KEKKO KAMEN — Ministère de l’Exhibition Nationale

» Critique de l'anime Kekko Kamen par Deluxe Fan le
24 Juillet 2018
Kekko Kamen - Screenshot #1

Salut, ça va ?

Tu aimes les œuvres pleines de beauté et d’élégance, d’émotion et de raffinement, d’intelligence et de sensibilité ? Ton animethèque ne comporte que des titres reconnus pour leur haute valeur culturelle et leur indéniable poésie mélancolique ? Ton loisir favori consiste à partager sur Tumblr tes états d’âmes liés aux superbes images véhiculées par ces animes romantiques si forts dans leur sentimentalisme ? Bon bah alors CASSE-TOI parce que ce soir on va parler de Gô Nagai ; et chercher de la poésie chez Gô Nagai c’est comme chercher du football chez Neymar, il en fait de temps en temps mais c’est pas son travail, lui il est là pour ramper dans la pelouse en criant et faire croire qu’il a mal au jury du Cours Simon qui surveille dans les gradins.

Ça se voit sur ta gueule que tu connais pas Gô Nagai, et c’est dommage parce que c’est un des mangakas les plus célèbres au monde, une légende vivante de la bande-dessinée. Mais toi t’es un illettré de province, tu fréquentes des sites sur l’animation japonaise pour faire genre mais en fait tu connais rien. Gô Nagai il a écrit plus de trois cent cinquante mangas, parmi lesquels Mazinger Z, Goldorak, Devilman et Cutie Honey. Il a influencé pratiquement tous les genres du manga et de l’animation japonaise. Au bout d’un moment il lui suffisait de baisser son froc et de chier sur sa feuille et ça donnait une série culte. C’est d’ailleurs ce qu’il a fait avec Kekko Kamen, l’anime qui nous intéresse aujourd’hui.

Kekko Kamen - Screenshot #2Nan parce que en fait Kekko Kamen c’est une parodie de Gekko Kamen, une vieille série japonaise en noir et blanc des années 50 qui est considérée comme l’ancêtre des séries de tokusatsu modernes. Gô Nagai il regardait ça et en 1974, pour se foutre de la gueule de son éditeur, il lui a envoyé une parodie de ce truc avec comme protagoniste une meuf à poil qui se bat au nunchaku. C’était juste pour se marrer mais ce machin de merde, qu’il a griffonné sur un coin de feuille à moitié bourré, s’est retrouvé publié dans le Shônen Jump et c’est devenu une énième série culte. Gô Nagai il en a fait quatre tomes et après la série a continué avec des mangas spin-offs, des romans, et plus d’une dizaine de films live-action (!!!). J’en ai regardé un pour la culture franchement c’est génial, à mi-chemin entre une JAV et un court-métrage de cosplay amateur posté par des lycéens sur Dailymotion en private pour pas que les parents ils le voient. Et puis il y a eu un OAV en 1991, et évidemment c’est de ça dont on va parler.

L’Institut Sparte est une école spéciale dans laquelle les étudiants ont tous des résultats scolaires parfaits. Pour atteindre ce niveau de réussite, le maléfique directeur a développé une méthode pédagogique très particulière ; les élèves qui ont moins de 20/20 aux contrôles subissent des châtiments corporels et des outrages divers et variés, généralement en public. Bien que l’école soit mixte, ces punitions ne concernent que les filles parce qu’on est tous d’accord que c’est les filles qui doivent être frappées, abusées et humiliées, c’est ce qu’elles méritent. C’est pas pour rien que Gô Nagai est une légende du manga, sa vision de la société et notamment du rôle de la femme a toujours été pertinente et le demeure aujourd’hui.

Kekko Kamen - Screenshot #3Une de ces étudiantes, Mayumi Takahashi, ne parvient pas à atteindre les standards d’excellence de l’école et fait donc l’objet des mesures de sanctions appropriées. C’est alors qu’apparaît Kekko Kamen pour la sauver des griffes du personnel enseignant. Cette justicière scolaire, qui cache son visage et montre tout le reste, entend bien protéger l’innocence des jeunes filles contre la concupiscence des hommes…

Ce qui est intéressant avec cet anime, c’est qu’il est vraiment très, très, très, très très très très con. On peut pas arriver à un tel niveau de connerie sans avoir un minimum de génie, et c’est ça qui fait de Kekko Kamen une licence culte, c’est tellement abusivement stupide que ça en devient remarquable. Par exemple la première surveillante de l’école qu’affronte Kekko Kamen est une dominatrice SM lanceuse de couteaux habillée en Shutzstaffel et nommée Madame Gestapo, même en essayant de toutes tes forces tu pourrais pas inventer un truc pareil, ça dépasse le niveau habituel de connerie de l’être humain. C’est tellement débile que tu te demandes s’il y aurait pas un propos caché dans tout ça, genre une idéologie féministe comme dans Kill la Kill (qui a tout pompé sur cette série et Gô Nagai en général, au passage), mais après tu vois les combats et notamment la super-technique de la Foufoune Magique éclatante, et tu te demandes plutôt qu’est-ce qu’elle a bien pu se mettre là-dedans pour que ça brille comme ça, y’en a ils ont vu la Lumière de Dieu et se sont convertis à la religion, moi j’ai vu cette Lumière là je me suis converti à la chatte, je me sens tellement accompli spirituellement putain.

L’anime ne fait que quatre épisodes, normalement pour une blague pareille c’est suffisant mais là je trouve que c’est pas assez. Ils auraient pu adapter complètement le manga de Gô Nagai, qui était terminé au moment où l’OAV a été produit, mais ils se sont contentés du minimum et les rares points d’intrigue de la série (parce que oui, il y en a) restent sans résolution. Faut dire que vendre une série avec des nibards partout sans que ce soit du porno, sur un manga vite fait qui date d’il y a plus de dix ans, c’était probablement compliqué. Du coup malgré le statut culte de la licence Kekko Kamen et l’aura légendaire de Gô Nagai, cet anime laisse sur une frustration ; comme si le vrai désir ne venait pas de ce qui est montré mais de ce qui demeure caché. 5,5/10

Verdict :6/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (10)
Amusante (12)
Originale (2)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.053 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.147031 ★