Auteur Sujet: Shirobako  (Lu 6653 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Leaf

Shirobako
« le: 10 octobre 2014, 20:46:00 »

Fiche AK
Format : Série TV
Année : 2014
Titre original : Shirobako
Nombre d'épisodes : 12
Studio : P.A. Works
Réalisation : Mizushima Tsutomu
Site officiel : http://shirobako-anime.com/
Saison : Automne 2014
Tags : comédie - tranches de vie

Synopsis:
Vous rêvez de découvrir l’envers du décor, les coulisses de la production de dessins animés ? Suivez Aoi et ses amies qui font leurs premiers pas dans ce monde : chacune participe à l’adaptation d’un manga en animé. de la production, au dessins préparatoires en passant par le doublage, l’industrie de la japanim n’aura aucun secret pour vous !

Source: ADN (éditeur)

Mon avis:

Après les réussites en demi-teinte des derniers animes de P.A. Works, j'attendais beaucoup de Shirobako. Fort d'un thème pour le moins original, l'histoire s'avère correctement menée dans ce premier épisode.

Néanmoins, pas de coup de cœur pour ma part. C'est assez plat et fade, en fait. Certains personnages m'énervent déjà, l'humour ne prend pas. Surtout qu'il y a de la concurrence cette saison, en comédie.

On retrouve le même charadesign que pour Cannan. Je trouve pour ma part les héroïnes des deux œuvres trop proches visuellement. Pour tout dire, si l'animation est correcte, la direction artistique est d'un basique effarant.

Un début timide de mon point de vue, surtout qu'il y a de très bonnes choses cette saison, mais je vais suivre. Surtout parce que j'espère quelque chose de la part de P.A. Works.

Maya*

Re : Shirobako
« Réponse #1 le: 11 octobre 2014, 18:50:14 »
P.A works n'arrêtent pas d'expérimenter de nouvelles choses, parfois ça passe, d'autres fois ça casse. Un aperçu de la vie de studio d'animation, pourquoi pas, mais faîtes que ce soit distrayant, on regarde un anime, pas un docu'.

Le concept n'est pas mal du tout, mais ce n'est pas assez divertissant. Surtout que ça traite assez superficiellement du travail du studio, ça court dans tous les sens et quelqu'un qui n'est pas habitué aux termes techniques risque de vite se perdre, le public est assez ciblé.

Je n'ai pas été amusée une seule seconde durant les vingt minutes... et je ne suis vraiment pas d'humeur pour une série qui me laisse de marbre même si c'est un peu le Bakuman de l'animation. La suite se fera certainement sans moi, je laisserai peut-être sa chance au second pour voir quel format ça adoptera.

Down

Re : Shirobako
« Réponse #2 le: 12 octobre 2014, 09:50:24 »
Effectivement, ce n'est pas super enthousiasmant.

Le pitch de base est intéressant, et effectivement on plonge dans le processus de création de l'animation, avec en plus des références à pas mal de sociétés/gens existant réellement. Sur ce point là pas de souci.
Mais derrière il n'y a aucun traitement pour essayer de coller ça sur une comédie, ou un récit personnel, ou une histoire tout court d'ailleurs - en tout cas pas pour l'instant. On voit plein de personnages mais aucun qui ne semble tellement important, on enchaîne les scènes sans rythme. C'est purement de la "tranche de vie" pour le coup, mais de la tranche de vie qui ne fait pas vivre ses personnages.

Je vais continuer encore un peu parce que le sujet est intéressant, mais à terme on risque de s'ennuyer sec si ça continue dans cette lancée.

Skidda

Re : Shirobako
« Réponse #3 le: 20 octobre 2014, 22:04:46 »
Un anime où je vois pas le temps passer alors que les personnages passent leur temps à parler d’animation, j’adhère automatiquement. Comme l’anime Exodus qu’ils produisent par contre, j’ai vraiment aucune idée sur la série va maintenir le niveau au cours des épisodes, et avec une vingtaine d’épisodes je me demande bien où l’anime va se diriger.

C’est loin d’être un documentaire en tout cas, ou même particulièrement réaliste (Initial D, hallucination collective) mais en plus de rester assez informatif sur la production d’une série, Shirobako arrive surtout à retranscrire une ambiance de boîte vraisemblable : avec ses idiots incompétents qu’on a envie de frapper, les parlottes/piques entre collègues et l’atmosphère frénétique qu’il peut y avoir. Je suis fan du large casting personnellement, même si certains s’en plaignent.

C’est aussi agréable de voir que la série ne cherche pas vraiment à cacher les bas de l’industrie, avec d’entrée un projet Exodus qui part rapidement à la dérive. Quand on voit que c’est fait par le même directeur qui a dû recourir à deux épisodes recap dans Girls und Panzer parce que la production ne suivait pas, ça a de quoi faire sourire.

Cela dit, la série a l’air de garder une vision assez optimiste de manière générale et c’est difficile de savoir jusqu’où va l’ironie. Je veux dire, on voit dans l’épisode 2 qu’Exodus est visiblement une série sans intérêt, basé sur des idoles, du moe, avec une héroïne qui a été crée pour être en partie idiote, et pourtant la scène du brainstorming était clairement là pour montrer une discussion sincèrement passionnée entre le directeur et son équipe, qui a débouché sur un nouvel élan d’enthousiasme alors que tout part de l’incompétence de ce dernier et son manque de vision claire dès le départ.

Entre cette constatation et le fait de voir une équipe motivée par ce qu’ils font et dont le côté otaku ressort alors qu’ils discutent de moe et autre, je suppose que Shirobako essaye d'humaniser un processus encore largement mystifié (enfin pour ma part en tout cas) plus qu’il ne cherche à pointer du doigt le manque de bonnes séries en comparaison avec l’abondance de médiocrités pour chaque saison.

Ah et évidemment un anime sur la création d’anime = blagues et références sur studio, seiyuu, directeurs et script d’adaptation de LN à harem.

Down

Re : Shirobako
« Réponse #4 le: 24 novembre 2014, 12:20:09 »
Shirobako repousse encore les limites du méta-anime: voici une charte des salaires annuels des personnages de la série.



Dans l'ordre, traduction de mon cru donc probablement les mauvais termes: Animateur, étudiant (?), freeter (personne vivant de jobs à temps partiels), assistant producteur, producteur CG, assistant réalisateur/storyboard, réalisateur, directeur de l'animation en chef, Maker Producer (le producteur en chef ou quelque chose du genre, celui qui s'occupe du marketing), Seiyuu particulièrement célèbre.

En d'autres termes la vie d'animateur c'est vraiment de la merde. 1.1 million de yens par an c'est moins de 100 000 yen par mois, ce qui est vraiment très peu.
« Modifié: 24 novembre 2014, 12:26:59 par Down »

Dregastar

  • Staff AK 3
  • Legend Member
  • ********
  • Messages: 14411
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • ☆★ flying between the raindrops
Re : Shirobako
« Réponse #5 le: 24 novembre 2014, 12:46:45 »
Citer
En d'autres termes la vie d'animateur c'est vraiment de la merde. 1.1 million de yens par an c'est moins de 100 000 yen par mois, ce qui est vraiment très peu.
Et c'est vrai sinon qu'ils sont mal payés les animateurs par rapport aux autres postes de la profession?

Sinon sympa ton explication et traduction. J'étais complètement passé à coté de ce anime, ou peut être qu'il y a pas eu assez de bruit autour. En tout cas l'univers, les thématiques + ton post et celui de Skidda me donnent envie d'essayer. :)
★★★★★

Down

Re : Shirobako
« Réponse #6 le: 24 novembre 2014, 12:54:21 »
Citer
Et c'est vrai sinon qu'ils sont mal payés les animateurs par rapport aux autres postes de la profession?

Oui, ces salaires sont représentatifs des salaires moyens de l'industrie, les personnages sont surtout là pour illustrer.
Le secteur de l'animation est dans le rouge depuis des années, ce n'est pas un scoop, et c'est logiquement le bas de l'échelle qui encaisse. Le boulot d'animateur implique des journées d'enfer, peu de week-ends, et un salaire minable. Il y'a eu plusieurs cas de suicides dans la profession ces dernières années.

Dregastar

  • Staff AK 3
  • Legend Member
  • ********
  • Messages: 14411
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • ☆★ flying between the raindrops
Re : Re : Shirobako
« Réponse #7 le: 24 novembre 2014, 13:00:34 »
Oui, ces salaires sont représentatifs des salaires moyens de l'industrie, les personnages sont surtout là pour illustrer.
Le secteur de l'animation est dans le rouge depuis des années, ce n'est pas un scoop, et c'est logiquement le bas de l'échelle qui encaisse. Le boulot d'animateur implique des journées d'enfer, peu de week-ends, et un salaire minable. Il y'a eu plusieurs cas de suicides dans la profession ces dernières années.
C'est ce que j'entendais souvent c'est vrai au sujet des animateurs mais sans vraiment me pencher dessus. Donc du coup je voulais profiter de cet anime et de l'aubaine pour avoir confirmation sur le sujet et d'autres éléments en plus. Donc merci mec. ;)
C'est chaud pour les suicides ... Surtout que ça délocalise / sous-traite via la Corée toussa si j'ai bien compris. Du coup encore moins de taf pour les jeunes animateurs Jap. ~
« Modifié: 24 novembre 2014, 13:02:25 par Dregastar »
★★★★★

Lemon

Re : Shirobako
« Réponse #8 le: 24 novembre 2014, 13:05:42 »
La charte existe même en version dollar pour parler à plus de monde, mais ouais les conditions de travail souvent difficiles de l'animateur ainsi que leur bas salaire, c'est une réalité bien connue .

Shirobako commence d'ailleurs à développer ça à l'ép 7 avec la jeune animatrice.
« Modifié: 24 novembre 2014, 13:11:27 par Lemon »

Dregastar

  • Staff AK 3
  • Legend Member
  • ********
  • Messages: 14411
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • ☆★ flying between the raindrops
Re : Shirobako
« Réponse #9 le: 24 novembre 2014, 13:11:22 »
Citer
Sirobako commence d'ailleurs à développer ça à l'ép 7 avec la jeune animatrice.
Ca à l'air intéressant. Donc c'est une série que tu me conseillerai ?
★★★★★

Rydiss

  • Staff Webzine
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 2479
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Prononcez mon pseudo comme il vous plaira...
Re : Shirobako
« Réponse #10 le: 24 novembre 2014, 13:41:47 »
J'en suis à l'épidose 5, et franchement c'est pas mal. Si tu veux découvrir les dessous de la production, que ce soit les conflits internes, la gestion du temps, les différentes étapes, c'est une mine d'or. Gros bémol : on suit un studio, on a donc une multitude de personnages. Ils ont d'ailleurs bien compris le problème en marquant, pour chacune de leur première apparition et à CHAQUE épisode, le nom et le profession.

Le rythme est pas mal, il y a des réflexions intéressantes (le réalisateur a perdu toute crédibilité suite à un anime ecchi/gros seins alors qu'auparavant il avait reçu un prix pour son travail, le conflit 3D/2D) et l'humour fait souvent mouche (le même réalisateur enfermé dans une cage pour qu'il dessine le storyboard du dernier épisode...).

Franchement, d'un point de vu didactique, c'est une réussite. Tout du moins pour moi, qui ne connait absolument pas les dessous d'une production (j'ignorais complètement qu'une série était quasi terminée avant de lancer la diffusion, je croyais seulement qu'ils avaient trois ou quatre épisodes d'avance). Et techniquement parlant c'est pas mal, voir très bon.

Tente sur les deux voir trois premiers épisodes, le premier peut faire un peu peur avec la somme d'informations envoyée.
La passion m'habite, mais la raison domine.

Chevalier de l'Ordre des Chevaliers de l'Orthographe.

- Idiots can be found everywhere.
- You think everyone is an idiot except you.
- I don't often meet people who are smarter than me.
Ghost Hunt - Akumu no sumu ie.

Dregastar

  • Staff AK 3
  • Legend Member
  • ********
  • Messages: 14411
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • ☆★ flying between the raindrops
Re : Shirobako
« Réponse #11 le: 24 novembre 2014, 13:57:22 »
Présenté comme-ça c'est top, là je vois mieux les choses et sait mieux à quoi m'attendre. Je suis comme toi du coup alors ça ne peut être qu'enrichissant et m'intéresser au sujet. Puis en plus si c'est marrant, alors c'est encore mieux. Bref, c'est kool et vu que le cast est large et qu'il y a profusion d'informations, je prendrai le temps de mater ça tranquillement en faisant gaffe de pas être trop fatigué.

Un grand merci à toi pour ces explications (tu sais comment je les aime)" Et puis si ça le fait de ton côté il y a des chances que ça me plaise. :)
★★★★★

RadicalEd

Re : Re : Shirobako
« Réponse #12 le: 26 novembre 2014, 20:16:52 »
Dans l'ordre, traduction de mon cru donc probablement les mauvais termes: Animateur, étudiant (?), freeter (personne vivant de jobs à temps partiels), assistant producteur, producteur CG, assistant réalisateur/storyboard, réalisateur, directeur de l'animation en chef, Maker Producer (le producteur en chef ou quelque chose du genre, celui qui s'occupe du marketing), Seiyuu particulièrement célèbre.
Juste pour corriger 1 ou 2 termes versus notre BDD (surtout pour casser  les pieds à Down  :P):
- (制作進行) assistant producteur (ça indique plutôt"avancement de la production" mais ça correspond au même rôle)
- (演出)assistant réalisateurdirecteur d'épisode/(絵コンテ)storyboard
Sinon, je pense qu'ils ont raccourci pour directeur de l'animation en chef (総作画監督)
Si les salaires des animateurs clé sont aussi bas, ça ne m'étonne pas que ce soit en crise...
Cliquez pour afficher/cacher

Bon, concernant la série, c'est sympathique pour découvrir l'univers du studio car ils ont considérablement simplifié: très peu d'intervenants par poste. Heureusement d'ailleurs car pour les néophytes, ça doit déjà paraître compliqué.

On n'a pas encore vu certains aspects:
- pour, l'instant les scripts/composition de la série ont été à priori fait en amont
- la partie photographie ainsi que décor/direction artistique n'ont pas encore été abordées
- la direction du son avec l'aspect musique également
Et la série est restée assez évasive sur la colorisation et le montage.

Sinon, pour redonner un peu de contexte (parce que ça ne m'a pas paru très explicite), le directeur de l'animation en chef (souvent chara-designer au passage) s'occupe d'assurer l'homogénéité du design des personnages tout au long de la série alors que les directeurs de l'animation de chaque épisode s'occupent plus de l'animation proprement dite.
Contrairement à ce qui est montré dans la série, le réalisateur ne passe pas son temps à dormir/manger mais est très souvent pris par des réunions avec le comité de production.

Pour le moment, je trouve l'histoire assez peu intéressante mais l'anime réussi à présenter la vie du studio de façon compréhensible et assez ludique. Donc ça reste une série à réserver à ceux qui souhaitent s'informer sur le fonctionnement de cette industrie.
Pour ceux qui sont intéressé par l'évolution des studios, il y a des animes qui les ont pris pour cadre auparavant. De mémoire, Paranoia Agent ou même une OAV de Golden Boy, je crois. 

...Lilou...

Re : Shirobako
« Réponse #13 le: 27 décembre 2014, 01:38:49 »
J'ai commencé Shirobako sur J-one mais j'ai loupé un épisode [vers le 5 ou le 6, je me rappelle plus] et puis dur de rattraper par la suite.
L'un d'entre vous a t'il vu la série en entier?

Ce que je lui reprochait était son côté "éducatif" même si on y apprend des choses sur l'envers du décor, je m'attendais à un peu plus de développement côté scénario. En plus en la regardant je pensais souvent à ce que je considère comme une référence dans ce genre d'histoire c'est Bakuman, qui arrivait à expliquer le métier de mangaka tout en ayant sa propre histoire. J'espère que cela change après parce que je pense qu'il y a du potentiel.

Du coup, je voulais vous demander votre avis, cette série mérite t'elle que j'aille jusqu'à la fin? Sinon j'ai encore une liste monstrueuse et peu de temps, à mon plus grand regret.


"Ne sous-estimez jamais le pouvoir de la stupidité humaine." - Robert Anson Heinlein

StraightDown

Re : Shirobako
« Réponse #14 le: 27 décembre 2014, 05:02:37 »
C'est un avis comme un autre, mais à titre personnel j'aurais arrêté la série depuis longtemps si ça n'avait pas été une parution hebdomadaire.
Déjà car visuellement c'est une souffrance pour mes pauvres yeux qui n'avaient pourtant rien demandé et parce que, effectivement, à condition de ne rien savoir sur la manière dont sont fabriquées, réalisées, etc, les séries animées, on n'y apprend finalement pas grand chose. Il y a bien quelques clins d'œil plutôt marrants mais guère plus.