Grow Stronger, Day by Day

» Critique de l'anime Ace of Diamond (TV 3) par Afloplouf le
04 Avril 2020

Les séries sportives répondent à un schéma habituel : un protagoniste (et certains personnages secondaires majeurs) commence avec des rêves plein la tête, affrontent l'adversité et dans la difficulté voire l'échec progressent grâce à un entrainement acharné. Les sports collectifs apportent l'émulsion des amis et en même temps celle de la rivalité pour les places de titulaire.

Ace of Diamond a toujours poussé ces potards là à fond. Sawamura veut devenir l'Ace de son équipe (d'où le titre, le champ intérieur du stade adoptant une forme de diamant) mais il doit faire face à une grande inexpérience et surtout la présence dans sa promotion d'un autre joueur de talent, Furuya, qui colle plus à l'image d’Épinal du lanceur avec ses balles très rapides. Si leur rivalité/émulsion était un moteur des deux premières saisons, c'est ici véritablement l'élément central.

Désormais ils ne peuvent moins se reposer sur leurs ainés pour rattraper leurs bourdes, ils doivent porter l'équipe. Pire, les voilà maintenant dans la position de ceux qui doivent désormais entrainer les nouvelles recrues qui sont le miroir vivifiant de ceux qu'ils étaient il y a moins d'un an. Et si l'acte I était celui des lanceurs, les recrues de l'acte II sont centrées autour de deux receveurs. Celui au passé prestigieux qui doit faire avec une croissance arrêtée trop tôt. Celui qui débarque un peu de nulle part et qui fait violemment faire ses preuves pour s'échapper d'un passé en partie ombragé. La dynamique fonctionne à plein dans ce face à face des batteries, notamment lorsque le capitaine de l'équipe est désormais le receveur vedette sur le départ : Miyuki.

Cette saison souffre parfois de sa position intermédiaire (on doit redémarrer un nouvel élan, on est pas encore dans le final) mais quand on voit les difficultés à recommencer une nouvelle année (coucou YowaPeda) on ne peut qu'applaudir. Mon seul regret - outre qu'une éventuelle saison 4 mettra un moment avant de sortir, faute de matériel original - est qu'elle se soit arrêtée un peu bizarrement, comme au milieu d'une phrase. Et en même temps, c'est un rappel plus que pertinent que sur le chemin du progrès, on n'atteint jamais la ligne d'arrivée ; on gagne juste des challenges encore plus grands. Et quel plus bel enseignement, particulièrement dans ces périodes difficiles.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (3)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Afloplouf, inscrit depuis le 14/05/2008.
AK8.1.13 - Page générée en 0.036 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.196545 ★