Auteur Sujet: Saya no Uta  (Lu 3365 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Serleena

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3043
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • What doesn’t kill you gives you EXP.
Saya no Uta
« le: 23 octobre 2011, 23:47:21 »
Ah je savais que cette petite remarque anodine ferait sensation XD
Parce que très franchement, je n'ai trouvé absolument aucune critique négative sur le net. Aucune de chez aucune. Du coup je suis dans un de ces moments où je me demande si c'est moi qui ai juste rien pigé ou les gens qui ont des problèmes... enfin bref, j'ai écrit une critique à chaud, je vous fais partager si ça vous intéresse:

Saya no Uta : assez terriblement, en ayant fini ce VN j’ai ressenti un terrible sentiment de trahison. Trahison de qui, de quoi, comment ? Je pense que c’est en grosse partie dû à tout ce que j’ai pu en lire avant de le commencer (et j’ai parcouru plusieurs critiques tant le jeu me semblait singulier et j’étais désireuse de savoir si ça valait vraiment la peine de tester un eroge, ce qui de base, me rebutait) et toutes étaient absolument dithyrambiques et faisaient de Saya no Uta la neuvième merveille du monde, ou presque. Malheureusement, à force de me préparer à une claque, j’ai dû placer mes espérances trop haut car je suis… déçue. Oui, c’est le mot qui convient : déçue.
Saya no Uta m’a laissé relativement insensible, quels que soient les efforts déployés pour faire naître en moi une étincelle d’émotion (et pourtant dieu sait combien c’est facile normalement). Mais là, non. Je suis restée de marbre.

J’y ai juste vu un genre d’Hostel en VN : du gore et du sexe, et de préférence le tout dans un contexte supra malsain, de sorte à ce que la moindre tentative de poésie ou d’amour passe à côté pour sublime alors que c’est en fait affligeant de banalité. Pour moi c'est un gros FAIL.

Je dois être honnête, avec le nombre de fois où j’ai lu que le jeu était terriblement dérangeant même pour les fanas de films d’horreur les plus hardcore, qu’il ne fallait pas y jouer si on avait des problèmes psychologiques ou encore que certaines scènes étaient tellement horribles que certains ont eu des malaises, je m’attendais à tout. Résultat, non, même ça, ça a fait plof. On sent la volonté derrière d’écoeurer, mais soit c’est tellement too much qu’au bout du compte c’est presque parodique, soit c’est du niveau d’un Silent Hill (et bon, au cas où vous l’ignorez, je trouve les Silent Hill étrangement beaux à leur manière).

Le concept est, je trouve, intéressant et sympa. Très franchement, les sens détournés de Fuminori étaient pour moi le seul intérêt du jeu ; je trouvais sa « maladie » fascinante, elle soulevait un tas d’interrogations, sur sa façon de le vivre au jour le jour mais finalement même ça c’est très peu exploité, ou alors de façon superficielle (et toujours sur le même motif : beh, je sais que ce sont mes amis mais ils me font horreur, on ressent pas assez la dualité entre la raison et les sentiments et ses sens) et seulement pour mettre en avant le personnage de Saya – d’ailleurs à un stade du jeu, Fuminori semble soudain ne plus être dérangé du tout mais la transition n’est pas du tout expliquée.
Cliquez pour afficher/cacher

Les personnages, d’abord, ne m’ont pas du tout parlé. Fuminori est un connard, et ce qu’il subit ne suffit pas à pardonner son comportement, surtout dès le moment où il s’y habitue.
Cliquez pour afficher/cacher

Quant aux autres personnages secondaires, ben, tout est dit, ils sont secondaires, en particulier Oumi et Yoh (dont la taille des seins compense probablement celle de son cerveau) dont les rôles dans l’histoire sont plus que douteux. Kouji et Ryouko s’en sortent mieux, mais à peine, Kyouji étant un personnage cliché sans vraie personnalité et Ryouko étant peut-être le seul personnage d’intérêt dans cette histoire mais largement sous-exploité.

Les scènes H, parlons-en puisqu’il s’agit d’un eroge… j’ai lu ça et là qu’elles étaient parfaitement dispensables donc j’y suis allée en avance rapide. Mais franchement, c’est pas triste. Entre les trucs à trois, les délires SM (une jeune fille esclave avec un collier au cou et qui se comporte comme un chien), à tendance quand même assez pédophile (Saya est une gosse, bordel, son corps n’a même pas encore fini de se développer, c’est à peine si elle a des seins !), et je ne parle pas des scènes de viol (je sais pas qui c’est supposé faire fantasmer mais là c’est quand même MEGA glauque).

La fin… franchement ce sont les deux bad end que j’ai préféré, et de loin : je les trouvais plus logiques. Mais d’un autre côté c’est tellement évident qu’il n’y a qu’une vraie fin qu’on aurait pu s’épargner les deux seules décisions à prendre dans le jeu et s’assumer comme Kinetic Novel. Mais franchement j’ai pas trouvé ça transcendant, poétique, magique ou émouvant. Pas du tout. La traduction était bonne mais du point de vue de l’écriture ça casse pas trois pattes à un canard, pour le reste, selon moi c’est juste un concentré de malsain qu’on relève de deux-trois bons sentiments sur la fin pour rendre le tout poétique (et à côté de ce qu’il y a derrière c’est pas franchement difficile). Je trouve pas ça très méritant. Vu que c’est inspiré de Lovecraft, honnêtement j’aime autant reprendre L’appel de Cthulhu. Pour l’histoire d’amour on repassera, pour moi c’est avant tout une histoire de c*l et vaguement de dépendance entre les deux protagonistes très antipathiques qui ont chacun quelque chose à tirer de l’autre. Encore une fois, dans le registre amoureux c’est pourtant super facile de me faire tomber dans le panneau mais là j'y ai pas cru une seconde et j'ai encore moins été touchée.

Les seuls points positifs : la musique qui est pas mauvaise, et les graphismes qui sont très honnêtes (sauf lorsqu’il s’agit de faire du H, là on se retrouve avec des gros boobs, des tentacules et de la bave partout…). Du coup ce que j'en retiens c'est que c'est très largement overrated.


Chevalière de l'Ordre des Chevaliers de l'Orthographe

Kyoshi

Re : Saya no Uta
« Réponse #1 le: 24 octobre 2011, 00:23:10 »
Hmmm...voilà pourquoi il ne faut pas lire trop d'avis avant de se lancer dans quelque chose. Tu t'attendais déjà à tout ce que tu as vu, et l'intérêt a complètement disparu, je pense.

Ah, et je ne suis pas d'accord qu'on puisse appeler Fuminori "juste un connard". Un des bons points de Saya est le fait qu'on voie les deux côtés de l'histoire. D'habitude on ne nous offre pas cette vision à la première personne du psychopathe, et on se contente juste de l'ériger en tant qu'antagoniste. Ici, on nous porte quelque part à nous identifier à Fuminori (vers le début essentiellement) et sa chute est, du coup plutôt bien gérée à mon goût. Le mieux aurait été de commencer l'histoire avant l'accident, en fait.

Citer
je sais pas qui c’est supposé faire fantasmer

Je doute très fort les H-scenes dans le VN aient pour but premier de faire fantasmer. On n'est pas dans un eroge de bas étage, et le sexe sert ici avant tout à exacerber le côté malsain. La tonalité est toute autre que ce qu'on peut trouver dans un Taimanin Asagi, par exemple...

Citer
Mais franchement j’ai pas trouvé ça transcendant, poétique, magique ou émouvant.

La scène qui est supposée l'être n'atteint jamais vraiment son but parce qu'on est trop dégoûté par Saya.
Cliquez pour afficher/cacher

LordFay

Re : Saya no Uta
« Réponse #2 le: 24 octobre 2011, 00:52:40 »
Watzefeuk. Bon, face à un tel pavé, il serait impoli de ne pas répondre.
Citer
Saya no Uta m’a laissé relativement insensible, quels que soient les efforts déployés pour faire naître en moi une étincelle d’émotion (et pourtant dieu sait combien c’est facile normalement). Mais là, non. Je suis restée de marbre.
Ca commence mal : moi SnU m'a capté, du début à la fin. Rien que les premières secondes : cette ost grinçante, dissonante, et on se réveille à la table de trois monstruosités à la "voix" pour le moins dégueulasse. Ca ne t'a rien fait ? Pour info, dans quelles conditions y as-tu joué ? Déjà, si on n'y joue pas seul la nuit dans le noir, c'est beaucoup moins efficace.
Citer
J’y ai juste vu un genre d’Hostel en VN : du gore et du sexe, et de préférence le tout dans un contexte supra malsain, de sorte à ce que la moindre tentative de poésie ou d’amour passe à côté pour sublime alors que c’est en fait affligeant de banalité. Pour moi c'est un gros FAIL.
SnU est connu pour les fréquents passages où la beauté cottoie l'horreur et le malsain. Si j'ai bien compris, tu me dis que le malsain était sans subtilité, et qu'à côté ce qu'il y a de beau n'a pas beaucoup d'intérêt et se contente de profiter de ce tas d'immondices.

Alors, d'une part, pour le gore, je ne suis pas trop d'accord. C'est à dire que même s'il se passe des trucs affreux, on ne nous en montre pas tant que ça : le CG le plus gore doit être
Cliquez pour afficher/cacher
A côté, on suggère et on explique plus qu'on ne montre. C'est d'ailleurs là qu'il faut saluer l'OST, et le niveau de stress atteint par certaines pistes / "doublages" de monstres :
Et d'autre part, la beauté... Je dirais que si on n'adhère pas au point de vue fuminoresque, tout de suite c'est un peu dur. Personnellement, j'ai tout de suite apprécié Fuminori, sa condition très difficile vient créer un lien d'empathie fort. Alors quand je vois par exemple
Cliquez pour afficher/cacher

Citer
Je dois être honnête, avec le nombre de fois où j’ai lu que le jeu était terriblement dérangeant même pour les fanas de films d’horreur les plus hardcore, qu’il ne fallait pas y jouer si on avait des problèmes psychologiques ou encore que certaines scènes étaient tellement horribles que certains ont eu des malaises, je m’attendais à tout. Résultat, non, même ça, ça a fait plof. On sent la volonté derrière d’écoeurer, mais soit c’est tellement too much qu’au bout du compte c’est presque parodique, soit c’est du niveau d’un Silent Hill (et bon, au cas où vous l’ignorez, je trouve les Silent Hill étrangement beaux à leur manière).
Je n'ai jamais vu de films d'horreur mais ça ne m'a pas empêcher de très bien supporter SnU. Certaines scènes m'ont convenablement révulsé, la pire étant probablement
Cliquez pour afficher/cacher
mais rien d'insurmontable. Alors je sais pas trop où tu as trouvé ce genre de témoignages, mais ça relève de pas mal d'exagération. Ceci dit, comment as-tu pu trouver ça "tellement too much qu'au bout du compte c'est presque parodique" si à côté tu trouves beaucoup moins répugnant que prévu ? Surtout que si j'ai bien compris, tu as plutôt apprécié le concept de la perception tordue de Fuminori... La plupart des scènes trash sont relativement prévisibles :
Cliquez pour afficher/cacher
Chacune étant précédée d'une période de tension énorme, j'ai eu à chaque fois le loisir d'anticiper et d'imaginer ce qu'il risquait d'arriver. Au final, les faits étaient souvent à peu près du niveau d'horreur que je pensais trouver, voir un peu au-dessus. Rien d'incroyablement exagéré, ni plus ni moins le niveau de malsain attendu. Il y a de la retenue, ç'aurait pu être plus affreux.

La transition de Fuminori n'en est pas une, c'est plutôt un point de vue nouveau. Et on aborde là ce qui est pour moi la plus grande force de SnU.
Cliquez pour afficher/cacher

Pour ce qui est des personnages : je me suis déjà assez étendu sur Fuminori et sur pourquoi-ce-perso-il-défonce-tout. A côté, c'est un quasi-sans faute : je ne dis pas qu'ils déchainent toutes les passions, mais ils remplissent tous leurs rôles, même Yoh en sa qualité de victime. Quant à Saya, même si on peut regretter un peu qu'autant d'importance repose sur les épaules d'une loli, je ne vois pas vraiment comment SnU aurait pu fonctionner sans ce choix. Evidemment c'est une gosse pour accentuer les contrastes. Et sa personnalité joyeuse et un peu espiègle donne toute la liberté nécessaire pour la relation avec Fuminori : elle garde sa part de mystères, elle renouvelle leur vie commune...

Et pour les fins...
Citer
Cliquez pour afficher/cacher
Cliquez pour afficher/cacher

C'est dommage que tu n'aies pas du tout aimé... mais j'ai l'espoir de faire passer ça chez toi de "c'est overrated" à "moi ça m'a pas touché" :P

Voilà, le fanboy peut se recoucher. Pour le moment.
(tiens, les gros pavés, je sais encore faire...)
« Modifié: 24 octobre 2011, 00:55:41 par LordFay »
ristretto revenants, le blog des fragments rôlistes confus

Faustt

Re : Saya no Uta
« Réponse #3 le: 24 octobre 2011, 01:02:39 »
De ce que j'avais entendu (et un peu comme Serleena, on m'en avait bassiné), l'histoire ne me faisait pas du tout envie, j'ai jamais eu envie d'essayer...je croie que j'ai bien fait :D (de toute façon, je suis allergique aux eroge avec des lolies)

Kyoshi

Re : Saya no Uta
« Réponse #4 le: 24 octobre 2011, 01:06:31 »
Citer
Bon, face à un tel pavé, il serait impoli de ne pas répondre.

J'ai pas eu la foi, moi :D. Heureusement, t'as dit la plupart de choses que je pensais, à part que je suis un peu (beaucoup) moins pro-Fuminori.

Zankaze

Re : Saya no Uta
« Réponse #5 le: 24 octobre 2011, 01:13:00 »
En même temps, fay a répété maintes et maintes fois (et nous l'a démontré) qu'il adorait les psychopathes/sociopathes/tarés/mabouls/...
Sinon, merci pour la réponse. Honnêtement, je ne savais pas trop quoi dire de mon côté...


"Set your Heart Ablaze."

LordFay

Re : Saya no Uta
« Réponse #6 le: 24 octobre 2011, 02:39:36 »

Depuis son accident, il y a trois mois, Fuminori Sakisaka vit dans un cauchemar permanent. Tout ce qu'il voit est horrible, déformé, dégoûtant. Son quotidien est devenu un enfer dans lequel sa seule lueur d'espoir s'appelle Saya : une gamine espiègle et pleine de vie, la seule personne que Fuminori ne voit pas  sous les traits d'un monstre. Une situation étrange qui ne va faire qu'empirer...

(home-made)
Visual novel sur PC, du studio Nitro+, écrit par Urobuchi Gen ; traduit en anglais et en français. C'est un eroge, c'est à dire qu'il contient quelques scènes hentai tout ce qu'il y a de plus explicite.

Voilà donc un sujet pour parler de SnU, vu qu'on est partis dessus (si un gentil modo veut bien déplacer ici les fameux posts longs comme le bras qui se baladent par-ci par-là...).

Pour en dire deux mots tout de même, pour le bien du topic : SnU est un visual novel de quelques heures, à l'interactivité très limitée (seulement 2 choix au cours du jeu). Il raconte une histoire particulièrement glauque et malsaine, mais également très touchante. L'horreur cottoie la beauté. Loin d'être une production gore et brutale, il s'agit d'un récit dérangeant mais captivant, qui ne laisse pas indifférent. A ne pas recommander aux plus sensibles mais pour les autres, jetez-vous dessus les yeux fermés.

Quelques images :
Cliquez pour afficher/cacher

Et OST :

A faire seul dans le noir la nuit. Bonne lecture...
« Modifié: 31 janvier 2012, 20:26:45 par LordFay »
ristretto revenants, le blog des fragments rôlistes confus

Zankaze

Re : Saya no Uta
« Réponse #7 le: 24 octobre 2011, 02:54:17 »
Excellente idée. Par contre, tu devrais peut-être préciser qu'il s'agit aussi d'un eroge.


"Set your Heart Ablaze."

Serleena

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3043
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • What doesn’t kill you gives you EXP.
Re : Saya no Uta
« Réponse #8 le: 24 octobre 2011, 03:36:06 »
Bon bah finalement j'ai recommencé... ahem *s'échauffe les mains*

Hmmm...voilà pourquoi il ne faut pas lire trop d'avis avant de se lancer dans quelque chose. Tu t'attendais déjà à tout ce que tu as vu, et l'intérêt a complètement disparu, je pense.

Oui, tu as raison, et d’habitude j’évite mais pour le coup je voulais savoir dans quoi je me lançais pour pas avoir de mauvaises surprises (oui, c’est ironique n’est-ce pas ?).

Ah, et je ne suis pas d'accord qu'on puisse appeler Fuminori "juste un connard". Un des bons points de Saya est le fait qu'on voie les deux côtés de l'histoire. D'habitude on ne nous offre pas cette vision à la première personne du psychopathe, et on se contente juste de l'ériger en tant qu'antagoniste. Ici, on nous porte quelque part à nous identifier à Fuminori (vers le début essentiellement) et sa chute est, du coup plutôt bien gérée à mon goût. Le mieux aurait été de commencer l'histoire avant l'accident, en fait.

Ah non j’ai dit juste « un connard » pas « juste un connard » :P
Mais justement, je trouve que les points de vue externes renvoient ici encore plus au fait qu’il se comporte comme un salaud (Yoh, Ryouji notamment apportent un point de vue assez critique sur lui).
Et puis bon j’avoue que j’ai eu du mal à adhérer au motif pour lequel il ne dit rien à personne… à la doc, d’accord, mais à ses amis… ça me laisse le sentiment d’un mec qui veut pas vraiment qu’on l’aide en fait.

Je doute très fort les H-scenes dans le VN aient pour but premier de faire fantasmer. On n'est pas dans un eroge de bas étage, et le sexe sert ici avant tout à exacerber le côté malsain. La tonalité est toute autre que ce qu'on peut trouver dans un Taimanin Asagi, par exemple...

Je vois mal à quoi elles pourraient servir d’autre étant donné que même les adorateurs de SnU, dans les critiques que j’ai lues, s’accordent à dire que les scènes H sont inutiles et rabaissent considérablement le niveau du VN. Et puis bon, vu la taille de la poitrine de Yoh ou l’extase sur le visage de Saya qui en bave sans retenue, j’ai quand même du mal à croire que ce soit uniquement pour faire du malsain. Et quand bien même, trop c’est trop. D’abord, il y en a beaucoup, ensuite, faire du malsain pour faire du malsain, bof, je vois pas tellement l’intérêt. Mettre mal à l’aise les gens c’est très facile – trop. Ce n’est pas ça qui sauvera SnU à mes yeux.

La scène qui est supposée l'être n'atteint jamais vraiment son but parce qu'on est trop dégoûté par Saya.

Ce n’est pas ce que semblaient dire les critiques. :P Et puis franchement, je trouve pas Saya dégoûtante : ce personnage n’aura su susciter chez moi qu’indifférence ou agacement.


Ca commence mal : moi SnU m'a capté, du début à la fin. Rien que les premières secondes : cette ost grinçante, dissonante, et on se réveille à la table de trois monstruosités à la "voix" pour le moins dégueulasse. Ca ne t'a rien fait ? Pour info, dans quelles conditions y as-tu joué ? Déjà, si on n'y joue pas seul la nuit dans le noir, c'est beaucoup moins efficace.

J’y ai joué la nuit (vers 3-4h du matin) avec pour seule lumière ma lampe de chevet – et bon, forcément pas seule puisque le fiancé n’était pas loin, mais on était chacun sur nos ordis occupés et silencieux (j'avais mes écouteurs). Et très franchement, j’ai un peu de mal avec ce genre d’arguments ; si une histoire a besoin d’un contexte spécifique pour être appréciée, pour moi c’est déjà un aveu de faiblesse. Quand une œuvre est bonne et efficace, elle l’est dans toute condition (même si oui, bien sûr, certaines favorisent le message) mais quand j’ai vu Paranormal Activity 2, c’était en plein jour, je n’étais pas seule et je grignotais des bonbecs… n’empêche que j’ai stressé comme une folle.

Si j'ai bien compris, tu me dis que le malsain était sans subtilité, et qu'à côté ce qu'il y a de beau n'a pas beaucoup d'intérêt et se contente de profiter de ce tas d'immondices.

Alors, d'une part, pour le gore, je ne suis pas trop d'accord. C'est à dire que même s'il se passe des trucs affreux, on ne nous en montre pas tant que ça : le CG le plus gore doit être
l
Cliquez pour afficher/cacher
A côté, on suggère et on explique plus qu'on ne montre. C'est d'ailleurs là qu'il faut saluer l'OST, et le niveau de stress atteint par certaines pistes / "doublages" de monstres

En gros.
Pour le gore; je parle pas que des scènes de massacre mais de façon générale, la vision de Fuminori comprend son lot de choses bien dégueus : moult tripailles, ventricules, et autres simili-organes pas très ragoûtants. Ce n’est pas pour rien qu’on a la possibilité d’obscurcir la luminosité lors de ces scènes. Après, on est bien d’accord : on ne nous en montre pas tant que ça. A vrai dire le pire, c’est souvent dans la narration qu’on le retrouve ; car les mots eux ne nous épargnent aucune description.
Pour l’OST, rien à dire, c’est l’une des seules qualités que je reconnais à ce VN.

Et d'autre part, la beauté... Je dirais que si on n'adhère pas au point de vue fuminoresque, tout de suite c'est un peu dur. Personnellement, j'ai tout de suite apprécié Fuminori, sa condition très difficile vient créer un lien d'empathie fort.

L’empathie, je l’ai ressentie au début : l’horreur de sa nouvelle condition, la froideur, distance, et le dégoût ressenti vis-à-vis de ses proches, et même le fait que Saya soit sa bouée de sauvetage. Vraiment. Mais de là à aller jusqu’à la cruauté, au sadisme, au meurtre ? Je me suis demandée comment je réagirais dans ces cas là, et s’il me paraît évident que je fuirais tout contact, je pense pas que j’en oublierais que ces personnes étaient mes amis, et encore moins que je les pousserais dans un puits. C’est là que je trouve la relation entre les sens et le cerveau un peu faible : que fait-il des souvenirs qu’il a de ces personnes, des sentiments qu’il éprouvait à leur égard ? Qu’ils soient changés, je veux bien, mais qu’ils aient disparus totalement j’ai du mal à y croire. De même, qu’il les évite, d’accord, mais à aucun moment il ne fait la démarche de les comprendre et au contraire, il s’impose (au début du moins) leur présence, quitte à agir en gros con, plutôt que de les fuir tout simplement, ce qui aurait été mieux pour tout le monde.
Cliquez pour afficher/cacher

Pour la scène où il découvre enfin une nourriture à son goût, honnêtement, je trouve qu’on comprend trop de quoi il s’agit réellement (c’est d’ailleurs l’un des défauts de SnU, on voit tout venir à dix kilomètres) pour s’en extasier avec lui.

Je n'ai jamais vu de films d'horreur mais ça ne m'a pas empêcher de très bien supporter SnU. Certaines scènes m'ont convenablement révulsé, la pire étant probablement
Cliquez pour afficher/cacher
mais rien d'insurmontable. Alors je sais pas trop où tu as trouvé ce genre de témoignages, mais ça relève de pas mal d'exagération. Ceci dit, comment as-tu pu trouver ça "tellement too much qu'au bout du compte c'est presque parodique" si à côté tu trouves beaucoup moins répugnant que prévu ? Surtout que si j'ai bien compris, tu as plutôt apprécié le concept de la perception tordue de Fuminori...

Je suis d’accord, avec le recul les forums où j’ai trouvé ce genre de témoignages étaient probablement des nids à ptits jeunots qui se sentaient trop rebelles à l’idée de faire un VN sans avoir l’âge requis « parce que c’est méga gore, tu vois » et je n'aurais pas dû m'y fier.
Sinon, comment m’expliquer ? Tu as vu Kill Bill, premier du nom ? Si oui tu vas vite comprendre de quoi je veux parler : il est très sanglant et très gore, je crois qu’en termes d’effusion de sang il bat des records en hectolitres. Mais voilà, bien que ce soit hyper gore, c’est tellement trop qu’en fait… ça en devient drôle, et ça annule le malaise qu’on pourrait éprouver. C'est un peu pareil ici.
Ensuite, « moins répugnant que prévu » car j’avais eu le temps de me monter la tête avec les remarques citées plus haut, et de m’attendre au pire et bon finalement, je dois être blasée, je perçois l’effort, mais ça ne me heurte pas vraiment, j’ai vu pire dans le genre, même si ça reste quand même bien dégueu.

Chacune étant précédée d'une période de tension énorme, j'ai eu à chaque fois le loisir d'anticiper et d'imaginer ce qu'il risquait d'arriver. Au final, les faits étaient souvent à peu près du niveau d'horreur que je pensais trouver, voir un peu au-dessus. Rien d'incroyablement exagéré, ni plus ni moins le niveau de malsain attendu. Il y a de la retenue, ç'aurait pu être plus affreux.

Sûrement, l’imagination trouvera toujours pire de toute façon. Après, si tout le monde s’arrête de lire car le malaise est trop intense, le VN aura perdu tout son intérêt, donc faut quand même un bon équilibre entre dégueu, mais pas trop. Cela dit, malsain, pas malsain… je suis pas sûre qu’à ce stade le degré aurait changé beaucoup dans ma critique. Je suis pas anti-gore, au contraire, j’aime beaucoup les films d’horreur et tant que c’est justifié, bien fait et que ça tombe pas dans la surenchère, ça ne me dérange pas. Là, les visions de Fuminori étaient justifiées, mais très vite on tombe dans des scènes très gratuites dont l’intrigue aurait pu allégrement se passer – voire aurait gagné en efficacité.

Cliquez pour afficher/cacher

Ben, j’adore vraiment Dexter et Hannibal Lecter est un de mes « héros » préférés donc à priori je suis pas trop fermée à ce niveau là, j'aime bien les personnalités complexes et les psychopathes n'en font pas exception. Mais là j’ai vraiment pas réussi à comprendre Fuminori et très vite j’ai réalisé que je n’adhérais pas du tout à son comportement. Pourtant, la folie c’est un thème que j’apprécie et j’adore les histoires où les héros sombrent lentement. Là le plus terrible, c’est que Fuminori conserve sa raison. Bien sûr sa perception du monde altère son comportement, mais il agit de façon sensée, détachée, avec beaucoup de discernement. Je ne perçois pas la mentalité d’un fou ; en fait il a l’air tout à fait sain d’esprit, pour moi il ne sombre vraiment qu’à la toute fin, et encore.
Cliquez pour afficher/cacher
Encore une fois, à sa place, oui j’aurais sûrement envie de faire disparaître tous les monstres qui l’entourent, mais pas ceux qui étaient autrefois des amis… bordel même dans les films de zombies, le héros tue toujours celui qui essaie de lui bouffer le cerveau à contrecoeur parce qu’avant c’était son meilleur pote et il lui réservera un enterrement digne de ce nom!

SANS COEUR ! 

(
Cliquez pour afficher/cacher

Oui je sais !  :wacko:

Cliquez pour afficher/cacher

C'est dommage que tu n'aies pas du tout aimé... mais j'ai l'espoir de faire passer ça chez toi de "c'est overrated" à "moi ça m'a pas touché"

Désolée, je maintiens, pour moi les deux sont vrais, j'admets une grosse part de subjectivité, mais ça reste largement overrated pour moi !


De ce que j'avais entendu (et un peu comme Serleena, on m'en avait bassiné), l'histoire ne me faisait pas du tout envie, j'ai jamais eu envie d'essayer...je croie que j'ai bien fait :D (de toute façon, je suis allergique aux eroge avec des lolies)

Bah à priori c’est sûr je te le recommanderai pas, d’autant que tu pars avec de mauvaises bases pour apprécier. Mais bon, après, avec les retours unanimes qu’il a eu ce serait sûrement bête que tu passes à côté à cause de moi, donc je sais pas trop quoi te dire. Je pense que de toute façon avec ce genre de VN ça passe ou ça casse mais c’est difficile de savoir à l’avance. Au moins maintenant je sais à quoi m’en tenir ! Mais je pense que le fait que je sois une fille doit jouer aussi, je fais clairement pas partie du public visé à la base.

Zankaze : bah, c’est la moindre des choses ! :P


Chevalière de l'Ordre des Chevaliers de l'Orthographe