Auteur Sujet: Sakura Trick  (Lu 3451 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Down

Sakura Trick
« le: 10 janvier 2014, 00:15:03 »

Fiche AK

Synopsis:

Haruka et Yuu sont amies depuis le collège et viennent d'entrer au lycée. Elles commencent à s'y faire de nouvelles amies, mais désirent partager quelque chose de spécial entre elles deux seulement. S'ensuit un baiser, à partir duquel leur relation commence à s'approfondir.

Avis: Faut-il réellement que je m'explique?
Bon,

Voilà. Comment c'est trop mignon. J'adore.

C'est une tranche de vie mêlée de comédie, assez banale (à priori) dans le lot de manga yuri qui existent. Pas grand chose de plus à dire, on en attend quelques saignements de nez et quelque chose de sympathique à suivre.

Zankaze

Re : Sakura Trick
« Réponse #1 le: 10 janvier 2014, 00:27:38 »
Je préfère lire en manga habituellement. Les anime Yuri, j'en regarde peu. Je tenterais peut-être vite fait le coup. ^^


I shall fullfill my duties. I won't let anybody here die!

Down

Re : Re : Sakura Trick
« Réponse #2 le: 10 janvier 2014, 00:29:18 »
Je préfère lire en manga habituellement. Les anime Yuri, j'en regarde peu. Je tenterais peut-être vite fait le coup. ^^

Y'en a vraiment, des anime yuri? Le yuri en subtext est très à la mode dans les Saki, Madoka et cie, mais du vrai de vrai avec relation officielle...

Zankaze

Re : Sakura Trick
« Réponse #3 le: 10 janvier 2014, 00:30:43 »
Aoi Hana, non? Et y en a bien un ou deux autres...


I shall fullfill my duties. I won't let anybody here die!

Deluxe Fan

Re : Sakura Trick
« Réponse #4 le: 12 janvier 2014, 01:42:16 »
Épisode 1 :


"B-but that's forbidden love !"


Après la tornade Free, qui a vu le fandom trahi par leur studio préféré qui ne leur devait pourtant rien, une série télé animée japonaise crypto-lesbienne était dans les attentes les plus fortes d'un certain public pour qui la japanime se doit avant tout de pourvoir à leur fantasmes étranges. Sakura Trick, produit par le studio Deen qui n'a pas hésité à retourner sa veste vis-à-vis du palmarès shonen-aï/bishônen qu'ils avaient passé des années à consolider, était donc dès son annonce attendu comme le Messie qui viendrait sauver cette japanime décadente en faisant l'apologie de seul vrai amour pur.

Construit comme un K-On-like sans musique mais avec des filles qui se font des papouilles, ce premier épisode de Sakura Trick n'est que la suite logique d'une certaine forme de micro-marketing dont Yuru Yuri (meilleur anime 2012 selon les professionnels japonais) annonçait la couleur.
Dans les faits on aura droit à suite de "gags" dont la composante humoristique m'échappe complètement, entrecoupée d'insinuations qui ne peuvent paraître que gratuites de part l'absence totale de dimension romantique dans la caractérisation des personnages.
La mise en scène est incroyablement irritante, noyée sous des gimmicks cheap insupportables, faisant de l'épisode les pires vingt minutes que j'ai pu passer ces derniers temps (et pourtant je suis en période d'examen, la torture mentale je connais). On ne sera pas étonné de constater que le réalisateur est un ancien de chez Shaft ; le talent se perpétue.
Vu que l'ensemble est adapté d'un yonkoma, je ne me fais pas d'idées sur l'intérêt narratif des 11 épisodes. De toute façon c'est pas ce que le public recherche et ce n'est pas pour ça qu'il récompensera cette série dans les chiffres de ventes.
Pour ma part j'ai trouvé ImoCho plus divertissant, plus explicite et bien plus généreux avec son public dès le départ que cette vaste imposture.

Je ne ferais pas partie de la fête mais je vous souhaite de la savourer comme il se doit.
« Modifié: 12 janvier 2014, 04:31:37 par Deluxe Fan »

Down

Re : Sakura Trick
« Réponse #5 le: 12 janvier 2014, 02:49:40 »
Citer
Pour ma part j'ai trouvé ImoCho plus divertissant, plus explicite et bien plus généreux avec son public dès le départ que cette vaste imposture.

Je ne vois pas trop en quoi Sakura Trick n'est pas explicite et généreux... J'ai lu un type qualifier cet anime de "kiss-scene pornography", je trouve ça assez pertinent >_>
Après, c'est sûr qu'il est difficile de faire plus explicite que ImoCho, c'est vrai. Vivement les BDs, hein?

Sirius

Re : Sakura Trick
« Réponse #6 le: 12 janvier 2014, 08:50:14 »
J'ai reconnu une petite touche d'Hidamari Sketch dans certains éléments de mise en scène. Après j'ai trouvé l'épisode tellement insipide avec ses blagues obscures et son rythme soporifique que je ne suis pas arrivé au générique de fin. En effet la touche yuri est là et on nous en met plein la vue dès le départ, sans équivoque. Manque juste un plot derrière tout ça...

sugawara

  • Rédacteur invité (tmp)
  • Full Member
  • ********
  • Messages: 129
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Merciful love that tantalizes not (Keats)
Re : Sakura Trick
« Réponse #7 le: 12 janvier 2014, 11:36:20 »
Personnellement, j'ai beaucoup apprécié le premier épisode, c'est définitivement un des animes que je suivrai durant cette saison hivernale. C'est très rare d'avoir des anime de pur yuri et, comme beaucoup de gens, j'attendais cet anime au tournant. Heureusement, il n'a pas démérité.

C'est cute, amusant, le yuri est explicite sans sombrer dans l'ecchi (c'était ma grande crainte: c'est un peu plus ecchi que le manga dont c'est inspiré, mais ça reste tout à fait raisonnable), l'animation est tout à fait correcte et ça reste fidèle au manga.


Citer
Y'en a vraiment, des anime yuri? Le yuri en subtext est très à la mode dans les Saki, Madoka et cie, mais du vrai de vrai avec relation officielle...

Non, c'est très rare. En particulier un anime de pur yuri qui reprend le format classique d'une romance/tranche de vie/humour sans autre sub-plots, à la Girlfriends par ex.
A l'instinct, en anime à dominante yuri, je citerai: maritime, strawberry panick, aoi hana, yuru yuri (que je n'ai pas vu)... Et je dois sûrement en laisser quelques un de coté.

Citer
Vu que l'ensemble est adapté d'un yonkoma, je ne me fais pas d'idées sur l'intérêt narratif des 11 épisodes


Le premier épisode de l'anime suit le manga à la planche près. Pour avoir lu une partie du manga, ça devrait poursuivre sur sa lancée: du pur slice of life. Donc, effectivement, si tu recherches quelque chose de "plot-driven", ça n'est clairement pas le cas.

C'est sûr que, par rapport aux mangas yuri publiés dans yuri hime & co, c'est une formule très classique. En tant que manga, j'ai apprécié ce que j'ai lu de Sakura trick sans trouver ça exceptionnel. Mais comme anime, c'est ipso facto original, tant le genre est sous-représenté.
« Modifié: 12 janvier 2014, 11:40:32 par sugawara »

Yuki Usagi

Re : Sakura Trick
« Réponse #8 le: 12 janvier 2014, 12:38:05 »
J'attendais pas mal Sakura Trick parce que ça fait longtemps qu'on n'a pas eu d'anime yuri digne de ce nom, mais... mouais. Je ne suis pas convaincue.
Tout simplement parce que je n'accroche pas aux personnages, à vrai dire, et que dans un anime tranche de vie, les personnages sont un peu le moteur du truc.
J'essaierai de regarder un ou deux épisodes de plus, mais je pense que je ne vais pas suivre, j'ai déjà prévu de regarder beaucoup trop d'animes cette saison :D Je crois que si je veux un yuri, j'irai plutôt essayer Aoi Hana ou Strawberry Panic que je n'ai pas encore vus.

(Au passage, comme anime purement yuri, il y a aussi Sasameki Koto, je crois que personne ne l'avait encore cité.)

Down

Re : Sakura Trick
« Réponse #9 le: 12 janvier 2014, 13:26:33 »
Citer
yuru yuri (que je n'ai pas vu)

C'est du shoujo-ai, pas du yuri, malgré son nom trompeur.

Tout ça rejoint un peu la complainte que j'avais vu formulée je ne sais plus où, à savoir, quitte à adapter (enfin?) du yuri, pourquoi ne pas prendre un manga un peu original ou reconnu, plutôt que choisir un banal 4koma parmi les 2591834 qui existent...

Red Slaughterer

Re : Sakura Trick
« Réponse #10 le: 12 janvier 2014, 18:35:26 »
Citer
C'est du shoujo-ai, pas du yuri, malgré son nom trompeur.

Le titre ne trompe pas, cette distinction n'existe simplement pas.

Elle doit dater d'une époque ou Marimite (qui n'est pas du tout du yuri à la base, il faut jamais oublié de le rappeler) était plutôt populaire et que ceux qui regardaient voulaient se différencier de ceux qui regarde du p0rn lesbien. Mais le terme yuri n'implique pas qu'il faut qu'il y ait de l'action entre les personnage (que je me trompe pas, le terme veut juste dire "fleur de lys", c'est pour ça qu'il y en a partout dans le générique de Kanbaru de Bakemonogatari).

Et une vrai série de Yuri adaptée, y'en a. Kashimashi dont on avait parlé sur le sujet des listes ou mieux, Sasameki Koto.
Reste aussi Blue Drop ou Simoun à voir.

Sirius

Re : Sakura Trick
« Réponse #11 le: 12 janvier 2014, 18:38:02 »
J'hésite depuis un moment à le dire mais tant qu'à citer les titres du genre, pour moi la grande révélation fut Kannazuki no Miko :o Après rien ne vaut la lecture de Girls Friends.

Down

Re : Sakura Trick
« Réponse #12 le: 12 janvier 2014, 18:48:36 »
Citer
Le titre ne trompe pas, cette distinction n'existe simplement pas.

Disons alors qu'il n'y a rien d'explicite dans Yuru Yuri. Madoka est probablement "plus yuri" que ça.

Continuez à balancer les titres, ma wishlist n'est pas à ça près >_>

Cokea

Re : Sakura Trick
« Réponse #13 le: 12 janvier 2014, 18:59:33 »
Citer
Après rien ne vaut la lecture de Girls Friends.

J'aurai pas dis mieux  :ph34r:

Sinon je regarderai l'épisode après mon exam, donc Lundi ou Mardi.

sugawara

  • Rédacteur invité (tmp)
  • Full Member
  • ********
  • Messages: 129
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Merciful love that tantalizes not (Keats)
Re : Sakura Trick
« Réponse #14 le: 12 janvier 2014, 19:14:20 »
Pour Kannazuki no miko, Chikane et Himeko est probablement l'un des couples yuri les plus connus, mais, pour autant, je ne rangerai pas cela dans le genre yuri stricto-sensu: c'est plutôt une romance yuri, au sein d'un anime fantastique.

@Yuri Asagi: Merci de m'avoir rappelé Sasameki Koto. Le coté "school-rumbelien" des chilliogones amoureux m'avait un peu refroidi à l'époque, tout comme les alternance de drame/comédie à la FMP!, mais il faudrait que je m'y remette un jour.

Citer
Et une vrai série de Yuri adaptée, y'en a. Kashimashi dont on avait parlé sur le sujet des listes ou mieux, Sasameki Koto.
Reste aussi Blue Drop ou Simoun à voir.

Kashimashi et Blue drop, j'avais trouvé ça assez perché tout de même (surtout blue drop en fait). Simoun, je ne connais pas, je vais le rajouter à ma wishlist.

Citer
Le titre ne trompe pas, cette distinction n'existe simplement pas.

En effet, Red slaughterer a raison. La distinction yuri/shojo-ai est l'un de ces cas, assez courant, ou le terme employé en occident et au Japon ne coïncident pas exactement (comme les méchas/real robot, yaoi/shôjô-ai, shônen/nakama ou encore Hentai/H pour les plus polissons.).

Ces distinctions viennent souvent du fait qu'au Japon, les produits culturels sont caractérisés d'abord par leur public alors qu'en occident on tend à les caractériser par leur contenu (c'est aussi vrai au-delà du monde de l'animation et des mangas: c'est le cas pour la littérature, partagée entre littérature pure et littérature populaire, essentiellement en fonction du journal/magazine de pré-publication et non du contenu).
Élément amusant, techniquement, au Japon, "Kannazuki no miko" est un shônen, puisque publié dans un magazine de shônen.

Pour en revenir au yuri, la distinction n'est pas explicite/implicite. Au Japon, on désignera préférentiellement le genre sous le terme shôjô-ai, quand l'accent est mis sur la romance.
Le terme yuri a historiquement servi comme une métaphore pour le lesbianisme au milieu du siècle dernier et a ensuite été revendiqué par la communauté lesbienne. Il est depuis quelque peu tombé en désuétude, même si les grandes publications de yuri (yuri hime et yuri je ne sais plus quoi, les deux grands magazines) conservent le terme "yuri" dans leur nom. Yuri, désigne donc tout contenu dépeignant de relations homosexuelles féminines, qu'il soit implicite ou explicite.

Au Japon, le shôjô ai est donc inclus dans le yuri et il est correct, mais un peu daté, de parler de yuri pour désigner les oeuvres pré-citées. Pour ma part, en tant qu'occidental, je m'en tiens à yuri et je ne parle de shojo-ai qu'avec des japonais.

Les deux raisons à la formation du néologisme shôjô-ai vers le début des années 2000 sont:
1) D'une part, une volonté des éditeurs d'émuler le succès du shônen-ai (ce qui est un semi-échec, car le yuri reste destiné à un public bien moins vaste que le shônen-ai)
2) De prendre en compte le changement de lectorat, puisque le yuri n'est plus lu exclusivement que par des femmes, le ratio s'étant stabilisé au cours de la dernière décennie à 50/50 (yuri hime a majoritairement un public féminin et son grand concurrent un public masculin, d'après ce qu'on m'en a dit). Or le terme yuri faisait historiquement référence à la communauté lesbienne exclusivement.

Citer
Tout ça rejoint un peu la complainte que j'avais vu formulée je ne sais plus où, à savoir, quitte à adapter (enfin?) du yuri, pourquoi ne pas prendre un manga un peu original ou reconnu, plutôt que choisir un banal 4koma parmi les 2591834 qui existent...

J'avais dit la même chose au début, mais ça doit être un problème de droits. Le public potentiel pour du yuri en anime est relativement faible, à l'inverse du shonen-ai, ce qui fait que les animes yuri sont des adaptations de manga yuri le plus "grand public" possibles, qui pour intéressantes qu'elle soient ne mpas représentatives du genre.

Par ex., les mangas yuri que tout le monde connait, ce sont Girl Friends et les autres milk morinaga. C'est-à-dire une romance/slice-of-life entre deux personnages dans un cadre contemporain/réaliste. Même si on regarde les succès récents, les mangas en cours les plus populaires doivent être des choses comme Citrus, Gakuen Cop, Notes from the garden of lillies qui participent de ce sous-genre.
 
En anime, jusqu'à Sakura trick (et encore),  les animes yuri relèvent surtout:
- du fantastique/surnaturel (Blue drop, Kannazuki no miko)
- des chilliognes amoureux + comédie (maritime, strawberry panick, Sasameki Koto)
- Du yuri implicite (maritime, strawberry panick)
- du drame (aoi hana, Sasameki Koto)
C'est-à-dire coupler le yuri avec un autre genre pour élargir le public le plus possible.

Non que j'ai quoi que ce soit contre ça, mais ça explique pourquoi si un studio veut réaliser un anime de yuri pur dans sa forme "canonique", il ne peut pas adapter des mangas trop populaires, car le public ne serait pas suffisant pour justifier le coût des droits d'adaptation. C'est pourquoi je ne pense pas qu'on aura droit à un Girl Friends en anime avant bien longtemps  :'(  ;)
« Modifié: 12 janvier 2014, 19:37:25 par sugawara »