Auteur Sujet: Cinéma  (Lu 856634 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Nakei1024

Re : Cinéma
« Réponse #2775 le: 25 octobre 2014, 21:11:30 »
Lou - Journal infime: Eh bien moi, j'ai franchement aimé. C'est un joyeux bazar à l'optimisme communicatif particulièrement plaisant. Honnêtement, le film ne ressemble à rien, du moins à rien de connu. C'est un espèce de fourre-toute dans lequel se mêlent aussi bien de l'animation que des performances avec de vrais acteurs, dans un décor réel ou complètement fictif. Tout semble bricolé, arrangé, disposé au petit bonheur la chance, sans réelle logique, dans une espèce d'accumulation impossible à arrêter, un peu comme l'appartement de Lou (ou celui de ma coloc', au choix).
Personnellement, le dernier film à m'avoir fait cet effet (mais sans pousser le délire aussi loin), c'était Au bonheur des ogres.

Bon, c'est vrai que le film traîne quelques longueurs (personnellement, j'aurais mis la fin après le laser-game), le jeu des (jeunes) acteurs est loin d'être convaincant, encore que certaines performances vaillent le coup d’œil, comme celles des 2 "rebelles" du petit groupe.

Et puis ça fourmille de vie et de détails quasiment à chaque plan. Parfois on a juste l'impression de voir de l'art déco.
Cliquez pour afficher/cacher

Maintenant, j'avoue qu'une suite ne serait pas pour me déplaire... Parce qu'après le traitement des personnages et de l'appartement familial (véritable acteur à part), j'aimerais bien voir Mortebouse, et surtout 2 protagonistes d'importance dans la série: Paul et Clément FIFRELIN (lui, faudra pas le rater). :)


Parlons un peu de la séance... Moi aussi je me suis retrouvé dans une salle truffée de gamins (pas sûr qu'ils comprennent vraiment ce que le film raconte d'ailleurs), avec notamment un petit garçon juste derrière moi qui n'a pas arrêté de s'agiter sur son siège/rehausseur pendant toute la séance, et s'est même payé le luxe d'un ou deux allers-retour aux toilettes (avec des baskets dont les semelles s'éclairent façon guirlande de noël, puisqu'on est dans les détails). Pas vraiment les conditions optimales, mais ça ne m'a pas empêché d'apprécier le film...

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...

allbrice

  • Staff AK
  • Legend Member
  • ********
  • Messages: 10594
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
    • Like Anime-Kun !!
  • A-theque M-theque
  • I'm nuclear, i'm wild
Re : Cinéma
« Réponse #2776 le: 28 octobre 2014, 20:13:01 »
Le programme du Marvel universe - Phase III - au cinéma jusqu'en 2019, c'est par ici  8)

Dommage que le cinéma japonais n'ait aucun répondant du même standing avec le manga, média plus varié et moins redondant que celui des comics.
"The extraordinary is in what we do, not who we are..."

Sacrilège

Re : Cinéma
« Réponse #2777 le: 30 octobre 2014, 09:48:30 »
Je rejoins vos avis positifs sur Gone Girl, je n'aurais pas pu en parler aussi bien. Je me suis encore fait d'autres petites sorties cette semaine, à tel point que je vais devenir allergique aux fauteuils du cinéma..

Magic in the Moonlight

Pour une durée d’un peu plus d’une heure trente, Magic in the Moonlight nous emmène dans les années trente dans le sud de la France. « Stanley (Colin Firth) – alias Wei Ling Soo – est un magicien et illusionniste britannique qui vit dans les années 1920 sur la French Rivera. Rationaliste, il est amené par un vieil ami, illusionniste comme lui, sur la Côte d’azur — où il retrouve une vieille tante qu’il aime beaucoup — : il s’agit de démasquer Sophie (Emma Stone), une médium soupçonnée d’arnaquer une riche famille, dont Sophie a séduit l’hériter. »

Les paysages sont sublimés et mis en avant grâce à des promenades en pleine nature ou des balades en voitures d’époque. J’ai eu un coup de cœur pour Emma Stone, et pas seulement pour sa couleur de cheveux, car elle s’est complètement fondue dans son rôle de médium, avec toutes les subtilités que comprend ce personnage et que vous pourrez découvrir au cours du film. On ne s’ennuie pas une seconde devant l’écran, on voit que les musiques utilisées ont été choisies avec soin et le retournement de situation final n’est pas pour déplaire.



Une Nouvelle Amie

http://www.youtube.com/watch?v=lxNUmOe-dhY

Une fois n'est pas coutume, je vous glisse la bande-annonce puisqu'elle est des plus représentatifs de l'oeuvre. J'ai ressenti un mélange d'humour et de tension dans ces deux petites minutes, qui m'ont immédiatement donné envie d'aller voir le film.
C'est donc un François Ozon tout guilleret et heureux de répondre à nos questions qui vient nous rencontre à l'UGC du coin. Il nous parle de Romain Duris, de son choix, mais dévoile peu sur le film car la salle ne semble rien savoir et ne rien vouloir savoir avant le lever de rideau. Pour ma part j'avais déjà regardé des interviews d'Ozon sur le sujet et vu la BA : je savais pourquoi je venais. Rien que le générique de début de film transcende. Je vais malheureusement vous laisser sur la fin pour beaucoup de choses, car pléthore de scènes surprennent. Je ne vais donc pas vous les raconter, mais soyez sûrs que vous ne serez pas déçus.

C'est Mandarin Cinéma qui s'occupe de la production, ce qui est d'ailleurs le cas depuis 2010  avec Potiche, en ce qui concerne Ozon (studio à qui on devait par exemple OSS 117 également). Je ne vais pas oublier les qualités d'actrice d'Anaïs Demoustier, mais j'ai été subjuguée pour celles de Romain Duris. Sans mauvaise foi, je ne me suis jamais pâmée devant lui. Mais ici, je me suis pâmée devant "elle". Romain Duris est métamorphosé pour ce rôle, qui lui va comme il irait à peu d'acteurs français. On le sent sur le fil d'un bout à l'autre du film et on est tout de même obligés de rester ébahi devant sa plastique, qui ferait pâlir d'envie une bonne partie des femmes.

Adapté du livre Une amie qui vous veut du bien de Ruth Rendell, le film est pour moi une réussite sur beaucoup de plans. Egalement, malgré le sujet propice au débat, ce n'est pas un film engagé. Sans meurtre, il parvient à jouer sur les accords d'un film policier à suspense, de par la tension qui s'en dégage. On ne s'ennuie pas une seule seconde et cela fait plaisir, un peu de poésie française parmi tous les blockbusters.

Deluxe Fan

Re : Cinéma
« Réponse #2778 le: 31 octobre 2014, 11:41:49 »
Fury (David Ayer, 2014) : J'avais pas envie d'aller le voir mais les potes m'ont traîné devant.

On a donc un film de guerre banal, qui raconte un épisode complètement inventé de la fin de la WWII avec ce bataillon US qui avance en Allemagne en rencontrant la résistance nazie la plus fanatique et désespérée. Une grande partie du film se déroule dans un char M4 Sherman, à tel point que les personnages qui l'occupent semblent presque former un "équipage" qui naviguerait sur ces terres ravagées et hostiles. C'est le point le plus positif du film.

Pour le reste, le film s'emploie à être le moins subtil possible, que ce soit dans ces personnages archétypaux (Brad Pitt reprend exactement le même rôle que dans Inglorious Bastards à une moustache près), sa mise en scène avec des fusils qui tirent les lasers multicolores ou son symbolisme religieux opportuniste.

La séquence, bien trop longue d'ailleurs, avec la jeune Allemande qui "s'offre" au conquérant Américain est tellement excessive qu'elle en devient insignifiante.

Reste un film qui réussit ses scènes d'action (vu le pedigree de M. Ayer, on pouvait au moins s'y attendre), et qui peut s'envisager dans le cadre d'une séance pop-corn. Mais le distributeur qui a décidé de diffuser le film pil poil entre les sorties respectives de Gone Girl et de Interstellar ne devait même pas en espérer tant.

@Sacrilège : j'avais bien aimé le Jeune & Jolie de François Ozon, qui arrivait à installer un climat de tension et de gêne sur un sujet là aussi très intime (la prostitution étudiante). Pour le coup c'est du bon cinéma français, engagé mais pas trop, sophistiqué mais pas trop.

allbrice

  • Staff AK
  • Legend Member
  • ********
  • Messages: 10594
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
    • Like Anime-Kun !!
  • A-theque M-theque
  • I'm nuclear, i'm wild
Re : Cinéma
« Réponse #2779 le: 01 novembre 2014, 18:26:06 »
J'aime bien François Ozon. Du moins, je l'ai découvert avec Dans la maison que j'ai beaucoup apprécié. Et plus tard dans Jeune et jolie qui a été confirmation même si Angel trouvait qu'il y avait trop de scènes de Q. On verra bien ce que donne Une Nouvelle Amie...

Sinon, y a un film qui s'appelle Ex Machina qui sort en 2015 et son pitch a tout pour appâter ainsi que racoler les amateurs de science fiction et autres productions avant-gardistes.
Citer
a thriller about two men testing the intelligence of an AI inside a robotic woman's body. The men, played by Oscar Isaac and Domhnall Gleeson, both work for an "internet-search giant"

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=LS2iusYcYeo

« Modifié: 01 novembre 2014, 18:29:33 par allbrice »
"The extraordinary is in what we do, not who we are..."

Avendil

Re : Cinéma
« Réponse #2780 le: 01 novembre 2014, 18:31:23 »
Bien sûr il la dotera d'un exosquelette en fibres de carbone et d'un réacteur à fusion nucléaire histoire qu'au cas où elle décide de lui taper dessus elle lui arrache la tête  :D
Mais ça a l'air plutôt sympa.

Stories are written and read to rebel against the fact that we only live once.

illidark58

Re : Cinéma
« Réponse #2781 le: 01 novembre 2014, 18:39:27 »
Bien sûr il la dotera d'un exosquelette en fibres de carbone et d'un réacteur à fusion nucléaire histoire qu'au cas où elle décide de lui taper dessus elle lui arrache la tête  :D
Mais ça a l'air plutôt sympa.
Exactement ce que je me suis dit ^^

Asians have to balance their supreme intelligence with unending weirdness

Nakei1024

Re : Cinéma
« Réponse #2782 le: 02 novembre 2014, 09:44:43 »
John Wick: En volant la Mustang d'un malheureux quidam passé à tabac et tuant son chien, le fils d'un grand chef maffieux ne savait pas qu'il venait de signer son arrêt de mort. Car ledit quidam n'est autre que John WICK, un ancien tueur à gage reconnu et craint dans le milieu du grand banditisme, présenté par ses pairs comme étant celui qu'on envoie lorsqu'il faut abattre le croque-mitaine.
Celui-ci s'était rangé depuis quelques années, pour vivre une existence paisible au côté de sa femme. Mais après le décès de celle-ci, il suffisait d'une étincelle pour que le tueur impitoyable refasse surface.
Maintenant, la guerre est déclarée, et rien ne saura arrêter John WICK dans sa croisade vengeresse.



Depuis Matrix, j'ai toujours été un grand fan de Keanu REEVES. Il faut dire que l'acteur a quand même un style bien à lui, capable de s'adapter à des rôles divers et variés. Cette fois-ci, le voici dans la peau d'un tueur à gages, froid et impitoyable. On est assez loin des stéréotypes façon Vin DIESEL, Denzel WASHINGTON ou encore Bruce WILLIS, ultravirils et faisant rouler des mécaniques à chaque plan. Ici, on serait plutôt dans le genre brun ténébreux, dont il devient quasiment impossible de deviner les pensées, tant il reste imperturbable malgré le nombre de cadavres qu'il laisse sur son chemin.

De l'action, un héros charismatique, de bons gunfights et quelques courses poursuites aux commandes de bolides mythiques. A priori, tout semblait annoncer un bon divertissement...

Malheureusement, après un départ des plus plaisant, le film ne tarde pas à traîner en longueur et finit par se résumer à un enchaînement de séquences de baston, d'exécution et de torture avec les différents personnages. Et même si il y a systématiquement une certaine recherche esthétique de la violence dans la mise en scène, au bout d'un moment le spectateur finit malgré tout par se lasser.

Bref, j'ai été plus que déçu. :(

Bon, en même temps, hier je n'étais peut-être pas dans les meilleures conditions pour apprécier le film, avec une grosse migraine nauséeuse venue me faire coucou en plein milieu de la projection...

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...

AngelMJ

Re : Cinéma
« Réponse #2783 le: 02 novembre 2014, 19:36:21 »
Dans le genre "je pose mon cerveau et je regarde", John Wick est quand même bien plus fun et divertissant que Equalizer, sorti il y a quelques semaines.

Si je devais résumer ce film en une phrase : HEAD SHOT. En fait ce film me fait penser à un jeu vidéo plus qu'autre chose. Il a exactement la même structure qu'un FPS/TPS :p

Nakei1024

Re : Cinéma
« Réponse #2784 le: 08 novembre 2014, 10:12:10 »
Il a l'air prometteur le prochain Astérix. Le graphisme est sympa, les dialogues ont l'air savoureux (façon Kaamelott), et le casting des doubleurs est loin d'être anodin.

https://www.youtube.com/watch?v=yi-ryA07otI


A part ça, certains ont vu Samba? J'hésite à aller le voir: les critiques semblent plutôt mitigées et le sujet est suffisamment casse-gueule pour se planter en beauté. Pourtant, si c'est bien traité, ça peut valoir le coup (comme pour Intouchables).

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...

Squik

Re : Cinéma
« Réponse #2785 le: 10 novembre 2014, 23:51:31 »
Interstellar :

Si je regarde les avis que les gens que je connais et qui ont vu le film m'ont donné, y'en a la moitié qui ont adoré, et l'autre qui a pas du tout accroché voire trouve que c'est un navet complet.
Alors je sais que personnellement j'ai plutôt adoré... Mais en même temps je comprends totalement pourquoi on peut ne pas aimer ce film. Le problème c'est que je vois pas comment expliquer ça sans spoiler l'intrigue, donc allez plutôt vous faire votre propre avis. :P

Edit : Par contre un truc à savoir tout de même : j'ai trouvé ce film super triste, j'étais vraiment sur le point de pleurer à certains moments et c'est assez rare qu'un film me fasse ça pour le préciser. Comme dit LordFay plus bas y'a des trucs assez lourds dans la relation Cooper/Murph, mais je dirais pas que tout est à jeter, y'a aussi des trucs que j'ai trouvés vraiment réussi (disons avant la dernière demi-heure).
« Modifié: 11 novembre 2014, 10:01:46 par Squik »
Mon compte SensCritique.

LordFay

Re : Cinéma
« Réponse #2786 le: 11 novembre 2014, 02:08:56 »
Interstellar :
Alors je sais que personnellement j'ai plutôt adoré... Mais en même temps je comprends totalement pourquoi on peut ne pas aimer ce film. Le problème c'est que je vois pas comment expliquer ça sans spoiler l'intrigue, donc allez plutôt vous faire votre propre avis. :P
Facile : toute la partie de l'histoire autour de la famille est gerbante et à jeter à la poubelle, et les dialogues ont la lourdeur d'un camion-benne. Quand on enlève ça, il reste un film incroyablement beau à défaut d'être fin, avec une photographie à tomber et des scènes qui marchent à moitié.

Je crois que j'ai de la sympathie pour ce film, je n'ai clairement pas envie de l'enfoncer. Mais Nolan livre quand même un film prétentieux, tellement prisonnier de son carcan de blockbuster lambda qu'il est incapable de s'assumer comme une vraie épopée (odyssée !) spatiale.

Interstellar, c'est beaucoup de bonnes choses, des images et des sensations puissantes et marquantes, mais beaucoup de gâchis et peu de finesse.
ristretto revenants, le blog des fragments rôlistes confus

allbrice

  • Staff AK
  • Legend Member
  • ********
  • Messages: 10594
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
    • Like Anime-Kun !!
  • A-theque M-theque
  • I'm nuclear, i'm wild
Re : Cinéma
« Réponse #2787 le: 11 novembre 2014, 15:11:32 »
Interstellar puisqu'il faut en parler...

Pour résumer brièvement la chose, Interstellar c'est l’histoire d'un Homme qui s'en va à la recherche d'une nouvelle maison pour sa famille et les terriens par delà les étoiles alors que la terre se meurt.

Le film est clairement divisé en trois actes dont le premier s'étend sur les liens sociaux et la genèse de l'aventure. Ce n'est pas le meilleur d'entre les trois segments, mais je ne l'ai pas trouvé totalement imbuvable dans la mesure ou ce sont les facilités et le lot de clichés qui font tâche plus qu'autre chose. Et en plus ils font la PUB pour la série Rugged Extreme de la gamme Latitude chez DELL...

La seconde partie quant à elle constitue le meilleur morceau du film car elle rend son contenu plus accessible à tous sur les concepts gravitant autour de la théorie de la relativité ou encore ceux relatifs aux trous cosmiques et tutti quanti. Une façon agréable d'y intéresser le grand public surtout que le film donne vie à ces objets célestes qui font fantasmer l'imagination humaine. Photographie et effets visuels au top, bien illustrés même si j'en voulais plus. Il y a une approche vulgarisatrice et pédagogique qui ne font pas, je trouve, de ce film une production prétentieuse malgré son statut de blockbuster. Elle a le mérite d’intéresser les gens sur ce sujet et pour le coup, le pari de Nolan est réussi.

Le troisième segment quant à lui représente celui qui divise ou indiffère, c'est selon votre ressentiment à la fin de l’expérience. Dans mon cas, je suis assez partagé car d'un côté j'ai bien aimé le côté audacieux franchi par le film et l'extrapolation mise en place. De l'autre, j'ai envie de crier au bullshit une fois que le cap du trou noir est dépassé. J'ai eu la sensation qu'on se dirigeait tout droit vers une pente glissante et casse-dent. A la fois rébarbatif et incohérent même si l'accent hollywoodien nous fait plus ou moins avaler la pilule.

N'empêche qu'à la sortie, j'ai trouvé le rythme bon, je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Peu apprécié les plans séquences sur la coque des vaisseaux, émerveillé par la musique (le thème principal est à pleurer tellement il est bon) de Hans Zimmer et la qualité du casting (je faisais une fixation sur les lèvres d'Anne Hathaway...).

En somme, Interstellar m'apparait comme un moment de cinéma époustouflant et à la fois trop invraisemblable (pour l'instant). On en ressort tout de même avec des étoiles pleins les yeux. Une seconde séance est prévue.
« Modifié: 24 novembre 2014, 00:15:22 par allbrice »
"The extraordinary is in what we do, not who we are..."

nevia

Re : Cinéma
« Réponse #2788 le: 12 novembre 2014, 11:15:16 »
Je me réveille et je me demande ce que j'ai fait hier soir. *bâillement* Ah oui! Je suis allée voir Grizzly, le dernier documentaire Disneynature.

Pour ceux que ça intéresse, nous suivons durant presque un an les péripéties d'une famille ours d'Alaska composée d'une femelle -appelée Sky mais comme souvent nous ne saurons pas pourquoi- et de ses 2 petits. L'histoire s'étend donc de la sortie de leur tanière jusqu'à la préparation à l'hibernation suivante. Les scènes sont somme toute assez classiques quand on a connait déjà les petites habitudes de nos peluches préférées. Au programme: pêche au saumon, siestes, défense de territoire et autres intimidations.
Mon avis est plutôt mitigé sur ce film donc je vais essayer d'organiser tout ça:

Ce film est peut-être pour vous si:
- vous êtes un enfant
- vous êtes un grand enfant (comme moi)
- vous avez une chambre tapissée de posters d'ours
- vous regardez tous les documentaires animaliers
- vous voulez voir une version réaliste de Bouba le petit ourson
- vous trouvez les oursons ka-wa-ïiiiii

Ce film n'est peut-être pas pour vous si:
- vous êtes exigent
- vous détestez les documentaires très scénarisés (pour ne pas dire trafiqués au montage)
- vous n'avez aucune envie d'entendre la voix Française d'Hugh Laurie (Dr House) dire des niaiseries sur un ton niais. Du style "Scout le petit téméraire a retrouvé sa maman, cela lui servira de leçon!"
- vous ne supportez pas les bandes son très présentes et sans aucune subtilité

Pour conclure, je dirais que pour apprécier ce film il faut vraiment garder en tête qu'il s'adresse aux enfants en priorité. Si on aime la faune, on passe quand même un bon moment. Certaines scènes  -faute d'être inédites- sont très attendrissantes, et d'autres plutôt comiques, le tout sur fond de paysages sublimes. Il n'y a aucune longueur, et les petits ne peuvent être que captivés. Mon principal reproche c'est que je pense que les enfants aussi savent apprécier une mise en scène un peu plus mesurée. Il y a une incroyable -pour ne pas dire insupportable- dramatisation de chaque pépin de la vie animale, et toute occasion est bonne pour nous faire croire que tout le monde va mourir...
Cliquez pour afficher/cacher
« Modifié: 12 novembre 2014, 11:56:12 par nevia »

Sacrilège

Re : Cinéma
« Réponse #2789 le: 12 novembre 2014, 19:35:55 »
Je partage à peu près tous vos avis sur Interstellar. Je suis allée voir le film à reculons, suite à la critique de Durendal si peu élogieuse. Et j’ai partagé son opinion désastreuse pendant le premier tiers du film (soit quand même près d’une heure si l’on compte bien). Le début est très lent, sous couvert de vouloir poser les bases. Pour le coup, elles sont bien posées, pas forcément toujours claires mais l’esquisse est là. Il y a beaucoup de moments qui m’ont déplus : une grande tirade sur l’amour dans l’espace, une course poursuite dans des champs de maïs pour rien alors que le monde crève de faim, etc. Des scènes inutiles qui espèrent se justifier par de l’action ou du sentimentalisme.

La musique est belle car c’est du Hans Zimmer (alors qu’il l’a composée sans même savoir les images qui iront avec), même si j’aurais préféré plus de bande-son dans l’espace plutôt que ce silence trop pesant, même quand cela ne s’y prête pas. Ma grosse surprise a été de voir que le film n’était pas en 3D, et pour certaines scènes, je pense à celle du trou noir par exemple, j’aurais vraiment kiffé voir ça en 3D, comme si j’étais dans Star Tours.

Ce n’est pas le film du siècle, il tire souvent en longueur, mais il bénéficie d’excellentes prises de vue et d’un rythme soutenu durant le dernier tiers, qui permet de bien remonter le niveau du début assez quelconque et peu motivant.