Auteur Sujet: The Breaker: New waves  (Lu 10218 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hei

Re : The Breaker: New waves
« Réponse #45 le: 28 mai 2015, 19:10:05 »
Gomen, j'attendais d'avoir assez avancé avant de répondre, pis je me suis pris dans l'élan... Et même si j'ai encore du mal à percevoir l'utilité du style de dessin pour la fluidité des combats, avec les techniques de déplacements ça me permet de le comprendre ne serait-ce qu'en partie !

Là où j'étais sûr que j'allais me faire autant plaisir que dans Sun Ken : La fin de The Breaker. Ni plus, ni moins. Mieux encore, le début tonitruant de New Waves qui m'a complètement bluffé... Le pire, c'est la simplicité avec laquelle on nous mène d'un clan à l'autre, en introduisant au fils de l'histoire de plus en plus de monde, de plus en plus de personnages dont la force semble démesurée sans qu'un point de comparaison ne manque pour en comprendre l'étendue : Primordial pour pouvoir frissonner au cours du récit et des différents affrontements. o/

J'en suis actuellement au chapitre 110 et disons que l'on vient de passer un passage monstrueusement pesant dans les événements qui viennent de prendre fin... Le dernier gros ennemi étant badass au possible, par son rôle au sein du Murim et son style à la Ryu de Street Fighter, sans parler du crâne rasé et de la petite barbe du vétéran descendu des montagnes après un entraînement démoniaque. Le Top.

Une réserve principale avec toujours une comparaison : The Breaker a fait un truc que j'aime tout particulièrement en termes de scénario, prendre un personnage à l'apogée de sa puissance et de surcroît au sommet de l'échelle de puissance dans l'Univers décrit. Du coup, toute la première partie nous étonne tout en restant cohérente dans ces différents retournements, jusque dans la toute fin de The Breaker qui part pourtant bien loin.
Le soucis, c'est la seconde partie avec passation de rôle principal. A partir de là, on se retrouve dans le même cas de figure (scénaristique) que Sun Ken où le héros va surprendre... Sauf que dans Sun Ken ça me paraissait être posé dès le départ sans qu'on puisse trouver quoi que ce soit à y redire et que l'on apprécie tout simplement le twist que constitue à lui seul KEN. On passe en spoil pour être un peu libre :
Cliquez pour afficher/cacher

Par contre, l'échange au début du chapitre 10 *.*
C'est vraiment tout ce que j'aime dans les univers mafieux où les valeurs et le charisme débordent comme pas permis...  :ph34r:


Merci pour ton avis que j'avais pris le temps de lire Doraemon, juste avant de m'enfiler une petite cinquantaine de chapitre. J'attends d'ailleurs plus que ça :
les proportions que prennent l'histoire sont juste énorme sans pour autant que ça en devienne incohérent et ça c'est du bon travail !!!
Je pense qu'en partant de là où je suis actuellement (chapitre 110) et vu la conviction du héros, ça peut s'envoler encore quelques milliers de kilomètres plus haut! Et comme tu dis, si je ne peux décidément pas me résoudre à vouloir que Sun Ken soit adapté tant le dessin me plaît, The Breaker serait une pure tuerie en anime...