Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Si l'Absurde et l'Horreur avait un enfant, on l'appellerait Gyo

» Critique du manga Gyo par Davenne le
02 Avril 2021

Fans de nanards horrifiques, je m'adresse à vous.

Car oui, Gyo est un nanard en puissance, une véritable bible nanardesque aux accents japonais, une ode à l'absurde, un condensé de watzefeukitude, bref, une pépite.

Le dessin est soigné, détaillé comme il le faut mais sans trop en faire, les traits sont vivants et même ... odorants.
Ce qu'il y a de frappant, c'est la beauté (oui oui, je déconne pas) qui peut se dégager de cette œuvre aux relents putrides. Il y a comme de la poésie qui s'échappe de ces cadavres en décomposition. C'en deviendrait presque plaisant au regard.
Presque.

Parce que clairement, c'est ignoble.
Des cadavres juchés sur des armatures mobiles, c'est dégueulasse.
Les poissons morts, c'est dégueulasse.
Et leur odeur bien pire.
La façon dont ces armatures semblent s'attaquer aux corps humains plus ou moins morts, c'est dégueulasse aussi.

En fait, il faudrait carrément se filmer à la première lecture, car je suis certaines que les moues des lecteurs sont collectors.
Dégoût/surprise/sourire, le tout variant toutes les 10 à 20 secondes.

Le rythme est rapide, malgré la taille conséquente du tome, du coup ça se lit très facilement.

Le scénario semble sorti de l'esprit le plus tordu de l'histoire de l'humanité.
Au départ, on est sur du classique "un couple d'ado qui passe ses vacances au bord de la mer, vont-ils conclure? Oui? Non?" Sauf qu'entre la fille absolument casse pieds et le gars psychologiquement absent, ça paraît mal barré.
C'était sans compter sur l'événement qui va tout chambouler.
L'Invasion des terres côtières par des créatures tout ce qu'il y a de moins banal, entre odeur pestilentielle et panique à bord.
Et alors que nos 2 tourtereaux pensaient s'être débarrassés du problème en fuyant, voilà que la ville de Tokyo est envahie à son tour par des cadavres de poissons sur pates, en quantité extraordinaire.
Poursuivis par le problème.
Et si vous trouviez une certaine logique dans le début de l'histoire, la suite va vous faire perdre la notion même de logique.
Entre les personnages aux comportements vains voir carrément débiles (c'est la panique, et si je prenais le train) et la contagion ultra rapide de cette sorte de maladie totalement étrange et étrangère à ce qu'on connaît, notre esprit est ballotté de scènes en scènes, sans trop savoir où ça nous mène.
Mention spéciale au Cirque, passage où le sens commun semble carrément n'avoir jamais existé.
L'auteur nous gratifie même d'une fin assez ouverte qui ne répond pas aux questions mais qui ne gâche pas non plus le plaisir de lecture. Au moins ce n'est pas bâclé.
Qualitatif du début à la fin.

Par contre évitez de manger avant ou pendant car à moins d'avoir l'estomac bien accroché, vous risquez que votre système digestif se transforme en centrifugeuse. Ce qui serait dans le ton du bouquin, soit dit en passant.

Bref, Gyo c'est un savant mélange d'absurde et d'horreur.
Prenant et déconcertant

Dans cette édition, on a même droit à 2 autres petites nouvelles du même auteur :

La première, ne faisant que quelques pages, nous offre une véritable définition de l'absurde dans le comique de situation, dont le thème principal est : le pilier de la maison.
Une bonne dose d'humour.

La seconde est plus longue et plus travaillée, sur de mystérieuses failles en forme d'êtres humains apparues sur une falaise après un tremblement de terre.
Là on frôle le lovrecraftien. C'est absurde et plus psychologique. Presque effrayant.
Excellent moment de lecture.

8/10

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Davenne, inscrit depuis le 14/10/2020.
AK8.1.13 - Page générée en 0.051 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.204202 ★