Critique de l'anime Baki the Grappler (TV 1)

» par Masaku le
20 Novembre 2018
| Voir la fiche de l'anime

Même si Baki est hyper connu au Japon je dois avouer que si Netflix n'avait pas produit ce dernier acte 3 je n'aurais pas eu l'idée de m'intéresser à cet animé... il faut reconnaitre que la qualité graphique commence vraiment à dater, mais le plus ennuyeux est le manque de régularité entre les épisodes. Ca va de "très bon" à "tout juste passable".
Pour autant est ce que Baki est un incontournable de l'animation nippone?
Et bien si vous êtes un fan de combats, d'art martiaux, de violence (même gratos), d'exubérance et de situations "whatthefuck" alors indiscutablement OUI !!

Avant de détailler un peu, en préambule je conseille fortement à tous ceux qui n'auraient pas le courage de regarder la première saison de le faire quand même. Commencer Baki par la S3 de netflix en plus de ne rien piger à l'histoire ne ferait que vous gâcher l'intervention des divers personnages.

Ce n'est pas très habituel mais je vais tout d'abord vous parler des ses défauts.
Comme je disais, le manque de régularité dans la qualité de l'animation et du dessin. Le poids des années se ressent et certains risquent de décrocher bien trop vite de l'animé.
Ce qui est fort dommage parce que au dela de Baki qui est assez intéressant, les personnages secondaires le sont tout autant voir même plus.
A noter que l'arc 2 est bien mieux réalisé (et la 3D pourri de l'intro se limite à l'intro, ouff) mais quelque peu inégal sur certains épisodes...

Pour le reste et comme tout bon shonen ont suit l'évolution de Baki, un collégien qui adore se castagner avec toutes les bandes de Yankee et de bosozoku de la ville. Parce que Baki ne recherche qu'une chose dans la vie. Devenir le plus fort au monde pour pouvoir battre son père Yujiro Hanma qui n'est autre que LE badass le plus balèze de la terre, et ce n'est pas un mot en l'air, ce père de famille c'est un genre de Saitama (OPM) mais avec en plus les traits d'un sociopathe puisqu'ils n'a aucune empathie même pas pour ses proches... Mais bon inutile d'en dire plus vous le verrez bien assez tôt.

Alors OK je vois déjà certains dire que le pitch tient sur une feuille de papier à cigarette, est c'est pas totalement faux... Mais tout n'est pas si manichéen car certains personnages sont plus complexes qu'on pourrait le croire ce qui à défaut d'excuser leurs comportement à au moins le mérite d'expliquer les raisons de leur mauvaises actions. Parce que oui dans Baki il y'a une vrai histoire avec des tensions et des drames et certains climax bien senti. Mais qu'on soit d'accord ici point de comédie ou de docu sur les arts martiaux, on serait plus dans le délire à la Hokuto no ken. Parce qu'il y a vraiment pas mal de scènes totalement WTF qui sont clairement irréelles.
Une fois que l'on sait dans quoi on met les pieds et dans le contexte de l'univers de Baki le fil conducteur de l'histoire est donc assez cohérent et permet aux spectateurs de s'attacher aux personnages

Le début est assez classique, entre baston, entrainements dans l'institut high-tech de sa mère ou bien en montagne auprès du pote à Yujiro, on va dire que l'ont est clairement dans un shonen classique avec un jeune ado Baki qui est pourtant malgré son âge déjà un maître de la Tatane!

Mais la grande force de "Baki" c'est pour moi tous les personnages secondaires qui viennent croiser sa route lors de son périple dans l'univers des arts martiaux. La plupart des combattants ont un lore très riche souvent assez dark et dramatique.
Hanayama, Yuri ou bien Doppo, Goki, Kaio, Jack Hammer, ou même la mère de Baki, tous apportent énormément à l'univers de Baki. Leurs motivations personnelles sont assez développées pour créer du lien et de la cohérence à l'histoire. Et tout cela est bien sur prétexte à nous balancer des scènes de pur fight avec du sang et des larmes! ils se défoncent, se cassent en morceau, se pètent les os et les machoires avec une animation qui malgré les années est de belle facture. Parce c'est ça aussi Baki, une ville Tokyoitte qui semble banale mais avec un monde underground, un genre de "Fight club" réservé aux pires tarés et aux maitres d'art martiaux de la planète qui n'ont qu'un but dans la vie, devenir Le plus fort...

Et c'est vraiment ça aussi le deuxième point fort de Baki. Les combats d'art martiaux sont bien sur totalement exagérés, que ce soit le coup des endorphines de baki, de la quasi omniscience de Gaia, du pouvoir démoniaque de Yujiro ou de la poigne explosive de Hanayama on penche plus vers Kenshiro que l'art martial traditionnel...
Mais parallèlement à ça on y voit des références du genre, au Karaté avec Doppo, a l'Aikido avec Goki au Kun fu avec le Kaio et même au Catch. Tout ce petit monde se provoque dans l'arène ou en dehors pour le meilleur et surtout pour le pire.
(Sans être mon préféré je dois dire que la démesure du personnage de Chiharu Shiba le chef de gang ma touché, ce type est un pur taré Oo même GTO est un enfant de coeur à coté!)

En résumé. Baki est un peu poussif au début, un peu inégal dans la réalisation. Mais la richesse de son univers, les combats et les personnages hyper charismatiques et attachants font de cet animé un incontournable pour tous les fan d'animé de baston débridés, violents et bien wtf!

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (6)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Masaku, inscrit depuis le 18/04/2015.
AK8.1.13 - Page générée en 0.051 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.148234 ★