Critique de l'anime Yamato Nadesico Shichihenge

» par deedee le
03 Janvier 2008
| Voir la fiche de l'anime

Un anime pour le moins... surprenant, qui, durant les 25 épisodes, oscille entre deux genres proches mais différents : l'humour (à répétition) et la parodie.

L'histoire, en elle-même, ne casse absolument pas des briques. Quatre beaux garçons (ou censés l'être), sans parents chez qui habiter, logent dans un luxueux manoir, où une fille - leur parfait contraire - vient les rejoindre. On pourrait croire à une banale série harem.

Mais là où Yamato Nadeshiko Shichi Henge fait fort, c'est dans la façon dont elle présente les choses. Il y a pour une fois une raison à l'entrée subite de la jeune fille - cette raison passe vite au second plan, mais un certain personnage se charge de le rappeler à chaque épisode -, et, par dessus tout, cette jeune fille est le sosie de l'héroïne d'un certain film d'horreur.

On l'aura compris, c'est une sacrée parodie qu'on nous propose là.

Passons aux personnages. Sans même avoir besoin de compter les quelques filles, on a une belle panoplie de genres : le "bad boy" Kyohei, égoïste et au mauvais caractère, le séducteur Ranmaru dont l'ambition semble être d'avoir toutes les dames du pays à ses pieds, le "beau ténébreux timide" Takenaga, et enfin, le traditionnel bébé tout mignon très "fille", Yuki.

Pas mal de clichés donc, qui plus est tous rassemblés en un même endroit. Mais le pire dans tout ça, est sans doute leur beauté. Ces quatre garçons passent leur vie à se faire courser par d'innombrables groupies, sans aucun répit (et surtout pas le 14 Février). Deux problèmes : de un, ils ne sont vraiment pas beaux, et de deux, ils restent terriblement plats. Yuki est plus pathétique que mignon, pour ne citer que lui. Même le côté sombre de Kyohei (je n'en dis pas plus, halte au spoil !) ne parvient pas à le rendre moins ennuyeux.

Heureusement, certains personnages viennent relever le niveau : Nakahara Sunako, par exemple. Un cas à part, l'un des seuls personnages véritablement intéressants de la série. Sunako est en effet une adepte de films d'horreur, de sang, de gore, de tout ce qui fait peur et qui fait fuir les gens, et surtout, d'immondes mannequins anatomiques auxquels elle voue une véritable passion (!).

Par ailleurs, Hiroshi, un modèle (son préféré) auquel il manque plusieurs organes (notamment son estomac), est LE véritable personnage fort de la série. Il apparaît à chaque début d'épisode pour se plaindre du non-avancement de la mission, prendre des poses ridicules, ou même seulement... résumer l'épisode précédent. Il lui arrive toujours des choses abominables qui font bondir Sunako au plafond : enlèvements, bondage en public (!²), et j'en passe.

D'autres personnages secondaires passent et repassent à intervalles réguliers, comme le gang des Goth-Loli, Noi-chi, et la foule de groupies, mais ne sont pas spécialement marquants, à l'image des principaux.

Les musiques ne sont pas spécialement marquantes, peut-être auraient-elles gagné à être plus présentes. Les endings sont terriblement déjantés, et représentent Hiroshi au sens propre comme au figuré, alors que les openings - surtout le second - sont tout ce qu'il y a de plus osé, comme justement les quatre personnages principaux.

Le chara-design est assez étonnant, avec une certaine conception de la beauté qui conduit à rendre Kyohei et compagnie presque repoussants. Mais il ne faut pas oublier que cette série est tirée d'un manga, et que par conséquent, il serait difficile de changer l'aspect des personnages. L'adaptation a d'ailleurs vraiment bien respecté le style du manga.

L'humour, maintenant. Que dire, à part que c'est gras, lourd et répétitif. Lorsque les mêmes scènes sont reprises trois ou quatre fois de suite, c'est plus lassant qu'amusant. Quant aux saignements de nez de Sunako, ça passe les quinze premiers épisodes, mais après, moins facilement.

Point positif toutefois, qui se démarque un peu à cause du fait qu'il n'est utilisé que par un personnage : l'humour noir. Malheureusement, il n'est pas assez présent, et les scènes comme celle de la découpe du poisson sont bien trop rares.

Comment conclure ? On a là un anime qui avait énormément de possibilités, mais qui ne les a pas assez exploitées. Quelques points ressortent agréablement, comme la tendance gore, mais sont noyés sous l'avalanche de "Kyoheiiii-kuuuuun". Dommage !

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (0)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

deedee, inscrit depuis le 14/04/2007.
AK8.1.13 - Page générée en 0.044 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.204687 ★