Auteur Sujet: Sarazanmai  (Lu 3879 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Sarazanmai
« Réponse #45 le: 31 mai 2019, 21:33:39 »
Episode 8 :

Bon. Je pleure. Ikuhara. Pourquoi ? Pourquoi fais-tu ça ? Pourquoi est-ce que je le savais, aussi ?

Bref, résumé de l'épisode : suddently it gets really dark.

Un épisode essentiel pour l'intrigue, absolument suffocant sur la fin, mais qui n'est pas, et c'est normal, l'un des plus subtils ou intéressants depuis le début de la série. C'est impeccablement mis en scène, mais il y avait une volonté d'efficacité dans l'épisode qui s'explique par son attache particulière au sein du mouvement général du scénario.

Je suis presque tenté de ne rien dire cette semaine.

Quelques détails cependant sur Enta :

Cliquez pour afficher/cacher

Ironie tragique :

Cliquez pour afficher/cacher

Quelques notes stylistiques sur cet épisode et ce qu'il met en avant dans la logique d'Ikuhara :

D'abord, c'est le grand retour du "Suddently it gets really dark". Moment très connu, sinon emblématique de toutes les séries d'Ikuhara, c'est le moment où les plans sont plongées dans des tons noirs et rouges, où l'on ne distingue parfois plus qu'à peine les visages... et où les choses commencent vraiment à devenir sérieuses.

Ce moment signifie donc que nous passons vraiment dans la seconde partie de la série à partir de cet épisode, et que les cartes vont être rebattues. En somme, ceux que nous considérions comme les méchants ne vont peut-être pas le rester, ou du moins pas de la même manière.

Mais c'est aussi l'épisode où l'on voit apparaître un autre schéma que je désespérais totalement de voir dans la série :

Cliquez pour afficher/cacher

Beaucoup de détails dans la mise en scène, mais je ne vais pas m'étendre là-dessus (sauf requête) : dans la plupart des cas, c'est assez explicite.
Je vais simplement mettre en lumière un détail que j'ai beaucoup, beaucoup apprécié :

Cliquez pour afficher/cacher

Bref. Très hâte d'être à la semaine prochaine. Il reste encore trois épisodes. Ou il ne reste plus que trois épisodes, je ne sais pas trop. J'hésite entre regretter qu'il n'y en ait pas davantage et avoir envie de cesser très vite de souffrir.

Gally@

Re : Sarazanmai
« Réponse #46 le: 27 juin 2019, 15:20:56 »
Bon volà c'est fini depuis une semaine. Minuit? Un mot de conclusion? :D

Minuit

  • Staff AK 3
  • Hero Member
  • ********
  • Messages: 1407
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Voir le profil AK
  • A-theque M-theque
  • Phallique, au calme clair de lune triste et beau
Re : Sarazanmai
« Réponse #47 le: 27 juin 2019, 17:39:27 »
J'ai cessé de commenter la série pour trois raisons.

La première, c'est que le spoil devenait infernal à contourner. Déjà, sur les derniers épisodes, il m'était très difficile de développer mes idées sans dévoiler une bien trop grande part de l'intrigue.

Ensuite, je n'étais pas dans des circonstances personnelles qui me permettaient de passer du temps à rédiger ce genre de choses.

Enfin, j'ai été mine de rien très déçu et très démobilisé sur la fin de la série, et ce pour plusieurs raisons. La principale raison est la mise en scène, trop fade à mon goût, surtout par rapport à ce que j'attendais d'Ikuhara. Plus généralement, c'est assez ironique, mais ce dont la série a le plus souffert, c'est de la qualité de son animation et de l'attention apportée à cette part. Sarazanmai aurait beaucoup gagné à avoir beaucoup moins de budget pour retrouver une animation limitée dont Ikuhara et ses sbires maîtrisent mieux les codes.

Pour le reste des détails, ce sera dans ma critique à venir. Bientôt. Un jour. Hahaha. Ha.

(Ceci dit, je râle, mais la série reste supérieure à tout ce qui s'est fait depuis au moins un an et le Devilman de Yuasa.)