SPÉCIALE SAINT-VALENTIN : Netsuzou Trap — #BalanceTaCochonne

» Critique de l'anime Netsuzô Trap - NTR par Deluxe Fan le
12 Février 2018
Netsuzô Trap - NTR - Screenshot #1

On a tous une raison pour regarder des animes. Pour se divertir, s’amuser, s’émouvoir, pour tromper son ennui ou pour partager avec d’autres. On regarde des animes pour apprendre des choses et s’ouvrir à des idées et des cultures différentes. Certains abordent les animes avec passion, sérieux ou curiosité, mais dans tous les cas on regarde des animes parce qu’on aime ça et on passe un bon moment.

Et puis il y a ceux qui regardent des animes pour se faire chier, pour se mettre en colère et foutre en l’air sa journée. C’est pour ces gens-là qu’a été conçu Netsuzou Trap.

Netsuzou Trap est un manga en six volumes écrit par Naoko Kodama et publié dans le magazine japonais Comic Yuri Hime, un des plus gros et des plus célèbres magazines de prépublication entièrement consacré aux mangas lesbiens. C’est dans le même magazine qu’est publié Citrus dont l’anime est diffusé cette saison par exemple. Quoi qu’il en soit, ce genre de titre est rarement adapté en anime, parce que ça n’intéresse pas grand-monde et c’est souvent juste une excuse pour montrer de l’érotisme softcore. Cela dit il y a parfois quelques perles, et si Netsuzou Trap a réussi à se faire adapter c’est qu’il y avait sans doute quelque chose de bien non ? Non ? Et bah non.

Netsuzô Trap - NTR - Screenshot #2On suit l’histoire de Yuma, une lycéenne ordinaire qui sort avec Takeda, le beau gosse de l’équipe de basket de l’école. Bon ils sortent ensemble mais à part quelques bisous c’est pas encore allé super loin cette affaire. Du coup elle se confie à sa meilleure amie, Hotaru, qui est plus expérimentée dans les choses de la vie et qui est elle-même en couple avec Fujiwara, un autre beau gosse qui est justement un pote de Takeda. Et pour cela Hotaru ne trouve rien de mieux à faire que de passer directement de la théorie à la pratique.

Le coup de la fille hétéro en couple avec un mec qui se découvre un penchant homo avec une autre meuf c’est un grand classique des histoires de lesbiennes, il n’y a pas de raison que ça ne marche pas en anime. Le problème de Netsuzou Trap c’est que cela est fait avec de très mauvaises intentions. Il ne s’agit pas de raconter l’éveil d’une jeune fille à ses désirs et ses orientations sexuelles, mais juste de produire le truc le plus vulgaire possible pour attirer le chaland.

Commençons par le titre de la série : « Netsuzou » signifie « tromperie » et le sous-titre de la série est « NTR » ce qui est clairement une référence au netorare. Pour ceux qui ne fréquentent pas les sites de doujins pornos, le netorare (« cocu ») est un fétichisme un peu bizarre dans lequel le plaisir vient du sentiment d’être trompé, de voir sa meuf prendre son pied avec un autre type plus beau et plus performant. Personnellement je ne connaissais pas, c’est… un ami qui m’a expliqué. Le fait que Netsuzou Trap fasse ainsi explicitement référence à un sous-genre du hentai prouve que l’auteur connaît très bien ce milieu et cherche à se réapproprier ses codes. Sauf que les codes du hentai, à part pour ce-que-vous-savez, ils ne servent à rien, ils n’ont aucune signification en eux-mêmes. C’est juste une tactique commerciale, une manière d’attirer l’attention sur un truc qui ne vaut rien.

Netsuzô Trap - NTR - Screenshot #3Tout le récit va donc être centré autour des histoires de cul de Yuma, qui est tiraillée entre son couple avec Takeda et ses galipettes avec Hotaru. Sauf que dans un cas comme dans l’autre ça n’a aucun intérêt, il n’y a pas d’enjeu romantique car les personnages sont horribles. Yuma est une idiote qui ne comprend rien à rien, Hotaru est une pétasse qui ment et manipule ses proches pour assouvir ses besoins, quant à Fujiwara c'est juste un pur enfoiré. Il n'y a que Takeda qui est vraiment sincère et honnête, et comme par hasard il n'y a que lui qui ne baise pas et qui reste seul comme un con, c’est sympa comme morale. Je veux dire, la série ne comporte que quatre personnages et trois d’entre eux sont des salopes, ça rend le truc assez pénible à regarder.

La série dure douze épisodes de dix minutes chacun, tu te dis c’est juste un mauvais moment à passer mais non, c’est long et répétitif, le scénario n’a rien à dire et passe son temps à tourner en rond comme dans un mauvais soap-opera ou ces émissions de télé-réalité pour adolescents qui t’hypnotisent par leur médiocrité. Du coup tu t'imagines qu'au moins il y aura du cul pour relever l’ordinaire, je veux dire on est là pour ça aussi. Et bah figure-toi que non, on ne voit rien, et le peu qu’on voit c’est pas intéressant parce qu’il n’y a aucune démarche de mise en scène pour rendre le truc un peu stimulant. Dès que t’as un machin un peu coquin qui démarre t’as cette musique stressante au piano genre il se passe un truc grave, mec c’est pas grave des meufs qui se touchent on est là pour voir ça montre le truc putain, et finalement rien, ça se termine dès que ça commence, va te faire foutre quoi.

Une série telle que Netsuzou Trap représente le fond du fond de la poubelle de l’animation japonaise. Un mauvais anime créé pour de mauvaises raisons, qui véhicule de très mauvaises idées sur l’amour, la sexualité et la vie en général. C’est le genre de truc que tu regardes en rentrant chez toi, t’as passé une bonne journée, ça s’est bien passé au boulot ou je sais pas quoi, tu te regardes ça et après t’es pas bien, t’as les nerfs, ta mère t’appelle au téléphone tu l’envoies chier, t’es devenu une plus mauvaise personne après qu’avant. Si vous êtes seul(e) le jour de la Saint-Valentin c’est parfait pour vous, Netsuzou Trap c’est l’idéal pour un énervement maximum.

Verdict :3/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (15)
Amusante (16)
Originale (3)

10 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.057 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.138992 ★