Le camping à la sauce nippon ? Ça a l'air sympatoche.

» Critique de l'anime Yuru Camp – Au Grand Air par Zalitz le
25 Février 2019

A sa sortie, peu de gens avaient parlé de cet anime. Des tas d'animes vampirisaient une attention que lui méritait amplement. Pour faire simple, il paraissait très évident que les personnes ayant misé un kopeck sur cet anime n'étaient pas légion. Pourtant, s'il y a eu bien un anime de 2018 qui a pu jouir d'une étonnante popularité après sa diffusion, c'est bien Yuru Camp. Mais avant d'étudier les qualités et défauts de l'œuvre en profondeur, posons-nous les bonnes questions. Qu'est-ce que Yuru Camp ? Yuru Camp, c'est l'histoire d'un groupe de lycéennes passionnées par le camping et s'adonnant à cette activité dans les nombreux campings dispatchés autour du célèbre Mont Fuji. Adapté du manga d'Afro sorti en 2015, l'œuvre compte à l'heure où je vous écris, 6 tomes au Japon. Une petite œuvre pleine de promesse donc, et qui aborde un sujet ma foi très original : le camping.

Le camping est d'ailleurs placé en tant que pierre angulaire de l'anime. Le camping à la japonaise dis-je bien. Pour les plus néophytes de l'activité en question, oubliez donc tout ce que vos soirées devant "Camping Paradis" ont pu vous inculquer ! Yuru Camp se veut instructif et cherche à vous montrer que camper au pays du Soleil Levant peut être une activité exaltante. C'est d'ailleurs là son premier tour de force. L'anime a une approche pédagogique du camping. Des mise en gardes et des conseils parlants, mignons et imagés comme dans un conte pour enfants. Des interventions du narrateur percutantes d'utilités, voire même professorales. La réalisation générale de cet anime est maline et permet à quiconque d'apprendre un petit quelque chose sur le camping sauce nippon. D'ailleurs, vous ne verrez pas beaucoup d'animes se servant aussi judicieusement d'une voix off.

Yuru Camp est un album photo dans lequel se dissimule des panoramas champêtres prenants. Ces diverses vues nous transmettent cette fameuse sensation que procure un paysage unique, entrevu par une poignée d'hommes seulement. Comme si nous étions au sommet du Mont Everest ou du Kilimandjaro. Choisir le Mont Fuji comme plaque tournante de l'histoire est ingénieux de la part de l'auteur et renforce justement cette addictive sensation. En soi, la qualité visuelle de l'anime est bonne, mais il est clair qu'en 2018, trouver de meilleurs visuels ailleurs n'est pas chose dure. Il est également facile d'affirmer qu'un studio plus huppé aurait pu mieux faire graphiquement. Néanmoins, l'animation en elle-même peut se vanter d'avoir un petit quelque chose d'indescriptible qui l'embellit. Quelque chose à la fois enfantin, nostalgique et qui finalement, est plutôt beau à regarder.

L'opening et l'ending sont d'excellentes qualités et se renvoient bien la balle. Rythmé en ouverture et paisible en fermeture. La bande-son est quant à elle un véritable chef d'œuvre et je pèse mes mots. Les musiques comme leur utilisation sont sans cesse tranchantes d'efficacité. Par exemple, si les multiples panoramas de l'anime réussissent constamment à être grandioses, c'est notamment parce qu'une bonne mélodie est toujours là pour les accompagner. La plupart de ces musiques ont d'ailleurs une identité forte. Elles ont une empreinte musicale propre les rendant ainsi indissociable de cet anime. L'anime étant une sympathique tranche de vie, le registre global est doux, joyeux, idéal pour les personnes agrippées par le blues. Et j'avoue être particulièrement friand de ce style musical rempli de gaieté. Écouter ces musiques en fermant les yeux, c'est s'imaginer autour d'un feu de camp entouré d'amis, le tout nimbé d'une ambiance joviale. Les bases d'un bon camping quoi !

L'anime n'est en revanche pas exempt de tout reproche. Les héroïnes en sont notamment un. Du côté du chara-design, il est plutôt réussi. La patte de l'auteur est visible, même transcendée. Le problème des personnages est ailleurs. Pour commencer, leur morphologie peut faire débat. Yuru Camp est typiquement un anime se basant sur du cute girl doing cute things. Et si voir des filles faire du camping n'est selon moi pas choquant, l'aspect plutôt juvénile de ces supposées lycéennes peut l'être. L'autre point dérangeant est la psychologie des personnages principaux. Entre la neuneu énergique, la solitaire, l'excentrique à lunettes, la gentillette et la flemmarde, la complexité et l'originalité des protagonistes ne vole pas haut. L'interaction de ces caractères reste tout de même correcte et mignonne à regarder. Toutefois, il est facile de comprendre que la construction des personnages se veut sacrifiée au détriment du camping. Un choix discutable pour ma part !

Hormis le fait que ces filles soient des adeptes du camping, l'absence d'informations sur le passé de chacune peut être frustrante et fait de ces personnages de véritables coquilles vides. Le scénario est monotone et se contente simplement de mettre en valeur le camping nippon autour du Mont Fuji. A l'exception de Shima Rin occupant une place importante dans l'histoire, l'évolution des protagonistes et de leur amitié est faible, si ce n'est existante. Elles ne sont nullement bousculées par un petit quelque chose. En fait, quand on omet les petits conseils instructifs sur le camping, Yuru Camp n'affiche rien d'excitant au niveau du scénario. Les péripéties se suivent mais se ressemblent. A mesure que les épisodes passent, les campings s'enchainent seul ou en groupe et la morale reste toujours la même : camper c'est bien. Je ne suis pas là pour dire le contraire, néanmoins cette conclusion est un peu trop utopique à mon goût. Une attention plus poussée sur certains aspects négatifs du camping japonais aurait été souhaitable.

Mon ressenti sur Yuru Camp est franchement bon. Le méconnu studio C-Station peut se féliciter de cette première grande réussite et oublier les échecs cuisants qu'ont pu être Houshin Engi ou Dragonar Academy. Malgré tout, je ne suis pas dupe. Yuru Camp possède son petit lot de défauts et l'estimer comme une œuvre incontournable me parait dure. Je me suis alors une simple question : lorsque j'ai terminé cet anime, ai-je eu envie de camper autour du Mont Fuji (en sachant qu'il s'agit d'une fiction mettant peut-être trop en valeur le camping sauce nippon) ? La réponse fut oui et cette satisfaction me suffit amplement : un 8/10 pour ma part. Cordialement.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (5)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Zalitz, inscrit depuis le 05/09/2014.
AK8.1.13 - Page générée en 0.046 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.154476 ★