Auteur Sujet: Cinéma  (Lu 856181 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Nakei1024

Re : Cinéma
« Réponse #2730 le: 16 août 2014, 08:11:24 »
Concernant Lucy... Eh les gens, c'est du Luc BESSON, il ne faut pas forcément chercher une once de réalisme ou de sérieux dans son scénario (surtout de la SF, depuis le 5ème élément, ça devrait être clair). ;)

Est-ce que le but d'un tel style est d'essayer de présenter quelque chose de potentiellement crédible, ou simplement se payer un rêve de gosse, en se foutant carrément de savoir si c'est vrai ou pas? Parce que si vous commencez à chipoter pour Lucy, moi je peux vous aligner tous les Marvel ou Transformers en vous affirmant que là aussi, le pitch de base est finalement un gros WTF. :)
Du moment qu'on prend son pied, moi ça me suffit.

Je vous dirai ce que j'ai pensé des Gardiens de la Galaxie, mais au vu des critiques lues un peu partout sur le net, c'est du bon gros délire qui (enfin) ne se prend pas au sérieux un seul instant... :)
« Modifié: 16 août 2014, 08:16:49 par Nakei1024 »

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...

Afloplouf

  • Administrator
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 8468
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Pris en flagrant délit de glandouille
Re : Cinéma
« Réponse #2731 le: 16 août 2014, 08:26:19 »
J'ai pas vu Lucy mais vous vous rendez compte que vous gueulez sur un des principes de base de la quasi totalité des œuvres de SF ? Partir sur un concept non prouvé mais cool et développez dessus.
  • Les sabres lasers qui s'arrêtent à mi-chemin comme par magie ? Ta gueule c'est la Force.
  • Dans Mass Effect (ou Fondation ou Dune, c'est un gimmick), "eh on a trouvé un truc qui peut modifier la gravité et du coup on peut dépasser la vitesse de la lumière"
  • Dans Stargate (ou Hyperion ou L'Etoile de Pandore), "eh on maitrise la technique des trous de ver pour se déplacer instantanément d'un bout à l'autre de la galaxie"
  • Dans L'Aube de la Nuit, les âmes des morts reviennent posséder les vivants mais on s'en fout car on voit Al Capone diriger une bande de zombies pour s'emparer de la galaxie. :tupeuxpastest:
Bref, la SF impose toujours un soupçon d'incrédulité sur son hypothèse de départ. En plus le coup des 10% c'est pas neuf, Limitless et certainement un tas d'autre font la même chose.

Hei

Re : Cinéma
« Réponse #2732 le: 16 août 2014, 11:04:36 »
Personnellement, ça ne me gêne même pas vu qu'il a pris le parti et a été jusqu'au bout de son délire, même. La réserve qui me vient à l'esprit, c'est que c'était complètement inutile de faire défendre ce propos, faux de bout en bout, par Freeman sur quasiment dix minutes (je ne sais combien de temps ça a duré...). Il l'aurait fait défendre les théories actuelles/ "sur lesquelles la science se pose aujourd'hui des questions", ça aurait eu le même impact, voir d'avantage.

C'est plus une question d'utilité... Après, ça ne m'as pas saoulé du tout, c'est même plutôt logique pour accrocher la masse.

illidark58

Re : Cinéma
« Réponse #2733 le: 17 août 2014, 05:50:58 »
La réserve qui me vient à l'esprit, c'est que c'était complètement inutile de faire défendre ce propos, faux de bout en bout, par Freeman sur quasiment dix minutes (je ne sais combien de temps ça a duré...). Il l'aurait fait défendre les théories actuelles/ "sur lesquelles la science se pose aujourd'hui des questions", ça aurait eu le même impact, voir d'avantage.

C'est plus une question d'utilité... Après, ça ne m'as pas saoulé du tout, c'est même plutôt logique pour accrocher la masse.
Ouais, peut-être. En fait, j'ai surtout du mal quand Freeman explique un truc faux sous des airs de scientifiques.

Tandis que les sabres lasers, la modification de la masse etc.. On n'explique pas pourquoi, ou très peu. C'est juste comme ça et point barre.

Et quand on n'explique pas comment marche un truc qui ne marche pas, tout de suite, ça marche mieux.
Quand on n'explique pas pourquoi tout court d'ailleurs, style X-men 1.

Après, vous n'avez pas l'air dérangé par ces trucs, ce qui m'étonne un peu : C'est quand même le sujet principal, même les noms des chapitres sont basés sur un truc faux, avec un titre ayant un nom où tout ce qui est relié est faux. Alors que Star Wars, ce n'est pas que des sabres lasers et Fondation n'est pas qu'une technologie hasardeuse. Tout ça dans un monde futuriste pour éloigner encore plus de la réalité.

Je me dis donc que je dois être dans une mauvaise semaine, je reviendrais dessus quand il sera téléchargeable...

Après, je ne dis pas que les théories scientifiques sont figées et qu'elles doivent le rester... Il a peut-être raison sur les 15%. Mais ça reste tellement improbable... Et limitless, perso je ne connais pas.
« Modifié: 17 août 2014, 05:57:52 par illidark58 »

Asians have to balance their supreme intelligence with unending weirdness

Nakei1024

Re : Cinéma
« Réponse #2734 le: 17 août 2014, 07:59:03 »
Les gardiens de la galaxie: En quelques mots, "Fun et Rock'n Roll". :)

Un super divertissement qui ne se prend pas au sérieux un instant, avec un groupe de personnages caractériels, qu'on se demande s'ils vont réussir à cohabiter jusqu'au bout. Jusqu'aux personnages secondaires, chacun aura droit à son petit moment de gloire, ce qui est suffisamment rare pour être noté (généralement, c'est juste le héros qui truste l'écran, et le reste du casting sert de simple faire-valoir).

Malgré un ou 2 ralentissements, le rythme reste soutenu et le film nous tient aisément en haleine durant 2h. C'est bien simple, je n'ai pas vu le temps passer.

Niveau ambiance, on oscille entre plusieurs références: de Star-Wars à Cowboy-Bebop, il y a tous les ingrédients pour un bon divertissement.
Et le film nous propose même quelques séquences enchanteresses, notamment grâce à l'intervention de l'homme-arbre.
De l'humour aussi, puisque la salle s'est fendue d'un ou 2 fous-rires pendant le film.
Cliquez pour afficher/cacher


Maintenant, j'ai une dernière question:
Cliquez pour afficher/cacher

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...

Avendil

Re : Cinéma
« Réponse #2735 le: 17 août 2014, 08:44:15 »
Cliquez pour afficher/cacher

Stories are written and read to rebel against the fact that we only live once.

Sacrilège

Re : Cinéma
« Réponse #2736 le: 20 août 2014, 16:25:32 »
Lucy

Je ne vais pas revenir sur le synopsis que tout le monde doit connaître maintenant : une femme parvient à ses dépens à accéder jusqu'à 100 % des capacités de son cerveau, avec toutes les questions d'ordre métaphysique et universel que cela comporte.

ATTENTION, CE FILM EST UN DIVERTISSEMENT. On peut le traiter de film débile, de film incohérent où tout part à vau-l'eau, mais on oublie en disant cela que le but premier de ce film est le divertissement. EuropaCorp a toujours produit des films à gros budget, pour le plaisir des yeux plutôt que pour celui de l'intense réflexion, mais ce n'est pas grave (l'action d'Europa a d'ailleurs encore grimpé de 3% ces derniers jours à la bourse de Paris). Et même si Lucy n'est pas à grande portée scientifique (ou en tout cas des pensées très hypothétiques), il permet toutefois de se laisser aller à réfléchir à l'espèce humaine et aux théories qui jonchent les bibliothèques des universités. Pour ma part, je ne crois pas que l'on puisse atteindre un dixième des capacités répertoriées dans le film, mais c'est bon de rêver de temps en temps.

J'ai lu un article critiquant Luc Besson, l'accusant d'avoir mis au second plan l'aspect sexy de Scarlett Johansson. Et alors ? Tout le monde ne va pas voir Transformers pour baver devant Megan Fox. Je m'en fous que Lucy ne soit pas en train de se déhancher à chaque scène, et ça ne m'aurait de toute façon pas plu. D'autant plus qu'elle l'explique elle-même, perdant son humanité au fur et à mesure que son cerveau prend le pouvoir sur son métabolisme.

Les effets spéciaux, réalisés en grande partie par Industrial Light & Magic (ILM, ayant déjà essuyé les plâtres sur Star Wars, Jurassic Park, Harry Potter et à peu près 200 autres films), sont magnifiques. Ils permettent une immersion sans faille dans les plans que l'on nous montre. La bande-son composée par Éric Serra (souvenez-vous du Grand Bleu, de Nikita ou du Cinquième Élément) reste sur un ton futuriste, bien adaptée au fond.

Pour le reste, il me sera difficile de vous parler des passages m'ayant marquée, puisqu'il convient de garder la surprise si vous décidez de voir le film. Je peux néanmoins ajouter qu'il n'y a que peu de temps morts, sachant que l'action commence déjà dès la quatrième minute du film.

Donc oui c'est du grand spectacle, parfois grotesque, parfois too much, mais cela fait du bien parfois de se reposer et d'en prendre plein les yeux.

Afloplouf

  • Administrator
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 8468
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Pris en flagrant délit de glandouille
Re : Cinéma
« Réponse #2737 le: 20 août 2014, 16:51:30 »
EuropaCorp a toujours produit des films à gros budget, pour le plaisir des yeux plutôt que pour celui de l'intense réflexion (...)

Non, pas que. :P Comme tous les autres studios (animation inclus), ils produisent des films très grands publics pour financer parfois des sujets moins porteurs.
« Modifié: 20 août 2014, 17:16:18 par Afloplouf »

Squik

Re : Cinéma
« Réponse #2738 le: 20 août 2014, 17:05:24 »
Durendal en parlait dans sa rétrospective Luc Besson : quand on parle d'Europacorp c'est vrai que les gens ont tendance à critiquer ce studio en prenant en exemple des films comme Taxi, le Transporteur, Banlieue 13 et cie, mais oublient sciemment d'autres comme I Love You Phillip Morris, La Source des Femmes ou Trois Enterrements.

Et on peut parler longtemps de la qualité de ces différents films, y'a quand même une catégorie qui ramène du fric et permet de financer l'autre. :P
Mon compte SensCritique.

Nakei1024

Re : Cinéma
« Réponse #2739 le: 30 août 2014, 10:47:35 »
Un petit dossier sur les acteurs secondaires dans la saga Star-Wars. De bons souvenirs en perspective...

Ici

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...

Sacrilège

Re : Cinéma
« Réponse #2740 le: 01 septembre 2014, 10:36:08 »
SMS

Par pur hasard des horaires et des séances disponibles, je me suis retrouvée assise dans la salle de cinéma qui projetait SMS, le dernier film en date de Gabriel Julien-Laferrière (à qui on doit entre autres Neuilly sa mère ! et Seuls Two ; à noter qu’il était également premier assistant réalisateur de Trouble Every Day, niark niark niark).

Nous retrouvons Laurent (joué par Guillaume de Tonquédec), qui perd son téléphone portable, son fils, sa femme, sa maison et pour ainsi dire son entreprise en l’espace d’une journée. Cette phrase résume le film, malheureusement. SMS (adapté du roman du même nom de Laurent Bénégui) est mal fait, on assiste à des gags vus et revus, qui ne parviennent pas à faire esquisser un sourire, alors même que le film se décrit comme une comédie. On connait le début, on connait la fin : le seul intérêt de ce film est de découvrir le déroulement des péripéties, qui sont avec dommage peu drôles.

SMS est un film longuet qui essaye de dénoncer les conséquences néfastes des ondes électromagnétiques, et donc de passer pour un film engagé sans non plus le mettre en avant de la façon la plus pertinente. Le seul point m’ayant marquée positivement est le cadrage très sympa des acteurs et des lieux, qui permet une immersion dans les paysages dédiés et les situations vécues. Ne perdez pas votre temps à aller voir ce film, qui se révèle être un méchant navet, alors que vous savez bien que je suis en général assez clémente au sujet du septième art…

Nakei1024

Re : Cinéma
« Réponse #2741 le: 01 septembre 2014, 17:32:57 »
22 Jump Street: Soyons franc, je ne m'attendais clairement pas à un chef d’œuvre, mais j'espérais quand même me fendre de quelques fous-rires bien sentis. Ben honnêtement, j'ai pas ri... :(

Sauf peut-être éventuellement
Cliquez pour afficher/cacher
Et encore, même pour ça c'était plus un petit sourire qu'autre chose.

A éviter selon moi...

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...

Nakei1024

Re : Cinéma
« Réponse #2742 le: 13 septembre 2014, 21:30:34 »
Les recettes du bonheur: Une famille Indienne (d'Inde) s'installe dans un petit village Français, avec l'intention d'y ouvrir un restaurant. Le hic, c'est qu'ils retrouvent juste en face d'un autre restaurant, à 2 doigts d'obtenir une seconde étoile dans le guide Michelin. Autant dire que la propriétaire des lieux voit d'un très mauvais œil cette nouvelle "gargote" bas de gamme, et entend bien tout faire pour mettre des bâtons dans les roues de ses futurs voisins...


Ce film est un ode à la cuisine, sous toutes ses formes. Traditionnelle, expérimentale, locale ou étrangère, quitte à mélanger les styles...
Alors oui, tout est un peu trop propre et positif, teinté de bons sentiments, pour être réellement crédible, mais cela donne une ambiance de "conte" moderne pas désagréable. Et ça donne faim en plus, rien qu'à les voir préparer leurs plats, on demanderait presque l'odeur et le goût portés à l'écran.
Et cette petite famille, soudée et un rien atypique, avec ses joies et ses peines, a quand même le don de transmettre sa bonne humeur au public.
Moi j'y vois une petite fable un brin moralisatrice (la tolérance, l'acceptation des différences...) devant laquelle je ne me suis pas ennuyé, malgré la longueur (2h quand même). Rien de fantastique c'est sûr, mais un excellent moment malgré tout. :)
« Modifié: 13 septembre 2014, 21:35:56 par Nakei1024 »

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...

Nakei1024

Re : Cinéma
« Réponse #2743 le: 20 septembre 2014, 20:35:31 »
Pride: (Tiré de fait réels) 1984, Angleterre. Alors que la grève des mineurs bat son plein, et que l'opposition à Margaret THATCHER se fait de plus en plus violente, un petit groupe de gays et lesbiennes décide de récolter des fonds en faveur des grévistes. Bien entendu, cette aide est vue d'un mauvais œil par les intéressés, qui refusent catégoriquement un tel soutien. Pas découragé par ce revers, le petit groupe décide de se rendre directement dans un village houiller du pays de Galle, pour remettre en main propre les fonds récoltés.
Même si leur arrivée est loin de soulever l'enthousiasme, ils parviennent peu à peu à se faire accepter par les villageois, à l'exception de quelques irréductibles conservateurs...



Si un seul mot devait résumer le film, ce serait assurément son titre: "fierté".

La fierté d'assumer son orientation sexuelle et de l'afficher aux yeux du monde et de ses proches, sans crainte de représailles. La fierté de défendre ses idéaux alors que la plupart des gens (y compris ceux que l'on aide) ne rêvent que de vous voir disparaitre. La fierté de se battre jusqu'au bout malgré un rapport de force des plus inégaux, pour défendre la survie de son village, de ses collègues et amis. La fierté d'aller vers l'autre et le soutenir quand celui-ci en à vraiment besoin, pour combattre l'intolérance, l'ignorance et les préjugés.

Accompagné d'une bande-son mêlant rock et musique pop de cette période, on suit donc avec plaisir le parcours de ces hommes et femmes (aussi bien mineurs qu'homosexuels) qui vont faire fi des différences et se tendre la main pour se soutenir mutuellement. Le film possède une ambiance assez positive et optimiste, même si l'on a inévitablement des passages plus noirs et durs, avec un retour à la réalité parfois violent et désarmant.
Globalement, les acteurs font du très bon boulot et nous servent une performance des plus convaincante. Le personnage le plus marquant reste bien entendu à mes yeux Imelda STAUNTON, plus connue pour sa performance en tant que Dolorès OMBRAGE dans la saga Harry POTTER... Malgré sa stature courte et rondouillarde, cette petite femme ne baisse jamais la tête et conserve toujours un flegme "so british" de plus charmant, capable de remotiver ses troupes même dans les pires moments.

Bref, je ne regrette pas mon choix d'avoir zappé Sin City 2 (qui d'après les critiques s'avère de toute manière médiocre et bien en-dessous de son prédécesseur) pour me tourner vers cette production plus marginale et certainement moins grand-public.

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...

Squik

Re : Cinéma
« Réponse #2744 le: 20 septembre 2014, 23:32:22 »
Je confirme : allez voir Pride, vous passerez un excellent moment!
Le film fait quand même beaucoup dans le bon sentiment, je me demandais si ça aurait réellement pu arriver dans les années 80 ce genre d'histoire... Mais apparemment c'est inspiré de faits réels donc au final on ressort de la salle rempli de confiance envers l'humanité. :)

Et si vous en avez l'occasion vous pouvez aussi aller voir Obvious Child, une comédie romantique. J'en dis pas plus parce que je n'arrive simplement pas à rédiger un synopsis qui fasse honneur au film, donc voici simplement une bande annonce :
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=IVv8hoVjmiU[/youtube]
C'est en tout cas un de mes coups de coeur de l'année, en partie dû à l'humour de l'héroïne, à la limite de la scatologie. Une jolie fille qui parle de couches séniors sur 1h30, ça ne pouvait que me plaire! \o/

Par contre le film est hyper mal distribué : une vingtaine de salles en France, donc je vous conseille vivement d'en profiter si vous avez la chance d'avoir l'une d'entre elles près de chez vous.
Mon compte SensCritique.