Cyber City Oedo 808

Cyber City Oedo 808

Trois détenus condamnés à perpétuité acceptent de voir leur peine réduite s'ils acceptent de remplir certaines missions à très haut risque pour le compte de la police.
Pour s'assurer qu'ils ne fuient pas en service, on leur pose un collier inamovible équipé d'un explosif.

3 OAV qui naviguent entre pur cyber-punk et fantastique vampirique, un classique des années 80/90.

Synopsis soumis par watanuki

Hiroya Ishimaru (Sengoku), Kaneto Shiozawa (Merrill Benten Yanagawa), Tesshô Genda (Gabimaru Goggles Rikiya), Emi Shinohara (Remi Masuda), Kyousei Tsukui (Versus), Norio Wakamoto (Juzo Hasegawa), Kotono Mitsuishi (Femme), Mitsuko Horie (Kyoko Jounouchi), Rin Mizuhara (Kelley Takakura), Takeshi Aono (Dave Kurokawa), Unshou Ishizuka (Shuuzou Saionji)

  • Licencié : oui
  • Titre français : Cyber City Oedo 808
  • Editeur: Dybex

Critiques des membres

#Par Deluxe Fan le 10-01-2011

7

Cyber City : YA COCK SUCKIN' SON OF A BITCH Dernière partie de la trilogie des City de Kawajiri, Cyber City nous offre un voyage dans un univers cyberpunk dans la droite lignée d'Akira et préfigurant les futurs GITS ou Cowboy Bebop. Cyber City se déroule dans la cyber ville d'Oedo en l'an de grâce 2808. Trois cyber détenus dangereux purgent leur peine dans une station orbitale avant que le cyber chef de la police ne leur propose un deal : travailler pour eux afin de combattre le cyber crime dans la ville, ou retourner croupir en prison. Nos trois personnages acceptent, et leur caractère bien trempé nous assurent trois cyber OAV de grand spectacle. Trois OAV pour trois [...] Lire la critique

#Par watanuki le 24-01-2007

6

Au rayon vieilleries, prenons Cyber City. Ce dessin animé a beaucoup vieilli, mais pour une fois, c'est ce qui fait son charme : on y retrouve toute cette ambiance, désormais révolue, qui faisait le sel des animés dans les années 80/90 : une ambiguïté assez prononcé entre les gentils et les méchants, une ambiance cyber punk qui cite en permanence Blade Runner, des chara design qui évoquent toute la culture occidentale de l'époque : héros androgyne aux ongles peints en rouge, crête de punk, coiffure à la Samantha Fox, image de la police très trouble, séquences nocturnes dont on a désormais perdu la recette, parvenant à restituer une ambiance de vice à couper au couteau. Cyber City fait [...] Lire la critique

AK8.1.13 - Page générée en 0.133 seconde - 6 requêtes ★ DB.8.0.195292 ★