Auteur Sujet: Sarazanmai  (Lu 3908 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Sarazanmai
« Réponse #30 le: 21 avril 2019, 10:17:18 »
Mais les policiers seront bien les méchants nan? On est d'accord?
Cliquez pour afficher/cacher

Pour les Taiko, je suis pas certaine qu'il faille interpréter quelque chose, pendant la séquence de transformation en Kappa, on a droit à du shamisen aussi. Peut être un "hommage" aux instruments traditionnels japonais.
Par expérience, il faut interpréter. S'il y a un truc qu'il faut interpréter chez Ikuhara, c'est le stock footage. C'est trop présent pour être gratuit. De toute manière, y'a assez peu de choses gratuites chez Ikuhara.

Puis Ikuhara, il s'en fout des hommages. S'il y a un hommage, c'est un hommage à un de ses maîtres. Pas à un instrument de musique.

Gally@

Re : Sarazanmai
« Réponse #31 le: 21 avril 2019, 10:25:16 »
Ok Minuit, bien reçu. Merci pour tes retours.
Vivement la semaine prochaine :).

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Sarazanmai
« Réponse #32 le: 21 avril 2019, 10:45:29 »
Du coup, j'ai réfléchi à deux ou trois choses. Voici donc des compléments à mes réponses ci-dessus. c:

Mais les policiers seront bien les méchants nan? On est d'accord?
En dehors du manga :

Cliquez pour afficher/cacher

Pour les Taiko, je suis pas certaine qu'il faille interpréter quelque chose, pendant la séquence de transformation en Kappa, on a droit à du shamisen aussi. Peut être un "hommage" aux instruments traditionnels japonais.
Après quelques recherches d'ailleurs, les mouvements de danse peuvent être rapprochés des Bon Odori, ces danses à l'origines dédiées aux esprits défunts. Il y a peut-être aussi un lien à faire avec le Segaki, ce rituel qui consiste à nourrir des esprits ; et la nourriture serait les gens arrêtés par les policiers, offerts en sacrifice.

Ce n'est qu'une hypothèse, mais c'est très ikuniesque. Sacrifice humain, tout ça.

Cliquez pour afficher/cacher

Gally@

Re : Sarazanmai
« Réponse #33 le: 23 avril 2019, 22:12:55 »
En ce qui concerne les policiers et Sara-chan.

Cliquez pour afficher/cacher


Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Re : Sarazanmai
« Réponse #34 le: 23 avril 2019, 22:18:34 »
En ce qui concerne les policiers et Sara-chan.

Cliquez pour afficher/cacher

Cliquez pour afficher/cacher

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Sarazanmai
« Réponse #35 le: 25 avril 2019, 23:19:30 »
Episode 3 :

Comme prévu, on reprend là où l'on s'était arrêté la semaine dernière. C'est assez marrant, d'ailleurs. D'un côté le caractère épisodique de la série est extrêmement marqué, mais tout se fait dans la même continuité narrative.

Ceci dit, j'ai vraiment adoré cet épisode, qui est certainement mon favori depuis le début de la série. Ikuhara excelle en deux choses : le symbolisme et la représentation des sentiments. Franchement, j'ai été servi cette fois-ci, un véritable bonheur. Les courts moments de rêverie, sur le mode du quiproquo et de l'humour, sont très intelligents dans leur réactualisation mi-parodique mi-sérieuse des clichés du genre.

D'ailleurs, à propos de ces différentes scènes :

Cliquez pour afficher/cacher

C'est aussi le premier épisode où Kazuki n'a plus un rôle principal, puisque c'est vraiment Enta qui a la vedette. Je m'attendais à ce qu'il soit au cœur de cet épisode, mais je ne m'attendais pas à ce que tout le reste disparaisse, ou presque.

Cliquez pour afficher/cacher

On gagne aussi quelques indices par rapport à l'ensemble de la série :

Cliquez pour afficher/cacher

Comme d'habitude, je repasserai sur le sujet lorsque j'aurai revu l'épisode une fois ou deux, et lorsque j'aurai eu le temps de déchiffrer un peu les crédits de l'épisode (sauf si je vois que l'information arrive rapidement quelque part sur le web pour les non-japonisants...).

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Sarazanmai
« Réponse #36 le: 03 mai 2019, 10:41:39 »
Episode 4 :

Un épisode un (tout) petit peu plus faible techniquement que les trois précédents. Encore une fois, c'est Lapin Track qui a géré l'épisode ; le prochain devrait être le premier épisode dont MAPPA va s'occuper.

Mais pour autant, cet épisode n'était pas moins excellent. Un style très marqué, et pour cause : l'épisode est co-réalisé par Takeuchi Nobuyuki, une des figures phares de SHAFT, qui a importé et cultivé au sein du studio le style Ikuhara (il a été directeur de l'animation sur Utena, notamment en charge du générique). Mais c'est aussi la première fois que l'on voit apparaître le monsieur aussi directement dans un épisode. On avait presque oublié qu'il était réalisateur en chef de la série.

On voit aussi arriver à la réalisation d'épisode l'animateur Takano Yayoi, dont l'engagement sur la série durant ces quatre premiers épisodes est hallucinantes. Il était animateur principal (avec Mayu Gushigen) sur les épisodes 1, 2 et 4 ; et directeur de l'animation pour ces trois épisodes également. Difficile cependant pour l'heure de détacher exactement son style de celui de Takeuchi Nobuyuki. J'espère qu'il aura le droit plus tard à un épisode réalisé seul pour qu'il se mette davantage en avant.

Et je dois ajouter que le storyboard était brillant.

Ceci étant dit, revenons au cours de l'intrigue. Cet épisode était très attendu, car c'était le premier épisode dédié à Toi. Et je n'ai pas été déçu. Il donne un énorme coup de pied dans tout ce que la série avait tissé en trois épisodes. Je commençais à trouver que tout cela était trop simple, trop direct ; me voici servi. C'est assez fou de voir comment en quelques épisodes les personnages se révèlent, changent du tout au tout. C'est certainement la première série d'Ikuhara à mettre autant en avant les changements des personnages.

Cliquez pour afficher/cacher

Je me doutais un peu du passé de Toi ; mais ce n'est certainement pas ce qui était le plus important dans cet épisode. Le plus important, c'est à quel point on voit les différents personnages complètement déraper. Si on avait des doutes, maintenant ce sont des certitudes : aucun personnage dans cette série n'est vraiment sain d'esprit. Ils sont tous en train de se foutre en l'air sans s'en rendre compte. Je suis captivé mais je freine de toutes mes forces, comme l'âne qui refuse d'avancer. Trop d'empathie.

Encore une fois, il faut que je regarde de nouveau l'épisode. Curieux de voir aussi comment MAPPA va gérer l'épisode de la semaine prochaine. Surtout que j'étais persuadé que c'était Takeuchi Nobuyuki qui allait faire la transition... mais je me suis vraisemblablement trompé. Il reste du côté Lapin Track. Je me demande donc quel va être le staff principal du côté de MAPPA.



Remarques supplémentaires, nous y voici !

D'abord, une petite remarque sur le premier épisode, et plus précisément sur la scène d'introduction :

Cliquez pour afficher/cacher

Revenons maintenant à des considérations sur le dernier épisode.

Le storyboard/layout, comme je le signalais déjà dans mon message original, est particulièrement brillant et riche. Mais hier soir, je n'avais pas encore pris la peine d'expliciter les quelques indices importants qui semblent s'y cacher.

D'abord, on en apprend davantage sur la nature de la relation entre Toi et son grand frère, Chikai. Toi est dans une logique de reproduction, mais il ne s'en rend pas compte. Aussi, Chikai prend le visage de Toi enfant violemment dans sa main (séquence) comme Toi avec Keppi un peu plus tard (image).

Il était d'ailleurs très intelligent et élégant de la part de Takeuchi Nobuyuki de faire figurer ces ombres monstrueuses lors de la sortie nocturne de Toi.

L'épisode est également très, très insistant au sujet d'une sucette rose. D'abord disposée à côté de la photo de feu les parents de Toi, puis à plusieurs autres endroits. On sait que c'est maintenant Chikai qui la possède. Est-ce un cadeau ? Un souvenir ? La représentation d'un désir ?
Ou quelque chose de beaucoup plus grave ; la sucette garde un potentiel symbolique sexuel assez fort. Evidemment, ce n'est qu'une hypothèse, et elle reste à prendre avec beaucoup de précaution. Néanmoins, on trouve quelques exemples dans le shoujo des années 1970-1980 (qui reste une des inspirations majeures d'Ikuhara) dans lesquels la relation sexuelle est sous-entendue par un objet.

Je reste assez persuadé en tout cas, mais Ikuhara m'a aussi peut-être très mal habitué, qu'il y a quelque chose d'incestueux dans cette relation entre Toi et Chikai. De toute manière, Ikuhara n'a jamais été capable de figurer une relation fraternelle qui ne soit pas (violemment) teintée d'inceste.

Le parallèle entre Toi et Kazuki est plus fort que jamais, Enta est véritablement mis à l'écart. On retrouve d'ailleurs la même tendance à la bizarrerie corporelle. Je dirais bien que c'est le signe de sa jalousie, mais cela pourrait aussi bien être une manière de le dire à part ou de montrer comme il veut se faire remarquer de Kazuki.

D'ailleurs, à propos de la relation entre Enta et Kazuki :

Cliquez pour afficher/cacher

Si nous partons du principe que cette hypothèse est meilleure que celle dont je faisais état la semaine passée, cela signifierait autre chose par rapport à Haruka :

Cliquez pour afficher/cacher

Je devrais avoir le temps ce week-end de revoir tranquillement les quatre épisodes sortis une ou deux fois. J'espère pouvoir en tirer quelques remarques supplémentaires.

Gally@

Re : Sarazanmai
« Réponse #37 le: 03 mai 2019, 11:21:42 »
Minuit, je dois dire que tu m'épates. Merci pour tous ces éclaircissements.

Kilddra

Re : Sarazanmai
« Réponse #38 le: 03 mai 2019, 11:39:46 »
J'étais en train de me faire la même réflexion ^^'.
Tu t'éclates à démêler ce puzzle hein :P
Le fait est que je regarde Sarazanmai en mode casu et que je me laisse un peu porter par les événements. Du coup, il y a forcément des éléments qui m'échappent et tes décorticages aident à y voir plus clair.
Cela dit, on peut se demander si c'est une bonne chose de devoir faire appel à tes lumières à chaque épisode.
Mais bon, j'imagine que c'est une histoire d'implication.  :)

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Sarazanmai
« Réponse #39 le: 03 mai 2019, 21:03:54 »
Tant mieux si ces quelques pistes vous permettent d'y voir un peu plus clair. :3

Tu t'éclates à démêler ce puzzle hein :P
Tu n'imagines même pas à quel point. c:

Cela dit, on peut se demander si c'est une bonne chose de devoir faire appel à tes lumières à chaque épisode.
Ça n'en a peut-être pas l'air tout de suite, mais Ikuhara est quelqu'un qui cherche à se faire comprendre. Presque désespérément d'ailleurs. Il y a beaucoup d'indices qui sont disséminés ici et là, mais pour la plupart, ils seront explicités par la suite de la série. Prenons par exemple la situation d'Haruka, qui est sous-entendue dans le deuxième épisode, et mise en évidence dans le troisième.

On peut rajouter à cela qu'Ikuhara a publié avec Teruko Utsumi, sa comparse de scénario pour Sarazanmai, le premier tome du light novel correspondant à la série mi-avril, et qui couvre les événements jusqu'à l'épisode 6, selon les quelques japonisants qui y ont jeté un œil. J'espère qu'il existera après la diffusion un projet de traduction ; on verra. En attendant, cela ne fait que mettre en avant les intentions d'Ikuhara : se faire comprendre, de toutes les manières possibles. Car le roman n'est qu'une manière de donner des indices : il y a aussi le manga spinoff, le faux compte Twitter des policiers, son propre compte et le compte de la série, le compte de Lapin Track qui n'arrête pas de spoiler tout en délicatesse avec de petits dessins du staff, etc.

Un peu hors-sujet, mais on a vu revenir ici et là l'hypothèse selon laquelle le duo Kazuki-Enta serait le duo Ikuhara-Anno (le réalisateur d'Eva). Le tout appuyé par la très vieille rumeur selon laquelle le personnage de Kaworu dans Eva serait inspiré d'Ikuhara. Franchement, je trouve toujours ça très fantaisiste. Ikuhara a probablement beaucoup mis de lui dans Sarazanmai, mais je ne pense pas qu'on puisse trouver de parallèle à ce niveau-là.
Ikuhara a certes beaucoup inspiré Anno (et inversement), mais voir de telles interprétations me fait doucement rire, car elles relèvent bien plus du fantasme que d'une possible réalité.



Par ailleurs, une âme précieuse a décidé de traduire la pièce de théâtre Le Petit Prince de Shuji Terayama, qui est une des références essentielles d'Ikuhara. Je compte la lire ce soir ou cette nuit. Elle est assez courte a priori.

Pour preuve de l'intérêt de la pièce, c'est probablement ce que lit Haruka à la fin de l'épisode 3, et non la version de Saint-Exupéry comme je l'ai d'abord pensé (à peu près comme tout le monde en Occident d'ailleurs).

J'attends beaucoup aussi le (probable) billet de kViN (un des rédacteurs réguliers du blog de Sakugabooru) au sujet de cet épisode. J'espère vraiment qu'il y consacrera une analyse un peu poussée, qui ne se concentrera pas que sur l'apport de Takeuchi Nobuyuki, mais aussi sur celui de Takano Yayoi, que j'ai pour l'instant un peu de difficulté à cerner.



Je parlais il y a peu de temps de Kaori Makita alors qu'il était annoncé qu'elle allait prendre en charge le premier film du label BL Blue Lynx, et nous apprenons que c'est elle qui sera au storyboard et à la réalisation de l'épisode cinq. Ce qui confirme donc que l'épisode sera bel et bien produit en majorité chez MAPPA, une première pour la série.

En tout cas, très content de ce choix de directrice d'épisode, puisqu'elle est une des figures les plus prometteuses du studio. Hâte de voir son travail sur la série et surtout si cela laisse envisager un épisode un peu beaucoup romantique ; puisque cela semble avoir été jusqu'ici son créneau.

Je me permets aussi de recopier ici un passage qui est affiché sur le bandeau TV lors de l'émission de Sara :
Citer
Les écrivains vivent entre la vie et la mort. Sara vit entre Sumidaku et Taitouku. Les princes vivent entre le désir et l'amour.

Revoici donc notre fameux thème du prince. On l'avait presque oublié. À méditer en tout cas ; il faudra que je fasse l'inventaire de toutes les petites phrases glissées ici et là lorsque je regarderai à nouveau les épisodes sortis.

Note : Sumida et Taitou sont deux arrondissements de Tokyo. La série se déroule à Asakusa, qui est un quartier de Taitou.

Gally@

Re : Sarazanmai
« Réponse #40 le: 10 mai 2019, 10:54:31 »
Ep 5.

On n'en sait beaucoup plus sur l'affaire Kazuki. Surprise part ce que l'on apprend concernant sa mère. Moins concernant son petit "frère". Un bien lourd fardeaux en tous cas.
La partie concernant Sara était marrante. On apprend qu'elle est une
Cliquez pour afficher/cacher
.
Je me demande comment vont reagir les "parents" de Kazuki suite à la decouverte de
Cliquez pour afficher/cacher
. Et ses rapports avec son petit frère maintenant que la supercherie a été révélée.
La mission a échouée.. j'ai hâte de voir l'épisode suivant.

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Sarazanmai
« Réponse #41 le: 10 mai 2019, 11:44:14 »
Episode 5 :

Un épisode bien mené, qui aurait sans doute été très bon dans une autre série, mais qui paraît un peu fade, surtout après l'épisode excessivement stylisé de la semaine précédente. Fade, et trop rapide. Nous n'avons pas encore le staff complet, mais comme je le disais la semaine passée, il est quasiment certain que c'est MAPPA qui est derrière cet épisode.

Quant à l'épisode en lui-même, on en apprend effectivement davantage sur Kazuki. J'ai été surpris également par la révélation sur son passé, j'avoue que je ne m'attendais absolument pas à ce genre de retournement. Cependant, j'avoue ma satisfaction d'avoir correctement deviné ce que représentait la première scène de l'anime. :3

Pour Sara :

Cliquez pour afficher/cacher

La mission échoue en effet. Pas très étonnant en fait, mais je pensais qu'on devrait attendre encore quelques épisodes pour voir cet échec. J'imagine qu'Ikuhara est assez pressé par le temps. Mine de rien, onze épisodes, c'est peu.

Et à ce propos :

Cliquez pour afficher/cacher

J'ai beaucoup apprécié la réaction de Kazuki, qui est étonnamment clairvoyante, en fait. Il sait qu'il est pris dans une logique égoïste, qui blesse ceux qui sont autour de lui. Et pourtant il ne parvient pas à être heureux. Je n'ai pas du tout apprécié le choix de masquer ses yeux durant cette scène, mais j'ai énormément apprécié le jeu avec le mouchoir. Et j'aimerais saluer le travail remarquable du doubleur.

Cependant, l'idée géniale de cette scène reste l'attitude de Keppi, qui fait tranquillement bouillir l'eau sur son ventre pour son thé. Tout en sachant qu'il existe en japonais l'expression 臍で茶を沸かす (heso de cha wo wakasu) qui se traduit littéralement par "faire bouillir du thé sur son nombril" et veut dire "être plié de rire". Jamais trop de cynisme dans cette série.

Pour moi les parents de Kazuki ne vont pas avoir de réaction particulière. Ils n'ont jamais eu un rôle de premier plan, et c'est déjà exceptionnel qu'ils existent ; chez Ikuhara, généralement il n'y en a tout simplement pas. Donc je ne pense pas que nous aurons droit à une explication particulière par rapport à l'évolution de leurs rapports. Tout va passer par la relation entre Kazuki et Haruka. D'autant plus que jusqu'à nouvel ordre, Kazuki, Enta et Toi sont "coincés" dans leur forme alternative. Les explications devront attendre.

Par rapport aux policiers enfin :

Cliquez pour afficher/cacher

Comme d'habitude, j'essaie de revenir plus tard pour ajouter quelques petits détails ici et là.
Je précise simplement que les pages de sponsor ont servi au staff à glisser quelques images de making off.

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Sarazanmai
« Réponse #42 le: 17 mai 2019, 14:42:49 »
Episode 6 :

C'était un drôle d'épisode.

D'abord, parce que j'ai ri ; vraiment ri. Les transformations diverses de Keppi, sur le mode du cartoon, sont exceptionnellement réussies. On retrouve pour ainsi dire le même fonctionnement qu'à l'épisode trois : beaucoup de comédie, mais beaucoup de drame aussi, comme si les deux curseurs ne pouvaient aller que de pair.

Aux commandes de l'épisode, on trouve Shibata Katsunori, qui est un fidèle d'Ikuhara. À ce titre, on retrouve beaucoup de traits esthétiques ikuharaesques, et notamment la bordure d'écran avec les fleurs de concombre. Tout cela fait beaucoup penser à Utena. Plus généralement, cet épisode est finalement plus proche d'Utena que de ses deux productions plus récentes, Mawaru Penguindrum et Yurikuma Arashi... ce qui est étonnant, étant donné que Shibata n'a rejoint Ikuhara que pour Mawaru.

On note que la production de cet épisode a probablement été très chaotique, et que par miracle, on n'en voit absolument rien. Nous avons en effet huit directeurs de l'animation ; c'est énorme.

Une des hypothèses, c'est que la production de l'épisode a été répartie entre Lapin Track et MAPPA.

L'autre hypothèse, c'est le fait que l'épisode soit quasiment exclusivement porté par des personnages transformés en kappa, ce qui est très inhabituel. Les animateurs ont l'habitude des humains, et il ne faut pas oublier que les animateurs japonais n'ont pas une formation à l'européenne, qui prépare mieux (merci Disney) à ce genre de défis. Donc il est possible que les dessins aient eu besoin de beaucoup de corrections au niveau du character design à cause de cette particularité de l'épisode.

Mais finalement, l'important étant que la qualité de l'épisode n'en ait absolument pas souffert.

Passons au contenu de l'épisode en lui-même. Deux choses très importantes à propos de cet épisode.

D'abord, il marque un véritable changement pour Kazuki, qui sort de la logique dépressive des cinq premiers épisodes, comme le montre très bien le titre de ce sixième épisode. C'est aussi le moment où il prend enfin conscience de l'importance des autres pour lui. Cependant, j'avoue que je ne pensais pas que cela arriverait maintenant ; je pensais que ce serait l'enjeu global de la série, et que ce serait quelque chose qui ne serait résolu que dans les deux ou trois derniers épisodes.

La deuxième chose importante, c'est ce que l'on apprend sur le contexte général, et l'affrontement entre les kappas et les loutres. J'ai appris au cours de recherches récentes que dans le folklore japonais, les loutres sont effectivement les ennemis jurés des kappas. Ce qui est cependant étonnant, c'est que la série veut à tout prix nous faire considérer que les méchants sont les loutres.

Une observation à ce sujet :

Cliquez pour afficher/cacher

De plus, le rôle de Keppi est plus que jamais sujet à interrogations. En effet, dans cet épisode, il est autant l'adjuvant que la figure démoniaque et tentatrice. Cette duplicité, qui existait certes depuis le début entre son cynisme notable et ses apparitions sur fond rouge (on sait ce que cela veut dire pour Ikuhara), explose vraiment dans cet épisode. Mais ce n'est pas pour autant que nous avons des réponses.

Cliquez pour afficher/cacher

Nous remarquons aussi que, pour la première fois, il n'y a pas eu de fuites de désirs dans cet épisode. Les trois personnages principaux utilisent chacun leur objet précédemment caché dans leur boîte à désir : d'abord Toi avec son revolver, ensuite Enta avec son miçanga, enfin Kazuki qui récupère son déguisement. D'ailleurs, à ce titre, ce sixième épisode est très proche du premier épisode, dans lequel Kazuki se bat pour Haruka, et pour récupérer son déguisement. C'est exactement la même chose dans cet épisode-ci. Cela explique de ce fait pourquoi, maintenant que la supercherie a été découverte à l'épisode précédent, Kazuki veut se saisir de cette nouvelle chance, de cette occasion répétée, pour réparer ses erreurs.

Une petite remarque un peu random sur Sara :

Cliquez pour afficher/cacher

Sur Reo et Mabu :

Cliquez pour afficher/cacher

Petite déception sinon. On a eu l’ascenseur, mais pas le plan légendaire qui va avec. Ikuhara va-t-il nous faire languir encore longtemps ? Je veux mon plan avec les ombres et tout. >-<

Mais nous avons cependant été servis avec un passage qui fait furieusement référence à Mawaru dans cet épisode :

Cliquez pour afficher/cacher

On remarque par ailleurs que :

Cliquez pour afficher/cacher

Et enfin, nous avons eu une petite interview d'Ikuhara qui possède un passage important, que je traduis ici :

Citation de: Ikuhara
Les gens ont souvent l'habitude d'utiliser le mot "désir" de manière négative, mais il est facile d'utiliser "amour" de manière positive. Mais on pourrait aussi comprendre l'amour comme le désir de contrôler quelqu'un. Les deux termes ne sont pas opposés, je pense qu'ils sont de même nature. J'espère que vous prêterez attention à ce à quoi les désirs et les "connexions" des personnages vont mener et à quel mot est le plus approprié pour les décrire dans la deuxième moitié de l'anime.

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Sarazanmai
« Réponse #43 le: 24 mai 2019, 01:16:17 »
Episode 7 :

Et une nouvelle élève est en cours de formation à l'école Ikuhara. Hashimoto Noriko, qui a fait ses armes sur Aikatsu en faisant un petit passage chez Shinbo & co, était déjà co-réalisatrice de l'épisode de la semaine passée. Cette fois-ci, elle officie seule. Bref, nous sommes totalement dans les habituels passages de bâton que privilégie Ikuhara dans la production de ses animes.

On retient un style de comédie assez proche de celui de Shibata Katsunori, avec quelques influences shaftiennes (une petite ombre monstrueuse qui traîne par là), ainsi qu'un goût assez prononcé pour le hors-champ et les sous-entendus érotiques un peu beaucoup rigolos. On note aussi le nom d'emprunt de l'auteur du storyboard de cette semaine : Ryuunosuke Yoshiyuki, qui semble être un mélange entre le nom de deux auteurs japonais, Junnosuke Yoshiyuki et Ryuunosuke Akutagawa (dont l'oeuvre la plus célèbre est un roman satyrique et symbolique nommé... Kappa). J'essaie depuis plusieurs semaines maintenant de mettre la main sur cette oeuvre. Je ne désespère pas ; et je ne manquerai pas d'en faire un petit commentaire ici si j'arrive enfin à la lire.

Mais si cet épisode est absolument marquant, c'est parce qu'il constitue un tournant fondamental dans la série.

D'abord, le premier changement s'articule autour de Mabu et Reo. Nos soupçons sont donc totalement confirmés et on en profite pour voir resurgir, de manière quasiment identique, la forme de malédiction de demi-vie qui faisait le fil rouge de Mawaru. Décidément, Ikuhara signe et re-signe : il a une dent sérieuse contre la maladie et les hôpitaux, en dehors de toute "stratégie de survie".

Le spectateur ne comprend pas encore tout à fait qui sont véritablement Mabu et Reo, mais on a la confirmation définitive de la dissymétrie de leur relation. Ce que disait Ikuhara à propos de la limite ténue entre amour et désir s'illustre d'ailleurs très bien dans ce que l'on apprend. On note qu'il en profite pour ajouter à l'équation un peu de science-fiction très actuelle sur le transhumanisme et ses enjeux éthiques. Comme si ce dont traitait Sarazanmai n'était pas suffisamment complexe comme cela. Surtout, cet enjeu nouveau entre bien en résonance avec le vocabulaire usuel d'Ikuhara, sur les différences entre le corps et la conscience, etc. ; et la méfiance générale à l'égard du corps, de ses faiblesses et de ses penchants.

Cliquez pour afficher/cacher

Pour la première fois, on voit apparaître les loutres, et je dois avouer que j'adore leur design. Ces plans avec zoom progressif étaient absolument géniaux. Mais la scène finale, qui met en avant la présence de "l'Obscurité", est assez problématique.

Cliquez pour afficher/cacher

Par ailleurs, le nombre de jeux de mots plus ou moins subtils est faramineux dans l'anime depuis le début. Mais l'un d'eux a retenu très largement mon attention, d'autant plus dans cet épisode où il est sans cesse mis en valeur :

Cliquez pour afficher/cacher

Par ailleurs, concernant Mabu :

Cliquez pour afficher/cacher

Cependant, même si les policiers ont un rôle central dans l'épisode (ils en font l'ouverture et la clôture), il y a selon moi des éléments encore plus importants pour l'intrigue et la compréhension générale de la série. Et notamment parce que les relations respectives des personnages changent du tout au tout. En effet, l'épisode précédent laissait prévoir un certain statut-quo, en tout cas un retour au calme et à la normale ; et ce retour a effectivement lieu. C'était presque étonnant, d'ailleurs. On sait par expérience que chez Ikuhara, l'expression "le calme avant la tempête" prend tout son sens. Et ça n'a pas manqué.

L'attitude de Kazuki est assez étrange depuis plusieurs épisodes. Plus j'y pense, plus je suis absolument convaincu qu'il essaie de séduire Toi. Ce n'est pas simplement une bonne âme qui veut "sauver" Toi, ou qui en a "besoin" pour obtenir des dishes de l'espoir. Aussi, lorsque Kazuki dit dans l'épisode deux qu'il a "besoin de Toi", on comprend maintenant qu'il attend de Toi quelque chose de plus que sa collaboration servile dans ses entreprises. Certes, Kazuki a eu l'habitude d'utiliser Toi, mais Toi a chaque fois daigné se prêter au jeu, quand bien même il n'en tirait aucun bénéfice.

Dans l'épisode, cette attention particulière portée à Toi est sans cesse signalée par de petits détails de mise en scène :

Cliquez pour afficher/cacher

Et inversement, Enta montre sans cesse des signes de réticence, dont le plus évident est sans doute ce jeu de scène avec la croquette. Il chiffonne un premier papier avec violence alors qu'il discute "amicalement" avec Toi de Kazuki, puis Toi est obligé de lui arracher de force la croquette qu'Enta fait pourtant mine de lui offrir. Il était difficile d'être plus explicite sur l'état actuel des relations entre les deux garçons à propos de Kazuki : c'est une véritable course à la conquête amoureuse qui s'orchestre entre les deux garçons pour les beaux yeux de Kazuki.

Enta qui continue de son côté à cultiver cet amour à sens unique, et terriblement malsain. J'ai mal à mon Enta. Ikuhara, pourquoi déchires-tu mon petit cœur sensible ?

Cliquez pour afficher/cacher

Autre détail très, très étonnant : le changement soudain dans la personnalité de Keppi. Celle-là, je ne l'avais pas du tout vue venir. Et ce n'est pas comme si l'épisode expliquait grand-chose. Il est juste souligné à plusieurs reprises la négligence dont fait maintenant preuve Keppi, qui laisse sans surveillance son quartier général et (pire encore !) ses concombres.

Et donc, à propos de ça, quelques théories et idées (pas si) farfelues :

Cliquez pour afficher/cacher

Je poursuis dans ma lancée avec, une fois n'est pas coutume, un petit focus mode. C'est de l'ordre du détail, mais ça montre surtout à quel point la série est incroyablement bien pensée : Kazuki, pour la première fois depuis le début de la série, porte des rayures... sachant que tous les membres de sa famille en portent.

Pour finir, quelques remarques en vrac :

Cliquez pour afficher/cacher

Enfin, la nature du zombie de la semaine m'a particulièrement interpellé cette fois-ci. Je veux dire, plus encore que les fois précédentes. Le choix de l'objet est extrêmement révélateur, vu tout ce qu'il représente au sein de la série. Mais surtout, l'apparition de ce zombie ajoute une polysémie pour le moins malsaine à l'objet, et donc au symbole.

Cliquez pour afficher/cacher

C'est tout pour cette fois-ci. Je vous laisse avec cette image de Toi. Parce que waw this is SwEeT !

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau