Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Kare First Love - Les premières passions ne sont pas toujours... Passionantes.

» Critique du manga Kare First Love par Rydiss le
11 Juillet 2010

Allez, première critique manga. Et c'est un shojo classique de chez classique qui en a l'honneur. Mais alors tellement classique que j'ai bien cru abandonner. Tous les stéréotypes et questionnements propres au genre sont là, vous n'y échapperez pas. Mais heureusement, quelques rares bonnes idées viennent égayer un tableau bien fade. On regrettera juste qu'elles ne soient pas plus développées que ça...

Dans la famille des clichés, j'appelle nos deux protagonistes principaux. Un beau-gosse de riche super sympa, un peu coureur de jupons, mais qui porte une blessure secrète (non, non, c'est pas du tout cliché...), passionné de photographie, et notre cruche habituelle bien niaise, j'ai nommé Karin Karino (nom à coucher dehors, j'en conviens). Avec eux, vous allez vivre une aventure passionante. Entre les "je t'aime" "moi aussi/je sais pas/faut que je réfléchisse" (rayer la mention inutile), les bisous-bisous, et les questionnements bien niais de notre cruche sur les rapports sexuels, et ben on est servis. Sans oublier les fameux "non, je ne peux pas faire ça, je vais le blesser!". Vous me direz "oui, mais c'est un shojo c'est normal". Ah ben navré, mais quand ces situations ont tendances à se répéter, moi j'appelle plus ça de la flemmardise. On n'arrive pas à trouver d'idées, et ben on reproduit ce qu'il s'est passé précédemment et c'est bouclé! Je déplore aussi le manque de développement des personnages secondaires. Ils sont là, mais entre le début et la fin du manga, ils n'ont pas évolué d'un pouce (peut-être Nanri...). Dommage, c'était eux qui m'intéressaient le plus...

Quant au scénario, aucune surprise à l'horizon. Un déroulement et une fin prévisibles bien comme il faut, sans aucunes innovations. Les rares bonnes idées (on aborde les thèmes de l'ijime et de l'avortement) sont effacées en quelques chapitres. Le domaine de la photographie professionnelle est sans doute le thème le mieux traité (quoique je savais pas qu'on faisait appelle à un photographe pour tourner un clip, je croyais que c'était un réalisateur...) mais avec des personnages pareils, ça devient ennuyeux. La niaiserie de Karin m'aura donné envie de vomir lors du passage où elle tourne ("non, je ne peux pas serrer dans mes bras un autre garçon que mon amoureux!" Bordel, un peu de conscience professionnelle, que diable!). De même pour le drame de la famille du beau gosse, déjà vu. On a l'impression de revoir une situation déjà mille fois employée. Vous l'aurez donc compris, c'est bien niais. Mais jusqu'à un point où ça en devient comique. Un exemple ? Sans spoiler, je peux vous parler du passage où notre héroïne se baigne dans la mer, à un endroit où elle a pied, avec une bouée autour de la taille. D'un coup, un "Attention !" surgit, avec le beau gosse qui se précipite. Je me dis "Oh, la vache, y a un serpent de mer ou un requin!!". Que vois-je page suivant ? Nos deux héros qui se prennent juste une petite vague sur la tête... Pitoyable, n'est-ce pas ? Heureusement que l'auteur avance plutôt vite dans leur relation (on a tout de même droit à quelques scènes de sexe, soulignons le), et que les touches d'humour sont réussies, car sinon j'aurai lâché prise depuis belle lurette...

Et pour le dessin, je vous le donne en mille, là aussi aucune originalité. Traits épurés, grands yeux, beau-gosse, peu de décors, emploie de trames sans génie, mise en scène classique... Ah, nous avons une anatomie qui en générale est respectée, même si j'ai parfois buggé devant la proportion du torse du mec par rapport à sa tête... Bon, ça reste pas trop mal, c'est maitrisé, il n'y a aucun problème majeur... On a même une petite évolution du design de Karin (ouah, elle a les cheveux qui poussent!). Mais bon, j'ai l'impression d'avoir vu ce type de design des centaines de fois...

Bref, voici un shojo qui m'aura bien ennuyé, avec ses personnages et situations stéréotypés. Je reconnais quand même que dans sa catégorie, il reste bon, mais la sous-exploitation de thèmes qui aurait pu le rendre bien meilleur et surtout plus mature ne plaide vraiment pas en sa faveur. Je le recommande à des jeune filles romantiques qui débutent dans l'univers manga, pour découvrir ce qu'est un shojo, mais si vous avez déjà de l'expérience, passez votre chemin (ou alors faites le vous prêter, comme moi...). Pour ma part, je me suis bien ennuyé à le lire, et la fainéantise de l'auteur à ne pas développer des sujets intéressants fait basculer la balance du côté "en dessous de la moyenne". Pour le coup, je suis bien content. Il me manquait justement un 4 dans ma liste des notes attribuées...

Verdict :4/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (0)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Rydiss, inscrit depuis le 15/07/2007.
AK8.1.13 - Page générée en 0.032 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.209986 ★