Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Qui vit par l'épée, meurt par elle.

» Critique du manga L'Habitant De l'Infini par Zankaze le
09 Novembre 2012

Là ou les superlatifs s'arrêtent, L'Habitant de L'Infini commence.
Racontant les aventures cruelles du blasé Manji et de la jeune Lin, Hiroaki Samura vous transporte dans un fabuleux voyage à travers le Japon de l'ère Edo, à l'apogée de l'ère des samouraïs.

Ce qui frappe, tout d'abord, dans ce manga, c'est son grand format. Et on ouvre le premier tome, et on comprend. On comprend qu'il fallait au moins ça pour rendre hommage au prodigieux talent du mangaka. Le trait est étrangement griffonné, parfois presque inachevé, mais nul besoin de plus pour saisir un regard, une attitude, une pose, un décor. Ou encore un combat, dont il décompose avec précision le moindre revers d'acier afin que tout semble clair et d'une terrible splendeur. Et surtout, une ambiance. Que ce soit le paysage vierge d'un flanc de colline boisé ou la tension insupportable avant un combat où s'affronteront à mort deux volontés, Samura sait par son trait conférer une beauté éthérée à chacune de ses planches, forçant souvent le lecteur à arrêter sa lecture pour admirer la beauté de son monde.

Après avoir tout perdu, une vague description de son éventuel compagnon de route en poche et un sabre pour seul possession, le manga s'ouvre sur le départ de Lin pour un voyage dont elle ne reviendra pas. Où du moins pas telle quelle.
D'abord protégée par son garde du corps et enfermé dans sa vision des chose, la jeune fille acquerra au fil des kilomètres, des épreuves et des rencontres plus d'assurance et de sagesse pour finalement devenir une femme admirable. Car si Samura excelle dans le dessin, transformant la moindre planche en œuvre d'art et le moindre combat en tableau à la poésie sauvage et sanglante, il est tout aussi bon quand il s'agit de mettre en scènes des personnages touchant, crédibles et charismatiques.
Qu'ils soient pourvus d'une volonté sans failles, d'un sadisme terrible, de faiblesses secrètes ou à la limite constante entre désespoir et folie sanguinaire, ce sont bel et bien ses personnages qui transforment ce manga en grande tapisserie où s'entrecroisent les destins. Chacun a ses objectifs, sa vision du monde. Ou la cherche. L'ennemi d'aujourd'hui peut devenir l'ami de demain, ou inversement, mais seuls les forts parviendront à leurs buts.
Car dans cette fresque cruelle, dont honneur et pitié sont le plus souvent absents, le sabre est tout : le faible n'est rien. Mais la force ne réside-t-elle que dans l'acier ? Car après tout, qui vit par l'épée meurt par elle...

L'Habitant de l'Infini, vaste massacre? N'exagérons rien. Le sabre est partout, mais même malgré les efforts de ceux qui lui sont soumis, il ne peut seul combler une vie. L'amour, l'amitié et la tendresse sont les seuls sentiments qui aideront parfois les personnages. Et par leurs biais peut-être certains trouveront-ils la rédemption.

Que dire de plus? Parmi les Seinens de très haute volée, L'Habitant de L'Infini seul est un concurrent digne de Berserk. Et si ce n'était le prix punitif de ses tomes, il trônerait depuis bien longtemps entièrement sur mon étagère. Mais il faudra attendre encore de nombreuses années pour ça. Alors du coup, je me venge en lui attribuant la note parfaite. Une note que je n'attribuerais plus après lui.

Verdict :10/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (0)
Originale (0)

3 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Zankaze, inscrit depuis le 18/01/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.033 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.205905 ★