Auteur Sujet: Hataage! Kemonomichi  (Lu 718 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Nakei1024

Hataage! Kemonomichi
« le: 21 septembre 2020, 14:29:35 »
Hataage! Kemonomichi


Année : 2019
Titre original : Hataage! Kemonomichi
Nombre d'épisodes : 12
Studio : ENGI
Réalisation : Miura Kazuya
Tags : Aventure - Comédie - Sport - Magie - Fantastique - Anthropomorphisme - Animal

Synopsis: Alors qu'il attaque le dernier combat de sa carrière, le catcheur Genzo Shibata (Animal Mask) est invoqué dans un univers parallèle.
La princesse du royaume dans lequel il se trouve désormais lui explique qu'elle a besoin d'un héros pour aider son peuple à éliminer les bêtes démoniaques qui prolifèrent dans les campagnes. A la surprise de l'assistance (ministres, soldats, nobles, mages royaux... bref la cour), le catcheur fait à la demoiselle la démonstration d'un "german souplex" (une prise de catch) qui la laisse dans une posture pour le moins indigne de son rang...
Car Genzo est un passionné des animaux, et il ne supporte pas l'idée même que l'on puisse faire du mal à "d'innocentes petites bêtes" (ça le met dans une colère noire). Son rêve est d'ailleurs d'ouvrir une animalerie (après sa retraite de catcheur) et dans ce monde ou un autre, il ne voit pas trop ce qui pourrait l'en empêcher

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...

Nakei1024

Re : Hataage! Kemonomichi
« Réponse #1 le: 27 septembre 2020, 16:58:11 »
Fin de la série, et je me suis bien marré. Un isekai qui ne se prend pas au sérieux avec des personnages un peu couillons et bas du front. Ça change pas mal de la routine et d'autres productions nettement moins intéressantes.

Genzo est un vrai bourrin qui ne s'embarrasse pas de protocole et résout (presque) tous ses problèmes à coups de prises de catch, et ce quelque soit la personne qu'il a en face de lui (une princesse, quelle princesse?).
Et son enthousiasme finit par contaminer tout le royaume et les démons alentours qui ne rêvent plus que de s'affronter sur le ring.

Bref, un très bon moment. :)

L'alcool tue lentement, tant mieux, je ne suis pas pressé...