Auteur Sujet: Débats  (Lu 605749 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

StraightDown

Re : Débats
« Réponse #2640 le: 21 mars 2019, 05:39:13 »
L'énergie ça ne consomme ni ne se produit, les lois physiques l'interdisent, donc arrêtons avec ces termes qui n'ont aucun sens. Quant aux énergies dites propres, ça n'existe pas non plus. La question est de savoir laquelle est la moins polluante, c'est tout.

RadicalEd

Re : Re : Re : Débats
« Réponse #2641 le: 21 mars 2019, 08:55:13 »
Ce genre de mouvement permet aussi et surtout de faire valoir le problème climatique comme le problème politique urgent qu'il est et faire en sorte que la classe dirigeante soit obligée de s'en saisir, puisque ça fait partie des choses qui "comptent". Honnêtement le niveau de prise de conscience général n'était pas du tout le même y'a ne serait-ce que 5 ans, même si les mesures concrètes et à la hauteur tardent le mouvement de fond est là pour donner du poids.
Oui je suis d'accord mais il serait temps que ces mouvements regardent aussi un peu les données scientifiques pour proposer des axes d'action et se focalisent plutôt sur les pays les plus en retard. J'attends de les voir "faire un procès" à la Chine, aux USA ou à la Pologne... ;)

@Minuit: A ce que je vois, le nucléaire est toujours un sujet clivant voire idéologique.
Les déchets: ils sont en faible quantités après traitement puis stockage en profondeur. Je vois pas trop de problème.
Citer
Donc si, tapons sur le nucléaire. L’hydraulique et l'éolien sont mille fois plus sûrs, moins contraignants et flexibles.
L'hydraulique, je ne crois pas qu'il puisse être développé en France mais est effectivement plus intéressant que le nucléaire quand tu peux le développer. L'éolien n'est pas flexible du tout (il faut du vent), tant qu'il n'y a pas des solutions viables de stockage de l'énergie produite, ça me semble une fausse bonne idée. Le côté 1000 fois plus sûr, je ne sais même pas d'où ça sort étant donné que le nucléaire a le meilleur rapport mortalité/énergie produite.

Ce que tu m'expliques sur l'équilibre du réseau électrique je sais bien, mais si le réseau a très bien fonctionné avec le nucléaire/hydraulique pendant 40 ans, je ne vois pas où est le problème. Actuellement, c'est surtout les énergies irrégulières produites par l'éolien ou le photovoltaïque (et souvent au mauvais moment par rapport aux pics de demande) qui sont problématiques à gérer au niveau du réseau. D'où le fait que ces énergies sont couplées avec des centrales à charbon/gaz.
En gros, t'imputes un problème au nucléaire dont la source est le côté imprévisible du renouvelable.

Pour répondre un peu à ton point de vue, mais on ne sera vraisemblablement pas d'accord:
- le nucléaire est bas-carbone: l'urgence c'est pas le climat ?
- 100 ans d'uranium à bas cout ça suffit, il y aura peut-être mieux que le nucléaire dans 50 ans: le problème de stockage des énergies renouvelables sera résolu par exemple...
- le nucléaire est sûr, faut arrêter la désinformation 2 minutes.
- on sait qu'il faut stocker les déchets.
- le nucléaire est moins couteux que le renouvelable (et permet de le subventionner) mais au moins on est d'accord sur ça: l'hydraulique c'est la meilleure source d'énergie bas-carbone.

Citer
Ceux qui voient en les surgénérateurs une solution à l'avenir sont soit des fous, soit des utopistes.
J'ai surtout vu des scientifiques, mais bon Galilée, tout ça quoi...

Down

Re : Débats
« Réponse #2642 le: 21 mars 2019, 10:28:41 »
Le nucléaire a des défauts c'est certain, mais son avantage principal c'est la possibilité de générer des quantités colossales d'énergie pour lesquelles il faudrait des installations incomparablement plus grande avec d'autres sources d'énergie...

C'est peut-être pas l'énergie de l'avenir, mais des choses comme le stockage efficace et simple de l'énergie (pour les énergies renouvelables) ou la fusion nucléaire (comme source d'énergie d'avenir) ne sont pas des choses qui existent pour l'instant et pour lesquelles le temps de la recherche est difficilement compressible. Or le temps presse, et le nucléaire pourrait servir à décarboner l'électricité pendant la transition. Evidemment ça ne veut pas dire qu'il faut mettre toutes ses billes dessus, de toute évidence la complémentarité entre différentes sources d'énergies est nécessaire.

Benja6910

Re : Débats
« Réponse #2643 le: 21 mars 2019, 10:52:39 »
Je pense qu'il faisable de développer l'hydraulique en France et en Belgique.

Il existe des turbines à placer à coter des cours d'eau et en utilisant le courant (de l'eau), on fait tourner la turbine qui produit de l'électricité.

C'est faisable et pas spécialement compliqué.

Ceci est un exemple de système mais il en existe des biens plus simples :


C'est en marchant beaucoup qu'on fini par abîmer ses souliers !

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Débats
« Réponse #2644 le: 21 mars 2019, 14:08:12 »
Les déchets: ils sont en faible quantités après traitement puis stockage en profondeur. Je vois pas trop de problème.
Je suis d'accord : les déchets sont en faible quantité. Le problème est cependant double : nous nous basons actuellement sur des simulations quant au vieillissement de ces déchets d'une part ; et d'autre part nous sommes embêtés pour prévoir les mouvements de terrain, les modifications du sol liés au changement climatique. Bref : tout peut très bien se passer, mais dans les faits, on reste sur du très long terme que nous ne savons pas prévoir.



Le graphique suivant vient d'un site pronucléaire. L'échelle du bas est en années.

L'hydraulique, je ne crois pas qu'il puisse être développé en France mais est effectivement plus intéressant que le nucléaire quand tu peux le développer.
L'hydraulique peut se développer en France, et assez largement, sous beaucoup de formes. Les hydroliennes semblent par exemple une bonne piste : les premiers tests avaient été très positifs.

L'éolien n'est pas flexible du tout (il faut du vent), tant qu'il n'y a pas des solutions viables de stockage de l'énergie produite, ça me semble une fausse bonne idée.
En fait, le système électrique en France fonctionne sur un potentiel de surplus. Donc le problème n'est pas d'avoir plus d'énergie (car dans ce cas, l'éolien en effet serait une très mauvaise solution) mais d'en avoir potentiellement moins (et une éolienne, ça s'arrête assez facilement). Evidemment, un parc uniquement composé d'éoliennes n'est pas viable, mais il n'en a jamais été question (d'autant plus que l'éolien est une énergie encore assez chère).

Pour répondre un peu à ton point de vue, mais on ne sera vraisemblablement pas d'accord:
- le nucléaire est bas-carbone: l'urgence c'est pas le climat ?
- 100 ans d'uranium à bas cout ça suffit, il y aura peut-être mieux que le nucléaire dans 50 ans: le problème de stockage des énergies renouvelables sera résolu par exemple...
- le nucléaire est sûr, faut arrêter la désinformation 2 minutes.
- on sait qu'il faut stocker les déchets.
- le nucléaire est moins couteux que le renouvelable (et permet de le subventionner) mais au moins on est d'accord sur ça: l'hydraulique c'est la meilleure source d'énergie bas-carbone.
J'ai surtout vu des scientifiques, mais bon Galilée, tout ça quoi...
Et je te réponds à mon tour :
- L'urgence c'est le climat, mais faut-il foncer dans l'inconnu pour autant ? Pourquoi ne pas privilégier des énergies plus sûres ?
- Se dire "dans quelques années on aura trouvé" est globalement un mauvais raisonnement : on fait avec ce que l'on a et ce dont on est sûr. Une potentielle crise énergétique mondiale serait beaucoup plus grave que d'investir un peu plus dans d'autres formes d'énergies. Après, on peut espérer ; je t'avoue que je ne suis pas du genre à aimer fonder mon avenir sur des suppositions.
- Le nucléaire est sûr, sans aucun doute, pour le moment en tout cas. Je n'ai jamais dit que le nucléaire français n'était pas actuellement sûr (je pense même le contraire). Par contre, j'ai des doutes sur la sûreté des installations à l'avenir. Montée des eaux, modification des terrains, une potentielle relance de l'activité sismique (qui a été récemment documentée) me font dire qu'il faudrait penser un peu à couvrir nos arrières. Chose que l'industrie (de l'énergie, mais à peu près n'importe quelle industrie en fait) met un peu trop souvent de côté à mon goût.

J'ai surtout vu des scientifiques, mais bon Galilée, tout ça quoi...
La question des surgénérateurs divise les scientifiques. Oui, la surgénération est possible. Mais elle souffre de plusieurs problèmes.
D'abord, elle est chère. Mais bon, ce n'est pas le principal problème. Le problème est un problème de sécurité potentiel (je ne dis pas que la technologie n'a pas vocation à être sûre, hein ; je dis juste que sa sécurité ne convainc pas encore une majorité franche des scientifiques).

Aujourd'hui, nous savons qu'il est difficile d'arrêter le fonctionnement d'une centrale en cas de crise (et long, coûteux hors crise). La surgénération consiste à générer plus d'isotopes que ce que le réacteur consomme. Qu'advient-il de la difficulté (ou de la durée) d'un arrêt d'une centrale ? Je te jure, le problème est pas compliqué. Sans compter que les technologies actuelles (celles envisagées en France) utilisent du sodium et qu'aux dernières nouvelles, le projet s'est fait recaler encore une fois parce qu'il ne présentait pas les critères de sécurité attendus.

Si le sujet t'intéresse, je te conseille d'aller jeter un œil au court rapport court rapport (16 pages) de Bernard Laponche. Si Bernard Laponche est certainement antinucléaire, sa position n'est pas idéologique au même sens que celles des ONG qui sont de véritables moulins à n'importe quoi dans le seul but d'essayer de persuader les gens (ou de ramasser du pognon, on sait plus trop à force). En tout cas, son argumentation s'appuie sur des données vérifiables, scientifiques ou administratives.

Afloplouf

  • Administrator
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 8469
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Pris en flagrant délit de glandouille
Re : Débats
« Réponse #2645 le: 21 mars 2019, 14:16:44 »
La France est justement une des plus grandes utilisatrices des barrages (10% de la production électrique) mais on a atteint effectivement une limite de leur utilisation. Les barrages ne sont pas du reste neutre que ce soit sur le paysage, la biodiversité des vallées, le déplacement des populations, etc. Vous pouvez vous renseigner sur le Barrage des Trois Gorges en Chine qui a été une source de grandes polémiques.

Ils sont cruciaux pour gérer les pics de consommation (typiquement en début de soirée) car si on ne sait pas (enfin très mal) stocker de l’électricité, on sait stocker de l’énergie potentielle avec des pompes et un peu de béton. =D

C'est LE problème de notre époque. Une société de consommation très interconnectée sur le plan mondial (qui a entre autres mis fin aux grandes guerres, tout n'est pas négatif) basé sur une énergie très efficace et à bas cout : le pétrole. Il n'y aura pas UNE réponse.
- Il faudra réduire notre consommation mais il est utopique de croire qu'on pourra lancer un nouvel âge de pierre.
- Il faudra un mix énergétique. Le nucléaire réduit notre dépendance au carbone mais créé des déchets qui existeront plus longtemps que la civilisation humaine. L'éolien/le solaire vont gagner en importance dans le mix mais leur construction est basée sur des Terres Rares (pas si rares que ça, et la Corée du Nord en regorge, pourquoi vous croyez que les sanctions sont levées, c'est pas pour la dénucléarisation) dont l'exploitation est une catastrophe environnementale (sols pollués par le mercure et autres douceurs). La clé est que non seulement on stocke mal l’électricité mais en plus on a du mal à la transporter.
- Il faudra un grand plan pour le recyclage et je ne parle pas de quelques plans com' à nettoyer les plages.
- Il faudra repenser toute notre utilisation de l'espace pour limiter les déplacements : concentrer la population ou non ? développer la production agricole en ville ? probablement développer le télétravail, etc.

C'est le travail de plusieurs générations et malheureusement, ce sont des problématiques qu'on ne sait pas traiter. Malgré tous les beaux discours sur "l'avenir de nos enfants", on bien souvent incapable de se projeter aussi loin dans le temps. Quand le mois de Février a battu des records de température, la première réaction a été "c'est sympa ce genre de météo en hiver" et quand cet été on battra de nouveaux records, on parlera du nouveau potentiel balnéaire de la Bretagne en passant vite sur l'apparition de maladies tropicales sur la Côte d'Azur. J'ai l'impression que c'est moins vrai chez les trentenaires comme moi et encore moins sur ceux qui sont encore plus jeunes mais ce n'est pas non plus une unanimité et ils n'ont pas de pouvoir.
« Modifié: 21 mars 2019, 14:21:08 par Afloplouf »

RadicalEd

Re : Débats
« Réponse #2646 le: 21 mars 2019, 21:11:16 »
@Benja:
Oui , il y a moyen de développer l'hydroélectrique mais ça a des conséquences au niveau de l'écologie des cours d'eau. Il y a même une loi européenne/traduite en droit français qui tendrait à faire démanteler les installation hydroélectrique existante de ce genre (exemple). Le sujet n'est pas simple...

Je rejoins Aflo quant au fait qu'une évolution profonde est nécessaire, en France ce serait l'isolation des bâtiments, les transports en communs, le télétravail et le développement du ferroutage que je verrai comme prioritaires, et pas particulièrement le développement des énergies renouvelables même si varier le mix énergétique a un intérêt.

@Minuit:
Je vois que ce qui te pose problème est plus un manque de confiance dans les industriels que dans le nucléaire. Ça peut se comprendre. Ma vision est un peu différente car je bosse dans les commandes de vol pour un constructeur aéronautique. Tout comme, pour le CEA (avec qui on collabore), on prend la sécurité de fonctionnement très au sérieux (c'est peu de le dire), donc je n'ai pas la même vision que toi.

L'étude que tu lies est intéressante même si un peu malhonnête concernant l'intérêt d'un tel réacteur. Je suis moi aussi très critique des RNR avec sodium liquide (très difficile à manipuler et très dangereux). Cela ne doit pas empêcher de continuer à chercher sur le sujet pour une solution plus sûre. L'intérêt du neutron rapide (outre d'utiliser le plutonium des réacteurs standards) c'est quand même de tourner à l'uranium 238. Pour rappel: 5% de l'uranium naturel est 235 (utilisé par les réacteurs ancienne génération) et 95% est l'isotope 238. Donc, grosso modo, de 100ans de réserve tu passes à  plus de 1000ans. Le côté surgénérateur, c'est pour les dépliants mais chercher de ce côté peut justifier de dépenser quelques milliards  ;)
Après, je suis d'accord avec le raisonnement tenu que, vu le désengagement général du nucléaire, prendre des risques avec un tel réacteur alors qu'une potentielle pénurie de combustible s'éloigne, est inutile et mal-venu.

Concernant les ONGs (greenpeace en tête) qui racontent n'importe quoi, je suis à 100% d'accord, ça m'énerve tellement leurs manipulations par la peur. Cadeau, si tu ne l'a pas vu, un petit doc sur les OGMs qui montre à quel point ils sont fous:
https://vimeo.com/188913344
Il y a les sous-titres français.

edit: ça m'a fait rire car c'est récent et à propos
Cliquez pour afficher/cacher

Désolé si j'ai un peu dérivé sur le pro/contre nucléaire. A la base, je voulais juste râler un peu sur "l'affaire du siècle"  :P
« Modifié: 22 mars 2019, 07:39:38 par RadicalEd »

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Débats
« Réponse #2647 le: 22 mars 2019, 08:50:04 »
Je vois que ce qui te pose problème est plus un manque de confiance dans les industriels que dans le nucléaire.
En effet, je n'ai pas confiance en l'industrie. Je pense qu'il est assez simple de montrer pourquoi.

L'industrie nucléaire essaie par exemple de faire financer Astrid après les échecs de Phénix et Superphénix. Tu as pu constater comme moi que les arguments contre le projet sont assez accablants. Une industrie raisonnable n'est pas une industrie qui essaie de faire passer en force un projet comme cela. L'industrie du nucléaire n'est donc pas plus raisonnable que les autres, car elle est soumise autant que les autres à l'argent. Fin.

L'étude que tu lies est intéressante même si un peu malhonnête concernant l'intérêt d'un tel réacteur.
Le très bref rapport que je lie n'est pas malhonnête, car ce n'est pas une étude sur le nucléaire français, mais sur Astrid. Donc non, le rapport se concentre juste sur le sujet qu'il entend traiter. c:

En tout cas, cela fait bien longtemps que je regarde avec méfiance les rapports et comparaisons des ONG. Il y a des gens très compétents qui y travaillent (et qui produisent parfois des papiers de qualité), mais leurs services communication sont pires que la peste, le choléra et le sida réunis.
Surtout qu'il existe suffisamment de sources bien plus sûres d'information. Même si elle est orientée antinucléaire, la Gazette Nucléaire reste un pilier de l'information sur le sujet.

Avendil

Re : Débats
« Réponse #2648 le: 22 mars 2019, 15:11:37 »
Citer
L'industrie du nucléaire n'est donc pas plus raisonnable que les autres, car elle est soumise autant que les autres à l'argent. Fin.

A ce moment là aucun organisme privé n'est fiable, ni publique sûrement ; on s'en sort plus.

Puis on sait bien que les déchets radioactifs durent longtemps. Mais si on prend pas de grosses mesures pour réduire le réchauffement climatique on est sûrs qu'en effet ils dureront plus longtemps que notre civilisation.

Les problèmes de stockage restent un problème qui est, en tout cas pour moi, bien moins pressant que le réchauffement. Et le nucléaire est la solution à court terme la plus viable au problème, le temps de faire une transition vers beaucoup plus d'énergies renouvelables.

Et puis un jour, on ira vivre sur d'autres planètes et ça gênera plus grand monde qu'on ai des caves gigantesques pleines de déchets radioactifs enterrées sous terre. Faut juste qu'on s'en sorte jusque là. :3
« Modifié: 22 mars 2019, 15:16:22 par Avendil »

Stories are written and read to rebel against the fact that we only live once.

RadicalEd

Re : Re : Débats
« Réponse #2649 le: 22 mars 2019, 20:19:47 »
L'industrie du nucléaire n'est donc pas plus raisonnable que les autres, car elle est soumise autant que les autres à l'argent. Fin.
En fait, dès que la sécurité humaine est engagé, ce n'est plus une question de confiance en l'industrie qui s'applique: personne n'est assez naïf pour croire qu'un industriel est prêt à perdre de l'argent pour l'amour du travail bien fait.
Je ne suis pas expert en nucléaire mais j'imagine que comme l'aéronautique ou le spatial, des "process" sont mis en place pour justement assurer que le fait que l'industrie pense au fric, ou que l'ouvrier ait mal dormi la vieille n'entre pas en ligne de compte.

Le problème, c'est que ce genre de chose ne couvre pas forcément des défauts de conception originels comme à Fukushima par exemple, mais je pense que sur l'analyse de risque des conditions "exceptionnelles" le travail continue et est de plus en plus rigoureux.
Bon, de mon côté, je n'ai jamais trouvé que construire des centrales nucléaires sur une faille sismique soit une bonne idée au demeurant. Je n'ai jamais compris pourquoi ils ne s'étaient pas plutôt orientés vers la géothermie comme l'Islande... peut-être à cause du "lobby" des Onsen  =D

Zankaze

Re : Débats
« Réponse #2650 le: 23 mars 2019, 00:45:09 »
Citer
Bon, de mon côté, je n'ai jamais trouvé que construire des centrales nucléaires sur une faille sismique soit une bonne idée au demeurant.

En même temps, c'est ça ou les montagnes... =D


"Set your Heart Ablaze."

Rydiss

  • Staff Webzine
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 2480
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Prononcez mon pseudo comme il vous plaira...
Re : Débats
« Réponse #2651 le: 25 mars 2019, 12:40:14 »
Petite intervention à propos du nucléaire, il semblerait qu'on parte dans des points de vue orientés. Sauf que ça manque pas mal de faits et de chiffres tout ça, or c'est un domaine extrêmement documenté. Je me permets donc d'apporter deux trois infos pour qu'on parte sur des faits établis. Bon, c'est long, mais j'espère que tout le monde comprendra un peu plus où on en est dans ce domaine.

Pour le moment, la majorité des scientifiques sont clairs : niveau trace carbone, c'est ce qu'il y a de mieux (voir le troisième article en bas de mon post). On semble aussi oublier que la recherche continue dans ce domaine, justement parce qu'on sait qu'il ne s'agit pas d'une source d'énergie parfaite (et il n'en existe pas de toute façon). Pour ma part, je crois que le futur sera nucléaire, tout du moins en partie. D'où vous croyez que sort le projet international de fusion nucléaire du centre de Cadarache ? (accessoirement, ils ont réussi une étape dans la fusion avec la réalisation d'un plasma. Le problème maintenant est de maîtriser la méthode et d'étudier des moyens d'exploitation viable commercialement). On aura moins de problème de déchets pour le coup, et niveau énergie, c'est bingo. Pour ces derniers, pareil, on poursuit les études pour au moins limiter leur production (avec notamment des tentatives pour améliorer les rendements niveau production d'énergie).

Un élément qui me dérange : j'ai l'impression en lisant ou écoutant les gens (au quotidien, que l'on s'entende bien) qu'ils croient qu'on a des demeurés aux manettes du nucléaire. Les ingénieurs, les scientifiques, les types qui font les simulations de catastrophe... Il y a certes des cons partout, mais là, on connaît les enjeux donc on met des sacrés cerveaux aux postes clés.

Exemple : on parle de l'ASN ? Je ne l'ai pas vu évoqué une seule fois, alors que c'est LE gendarme du nucléaire. Et c'est pas de la blague. Ils font chier tout le monde avec leurs règles hyper stricts, gouvernement et EDF compris, mais tout le monde plie devant elle. Elle est tellement sévère qu'elle prend le risque d'engendrer de la méfiance envers le nucléaire auprès de la population, qui est par ailleurs extrêmement ignorante à ce sujet (premier article en bas). Mais il faut savoir ce qu'on veut : la sûreté maximale ou pas ?

Prenons donc l'EPR où elle intervient régulièrement, car le problème n'est pas lié à la conception du projet (les ingénieurs français sont réputés, faut pas croire), mais à la conception de l'édifice : on a perdu la main d’œuvre qualifiée en France (bah oui, on a pas construit de nouvelles centrales depuis un bout de temps, ils sont partis à la retraite les types compétents), les appels d'offre ont sorti le savoir-faire de son milieu d'origine (EDF ne construit plus, tout est passé chez Bouygues...) du coup, c'est connerie sur connerie du côté construction. Et bien évidemment, l'ASN est au taquet là-dessus, car elle connait les risques. Le coup du "couvercle" qui doit être changé pour cause de fissure, c'est elle. D'où les retards à répétitions dans la construction de l'EPR.

En autre exemple, sur le fait que les centrales et lieux de stockage ne seraient plus aptes à faire face aux changements de terrains ou autres phénomènes engendrés par le climat : des travaux tout récents ont été mis en place du côté de Tricastin pour augmenter encore la sûreté. Ils ont refait les digues, en basant les normes sur les crues possibles, évidemment, mais aussi sur le risque sismique. Les nouvelles digues peuvent donc faire face non pas au le séisme le plus fort enregistré dans la région, mais à un hypothétique séisme qui serait jusqu'à 5 fois plus fort (premier article en bas)... Les scientifiques prévoient à l'avance, et heureusement, car les industriels du nucléaire ne suivraient pas s'il faut tout refaire tous les 3 ans... Il faut bien comprendre : tout est calculé et prévu au mieux, car les enjeux et les risques derrière sont connus. Et l'ASN surveille bien...

Je ne crois pas qu'on puisse observer de telles normes dans d'autres milieux. Le nucléaire a cela pour lui : oui, c'est une énergie qui, mal exploitée, peut être dangereuse (bombes atomiques, tout ça). C'est justement pour cela que les normes de sécurité sont si draconiennes. Quant à comparer Fukushima et le système nucléaire français, comme j'ai pu le voir avec la carte de Greenpeace, ça ne marche pas car il y a une multitude de facteurs à prendre en compte : leur Autorité de Sûreté Nucléaire est bien moins sévère (l'ASN française fait figure d'autorité à l'international, et est réputée pour être la plus sévère qui existe. Elle a d'ailleurs été appelée suite à la catastrophe pour intervenir au Japon), les centrales ne sont pas conçues sur le même système (tout comme l'était celle de Tchernobyl d'ailleurs, mais je m'égare) et les risques intrinsèque liés à l'environnement sont complètement différents (niveau sismique, c'est sûr qu'on joue pas dans la même cour, mais apparemment Greenpeace s'en moque...).

Pour ce qui est de la consommation de l'énergie électrique, la production est calculée régulièrement à partir de prévisions sur les années écoulés. Bien évidemment, vu que cela coûte des sous de produire, on fait au mieux pour éviter le gaspillage. La logique mercantile peut aussi servir, comme quoi. S'il y a surplus, il est souvent vendu à l'étranger. L'hydraulique est un complément en cas de manque et est extrêmement rapide à mettre en œuvre. Pourquoi ne pas l'utiliser continuellement ? Le problème, c'est que les réserves d'eau sont limitées. Il y a bien sûr un système de pompe qui permet de remonter l'eau utilisée, mais cela demande un certain pourcentage de l'énergie produite. Et on s'oriente de plus en plus vers des sécheresses répétées... Et comme le dit Aflo, beaucoup d'autres éléments environnementaux entrent en compte. L'éolien et le solaire ne sont absolument pas fiables en matière de production d'énergie (le soleil et le vent ne permettent pas de produire suffisamment et continuellement, ni de répondre à des pics de production). Ne parlons même pas de leur bilan carbone totale, le nucléaire est meilleur à ce niveau.

D'autres pistes sont à explorer : l'hydrolien, en utilisant le courant de la mer pour faire fonctionner des turbines, est prometteur. Mais là aussi, les contraintes environnementales sont grandes. Du coup, c'est difficile à mettre en place. Le stockage ? Les besoins énergétiques de nos sociétés occidentales sont immenses (et on ne parle même pas des besoins futures d'autres pays en développement) et bien évidemment, les batteries actuelles ne peuvent le faire. Et si jamais la recherche trouve, quid de la trace carbone pour créer de tels monstres ? Encore une fois, en évaluant le pour et le contre, et en prenant en compte le besoin immédiat actuel de limiter le réchauffement, le nucléaire reste la meilleure solution. Pour la production d'électricité. Et oui, car il y a bien d'autres choses à prendre en compte dans le réchauffement...

D'excellents articles qui résument tout, c'est ici. Avec plein de graphismes, de sources, et d'études... Et pour savoir où l'effort pourrait être mis afin d'améliorer l'empreinte carbone de la France, tout ça, c'est par

Sacré pavé, je m'en excuse, mais j'espère avoir apporté des informations pertinentes.
« Modifié: 25 mars 2019, 12:42:22 par Rydiss »
La passion m'habite, mais la raison domine.

Chevalier de l'Ordre des Chevaliers de l'Orthographe.

- Idiots can be found everywhere.
- You think everyone is an idiot except you.
- I don't often meet people who are smarter than me.
Ghost Hunt - Akumu no sumu ie.

RadicalEd

Re : Débats
« Réponse #2652 le: 25 mars 2019, 19:53:19 »
@Rydiss:
Concernant les sécheresses, ça risque d'avoir aussi un effet néfaste pour le nucléaire pour rejeter les eaux du circuit tertiaire. Il risque d'y avoir de plus en plus souvent des dérogation l'été pour ces rejets qui font monter les rivières à des températures tuant la faune. Comme tu le répètes, aucune énergie n'est parfaite.

Je ne connaissais pas le blog de Huet mais il est pas mal, javais surtout vu ses interventions sur twitter. Je suis surtout choqué par le fait que 80% des français pensent que les centrales nucléaires rejettent du CO2, je ne croyais pas qu'un tel niveau d'inculture scientifique soit possible. Ça confirme bien que la démocratie, c'est pas terrible pour gérer les sujets scientifiques car les gens ne sont pas équipés au niveau des connaissances nécessaires. (Ex. La sortie du glyphosate est la mesure la plus populaire de Macron, alors que c'est complètement débile)

Down

Re : Débats
« Réponse #2653 le: 25 mars 2019, 21:19:30 »
Sylvestre Huet est un des meilleurs journalistes scientifiques de la presse "classique" (l'espèce est malheureusement assez rare de base), avec David Larousserie au Monde et quelques autres du Figaro, c'est toujours une bonne idée de suivre son blog. 

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Débats
« Réponse #2654 le: 11 avril 2019, 19:53:19 »
Cette affaire autour de l'arrestation d'Assange me fatigue déjà.

D'un côté, il y a cette accusation de viol pour laquelle il doit être jugé, puisque l'affaire a été classée faute de pouvoir faire avancer l'enquête.

Mais d'un autre côté, on sait très bien que ce n'est pas pour cela qu'Assange a été arrêté. D'ailleurs, arrêté dans des conditions étranges, puisqu'il semblerait que ce soit la police britannique qui soit intervenue dans l'ambassade équatorienne.

Franchement, je ne comprends pas cette fixation qu'ont les gens à traiter les personnes publiques au même titre que les personnes privées. C'est si problématique de dire que c'est peut-être un violeur et qu'il rendu service à l'humanité ? Mêler les deux aspects ne fait pas avancer les choses.

De même pour ses opinions. Il est peut-être pro-Poutine. Soit, je veux bien l'entendre. Il y a des arguments assez solides pour étayer cette hypothèse, mais pas assez solides non plus pour bien s'en assurer.

Tout ce dont nous disposons comme informations, c'est que c'est un lanceur d'alerte, que ses prises de position sont plutôt contre les Etats-Unis d'Amérique (mais cela peut s'expliquer : on sait tous le rayonnement écrasant des EUA) et qu'il est accusé de viol en Suède.

Que l'on arrête l'Assange privé, celui qui est accusé de viol, pour le faire comparaître en Suède, je suis entièrement d'accord. Les propos de Mélenchon, qu'il soutient depuis plusieurs années, me semblent aventureux en le déclarant innocent sans preuve.

Par contre, que l'on arrête l'Assange public, ce qui est le cas aujourd'hui, sans mention claire des raisons du gouvernement de l'Equateur, sans transparence sur les motivations réelles de son arrestation et ses commanditaires, et avec l'initiative étrange de la police britannique sur le sol équatorial, je considère que c'est un manquement grave au droit d'asile.

Je crois que l'on oublie que cet homme est enfermé depuis sept ans. S'il avait voulu échapper à de la prison, il se serait aménagé une autre retraite. On l'a vu incroyablement fatigué et affaibli. Cet homme n'a aucune raison, au bout de sept ans dans ces conditions, de fuir la justice s'il ne craint que l'emprisonnement. Je pense que ça justifie au moins son engagement pour une forme de vérité (même s'il n'est pas exclu qu'il ne diffuse que la vérité qui l'arrange), ou à défaut le fondement de ses craintes sur d'autres formes de jugement.

Conclusion : arrêtez l'homme accusé de viol, pas le lanceur d'alerte. Ce faisant, tous les pays ayant participé à son arrestation et tous ceux ayant laissé faire se sont ridiculisés.