SANCTUARY — « Pour réussir en politique, il ne faut pas avoir honte de montrer son trou du cul »

» Critique de l'anime Sanctuary par Deluxe Fan le
24 Avril 2021
Sanctuary - Screenshot #1

Salut, ça va ?

Alors tu me croyais mort hein ? Tu pensais que j’avais claqué l’année dernière à cause du VIRUS ? Rassure-toi mon gars, quand y s’agit de te casser les pieds avec des vieux animes dont tout le monde se branle tu peux toujours compter sur Tonton et sa boutique magique. En plus je me suis adapté, maintenant je fais du Click & Collect, toi tu cliques sur mes critiques et moi je collecte les vues, c’est comme ça que le monde tourne maintenant.

Bon au départ Sanctuary c’est un manga écrit par Yoshiyuki "Buronson" Okumura et dessiné par Ryoichi Ikegami. Publié entre 1990 et 1995 pour un total de douze volumes, ce titre est considéré par beaucoup de spécialistes comme un pilier du seinen manga. Et quand je parle de spécialistes je parle des vrais connaisseurs, je parle pas des bouffons comme toi qui croient s’y connaître en seinen parce qu’ils lisent Berserk. Bon moi je lis pas de mangas donc je m’en fous, mais les lecteurs de mangas la plupart c'est des bouffons quand même, surtout ceux qui lisent Berserk. Enfin bref il y a eu une adaptation anime en 96 et c’est de ça dont on va parler.

Sanctuary - Screenshot #2Donc on a ces deux mecs, Asami et Hôjô, ils ont de l’ambition dans la vie, y veulent monter dans l’ascenseur social. Du coup y font un genre de pari, comme quoi y vont rejoindre ensemble l’élite mais par des moyens différents ; Asami y va devenir un politicien, tandis que Hôjô y va devenir parrain de la mafia. Et comme chacun sait, la politique et la mafia c’est plus ou moins la même chose : tricher, voler, trahir, tous les moyens sont bons pour atteindre le pouvoir.

Le point qui est le plus intéressant avec cet anime c’est qu’y retient pas ses coups. C’est une histoire de criminels, on a droit au menu complet ; corruption, menace, extorsion, meurtre, viol, t’a du sang et du sexe, on est dans de l’anime pour Homme ici ça rigole pas. Par rapport à n’importe quel film américain tu te dis c’est de la gnognotte mais pour un anime japonais c’est quand même relativement hardcore, toi qui est habitué à la niaiserie des shônens tu vas avoir un choc. Ouais ça existe de l’animation japonaise qui parle de trucs sérieux, avec des vrais anti-héros qui font des vraies saloperies et qui ne reculent devant rien. Je dis pas c’est spécialement original ou bien écrit, mais quand tu compares au niveau de mièvrerie des animes de maintenant ça rafraîchit quoi.

Sanctuary - Screenshot #3Par exemple, une des qualités de l’anime c’est qu’il est très misogyne comme toutes les grandes œuvres. Tous les personnages féminins terminent à poil à un moment, elles se font toutes baiser, parce que c’est à ça que servent les filles. A un moment t’as une fliquette qui vient enquêter sur nos héros, genre elle représente la loi, mais en fait c’est juste une connasse incompétente et elle finit à poil comme les autres, parce que c’est une fille, c’est son destin. Et t’as plein de petits trucs comme ça pour te rappeler pourquoi les années 90 c’est la meilleure période de la japanime, c’est une question de valeurs.

Les années 90 c’est aussi une esthétique, normalement c’est le genre de came que tu viens chercher dans ma boutique mais bon là c’est pas ma meilleure marchandise. Le chara-design du manga est bien respecté, mais niveau technique on a dix bonnes années de retard sur les standards de l’époque je vais pas te mentir. Cela dit je comprends que les mecs quand y sont allés chercher du budget pour leur anime y disent voilà c’est un anime de yakuzas qui s’entretuent et avec des politiciens qui niquent des putes c’est compliqué d’avoir des sponsos quoi. C’est cheum, mais c’est parce que ça raconte quelque chose de pas beau à voir, on est pas dans la poudre aux yeux ici.

Sanctuary c’est tout à fait le genre d’anime que je suis fier d’exposer dans ma boutique, pas parce que c’est un truc de ouf mais parce que c’est exactement le genre de production qui serait impossible à réaliser aujourd’hui. Les auteurs de maintenant, intoxiqués à l’isekai et autres conneries, sont incapables de penser plus loin que leur propre zgeg. Les auteurs de Sanctuary ça se voit c’est des gens qui ont cerné le monde qui les entoure et voulaient raconter une histoire qui naviguerait dans les recoins sales et crasseux de leur époque. Y suffit de voir leur dernier manga qui vient de se terminer, Begin, qui raconte l’histoire d’un mec avec un fusil qui part buter des immigrés chinois parce qu’y supporte pas de voir cette merde communiste polluer le sol du grand Japon. Les mecs ils ont pas peur, ils ont ce qui manque cruellement à leur contemporains, de belles grosses paires de couilles, et c’est ça que nous on veut voir, on veut des couilles.

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (8)
Originale (3)

4 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.058 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.204250 ★