LES DIAMANTS SONT ÉTERNELS

» Critique de l'anime Lupin III - Part V par jinrho78 le
21 Août 2019
Lupin III - Part V - Screenshot #1

À l'ère complexe dans laquelle nous vivons. dans laquelle vit la Japanime notamment. il est bon de pouvoir tenir certaines choses pour acquises.
De pouvoir compter sur ces repères immuables, souvent simples en apparence mais dont le rituel familier nous permet d'essuyer la tempête .
un bon livre pour certains, un bon verre de vin pour d'autres, dans certains cas ça peut même être un bon bain voire une bonne partie de jambe en l'air, parfois c'est simplement un bon anime.
Et mieux encore, un anime que l'on a plaisir à retrouver au rythme des saisons comme un rendez-vous privilégié: une bonne licence.
On dit des bonnes licences qu'elles sont éternelles car il y aura toujours quelqu'un pour les pérenniser.
On connaît bien l'héritage d'Ashita no Joe, le succès de Jojo's Bizar Adventures et bien sûr l'intéressé, Lupin The Third revenu sur le devant de la scène.

Le spitch de Lupin III du nom éponyme de son héros, n'est plus un secret pour personne:
Lupin célèbre voleur que l'on dit petit fils d'Arsène Lupin lui-même, accompagné de sa non moins célèbre bande, se risque dans des projets de haute voltige toujours plus insensés, toujours au gré de ses envies.

Lupin III - Part V - Screenshot #2Le point d'ancrage de Lupin III est donc plutôt clair, le défi étant d'arriver à se renouveler tout en préservant ce qui fait le sel de sa légende.
un défi que la nouvelle monture a initié avec succès - grâce à Une femme nommée Fujiko Mine suivi de L'Aventure Italienne - et auquel Lupin The Third Part V devra souscrire s'il ne veut pas déshonorer ses ancêtres.

Quel choix plus logique en conséquence, que de faire évoluer l'intrigue de ce dernier opus dans un cyber climat cristallisant les rêves d'hier, les peurs de demain et le futur d'aujourd'hui.
Lupin troquera ainsi ses vieux gadgets pour l'actualité brûlante des nouvelles technologies.
D'ailleurs à mieux regarder, il s'agirait plutôt d'y faire face, voilà pourquoi il aura besoin d'Amy, personnage inédit de jeune hackeuse de génie, qui l'aidera dans ses aventures.
Amy représente rien de moins que le point d'entrée d'une ère nouvelle tout comme elle est le symbole d'une génération connectée qui voit le monde de l'intérieur.
Certains diront que Part V a fait le choix de la survie pour intéresser un publique plus large, d'autres encore, qu'il est légitime de vouloir amener la licence à vivre avec son époque.
En tout cas il est intéressant de voir comme l'univers de Lupin parvient à s'emparer des codes du roman d'anticipation et de son appareillage technologique afin de mieux instaurer une mécanique qui lui soit propre.
Un cadre au service d'un divertissement déluré et non comme cour inquisitrice d'un Genocidal Organ ou d'un Black Mirror.

Lupin III - Part V - Screenshot #3Cela dit le clou du spectacle ne réside pas tant dans l'appréciation de l'opus en lui-même que dans la continuité dans laquelle il s'inscrit :

Lupin III Une femme nommée Fujiko Mine s'annonçait comme un pari délicat, celui de dépoussiérer le charme d'un mythe tombé en désuétude.
Il en résulte une amorce exquise dont le ton et l'esthétique unique au travers d'une approche résolument sombre et ambivalente n'ont d'égal que cette beauté fatale que l'anime consacrera comme héroïne: Fujiko Mine.
Puis vient L'Aventure Italienne chez qui l'on sent comme une envie de relâcher toute cette tension et de rire de lui-même ou plutôt de son inhérente nature. l'anime verse bien plus dans le loufoque que dans le scabreux.
Ce second opus rendant la figure de Lupin plus intemporelle que jamais, gravant comme autant de mises en abyme, sa légende dans des aventures tellement délirantes qu'elles ne pourraient appartenir qu'à la plus pure des fictions.

Et nous voilà donc au dernier Opus de Lupin The Third, Part V ou plutôt Skyfall car à ce stade après tout ce cheminement introspectif, il m'est difficile de ne pas penser à la plus récente des montures James Bond. (celle avec un James Bond qui ressemble pas à James Bond.)
Le besoin nécessaire et inévitable au regard d'un héritage vieux de plusieurs dizaines d'années d'existence, de tirer son épingle du jeu pour mieux se le réapproprier comme le montre le changement de contexte de Skyfall; où encore la nouvelle couleur de veste de couleur bleue du cambrioleur dans Part V.
Ce n'est en effet pas un secret, Lupin à l'instar de James Bond est, en tant que figure du héros de fiction figée dans le temps, comme prisonnier de sa légende, de son statut, tout comme ses rapports au monde.
Et comme James Bond encore, Lupin pris dans une conjoncture "technophile" semble comme rattrapé par son fardeau.
Part V semble jouer alors du paradoxe du héros intemporel qui réalise que l'eau a coulé sous les ponts jusqu'à faire participer les personnages secondaires qui se font nuances de gris au travers d'échanges plus sereins.
Même Fujiko tel une étoile de l'âge d'or Hollywoodien, semble éteinte.

Lupin III - Part V - Screenshot #4Quant à sa relation avec Lupin, elle se dessine indépendamment en arrière-plan à l'image de l'Ending mais seulement par bribes comme un mot doux presque effacé par la pluie, comme si elle se fichait du reste, maîtresse suffisante d'un destin qui n'appartient qu'à elle seule, elle est d'un romantisme rarement vu en animation à cet égard.
subtile, élégante, comme ses couples d'un certain âge qui bravent tendrement la piste le temps d'une danse.

D'ailleurs en parlant d'âge, le personnage d'Amy incarne très bien cette jeunesse qui au travers de Lupin et de sa bande, est comme témoin d'une époque vestige qui lui est inconnue et qui pourtant fascine au plus haut point.
Elle est un trou de serrure pour le spectateur.
Le personnage de Lupin semble en ce sens repoussé vers des bords toujours plus ambigus. Lupin doit-il évoluer? est-il un reléguât du passé comme l'agent double zéro? tout cela sonne comme un défi de faire avancer Lupin avec son époque tout autant que celui de conserver et transmettre son patrimoine, n'en dénote son grand ennemi technologique qui tend à rendre les ruses de Lupin ridiculement obsolètes.

Ce part V est rempli d'insouciance à laquelle il oppose une remise en question mais pas de but en blanc. il la distille de telle manière que la fin y fasse écho comme un long procédé arrivé à terme et qui fait sens dans la majesté de sa conclusion.
quand le glas sonna au dernier épisode, je me sentais mou, vidé de ma dopamine après une plongée aussi franche et intense. Sequelle post-visionnage s'il en est, des oeuvres d'envergure.
Voilà bien un ouvrage qui dans toutes ses formes s'est révélée être un putain de doigt honneur au fatras de l'industrie anime et qui à mon sens, conclut en beauté cette nouvelle monture.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (2)
Originale (0)

3 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

jinrho78, inscrit depuis le 13/04/2014.
AK8.1.13 - Page générée en 0.053 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.174853 ★