliens), dont le temps s'écoule différemment et dont les gens subissent un contrôle psychologique. Ayato parvient à s'échapper à l'aide de Haruka, une agent de la défense des humains. Il semble être le seul à pouvoir piloter le Xephon, Dolem puissant et arme redoutable contre les Muliens.
L'histoire est dans un premier temps la même qu'Evangelion, transposée dans un contexte à part. En revanche, c'est lors de la seconde moitié de l'anime que cette histoire révèle son potentiel et s'éloigne de son prédécesseur. Très bien écrite, puissante, pleine de rebondissements et d'impact, c'est une vraie réussite.
3/3

Le rythme:
C'est malheureusement sur ce point là que RahXephon pêche selon moi. Le rythme trop lent s'adapte mal à la première moitié de la série, la rendant difficile à suivre par moment. Si on couple ça avec un sentiment de déjà vu pour ceux qui connaissent Evangelion, cela peut s'avérer fatal. En effet, passé les trois épisodes d'introduction, on s'ennuie et il faut attendre l'épisode 8 pour que ça parte enfin.
Le problème de rythme semble se corriger à la moitié de la série en raison d’événements plus importants. Problème de rythme ou de contenu? En tout cas, assez inégal tout ça.
0.5/3

L'ambiance:
En revanche, au niveau de l'ambiance, je ne vois rien à reprocher. Cette atmosphère pesante et oppressante est omniprésente. On s'introduit facilement dans la tête des personnages et on comprend leurs angoisses, leurs douleurs. Ce fond de manipulation renforce ce sentiment constant d'insécurité. On se demande jusqu'au bout si les humains vont s'en sortir et le nombre important de passages noirs ne fait que renforcer cette ambiance.
Gros point fort.
3/3

Les personnages:
RahXephon nous livre dans un premier temps un Ayato très complexe. Plus complexe en mon sens que l'était Shijnji dans Evangelion. Il alterne différents modes de pensées, différentes expressions de manière logique et fluide. Il ne se contente pas d'être un raté souffrant du syndrome du hérisson (comme Shinji), il est plus profond que ça. C'est un enfant impuissant mais étonnamment courageux et finalement solide psychologiquement.
Ensuite, il est difficile de déterminer quels personnages sont secondaire tellement la série est homogène dans la répartition de l'importance des personnages. C'est un exploit car les personnages sont très nombreux. De plus, ils sont tous très attachants et ont tous leur heure de gloire tout en étant subtilement construits. La série aurait eu moins d'impact sans eux.
3/3

L'animation:
Outre le fait que les dessins et le chara design sont superbes et les couleurs très belles, la série souffre du même défaut qu'Evangelion, à savoir le manque de fluidité dans les mouvement et le nombre impressionnant de plans fixes et de facilités d'animation. Dans Evangelion, c'était du au manque de budget. Il ne me semble pas que Bones était un studio fauché, même à l'époque. La preuve, dans la seconde moitié, ces défauts disparaissent et on retrouve l'animation dynamique, fluide et agréable qui seront la marque de fabrique de Bones par la suite. Etait-ce un hommage à sa façon?
2/3

Les musiques:
Impeccables. Les musiques collent parfaitement à l'ambiance et marquent l'esprit. Etant donné que la musique est le leitmotiv de la série, le contraire aurait été étonnant, voire insultant. Les musiques d'ambiance sont une merveille, les thèmes récurrents se retiennent facilement et sont très agréable et, chose rare, non seulement la musique de l'opening est une des meilleures que je connaisse, mais l'ending également est d'une très grande qualité.
Chapeau.
2/2

Ressenti personnel:
Les états que j'ai traversés durant cette série sont assez mitigés. J'étais intrigué lors des trois premiers épisodes, ennuyé par les quatre suivants, lassé par les quatre suivants qui semblaient me servir la recette Evangelion à la virgule près, puis passionné jusqu'à la fin. Cependant, même si la seconde moitié de la série m'a énormément plu, j'ai eu du mal à m'accrocher durant la première moitié, ce qui est tout de même dommage. Cependant, les très nombreuses qualités de la série m'ont permis de la continuer car le visionnage restait très agréable.
2/3

RahXephon: 15.5/20

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (6)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

orphée le poète, inscrit depuis le 13/03/2015.
AK8.1.13 - Page générée en 0.042 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.204271 ★