Watashi no Messiah-sama

Watashi no Messiah-sama
  • Auteur : Minazuki Sû
  • Année : 2002
  • Titre original : Watashi no Messiah-sama
  • Nombre de volumes : 13
  • Origine : Japon
  • Tags : drame - fantasy - dieu/déesse - ange
  • AKA :
    • 私の救世主さま
    • 魔幻救世主
    • My Messiah
    • Watashi no Kyūseishu-sama
    • Watashi no Kyuuseishu-sama
    • Watashi no Messiah

« Lorsque la Terre commencera à périr, le Messie aux ailes de lumière descendra du Paradis. Habillé par les ténèbres, il doit être si petit et pourtant si immense car assurément, il apportera le Salut à tout le monde.

Les quatre Saints apparaîtront pour venir lui apporter leurs aides. L’un donnera au Messie le courage, l’un donnera au Messie la lumière, l’un lui donnera des ailes, et l’un le protégera de ses ennemis. »

Tiré des textes sacrés de la vieille église de Selakiel.

Shinya Yumiki est un jeune lycéen qui n’est clairement pas doué en ce qui concerne les études ou les sports. Orphelin car toute sa famille est morte, il est souvent maltraité par ses camarades de classe et il adore lire les contes de fées. Un jour, il reçoit une lettre d’amour dans son casier à chaussures où il écrit que la personne lui demande se rendre sur le toit. Là-bas, il découvrira Haruna, une adolescente qui l’appellera Seigneur Shinya. Elle lui signalera qu’il est le Messie de Célestia et l’unique personne capable de lire le « Guide du Salut ». Incapable de le lire au départ, Shinya commencera peu à peu à déchiffrer et à comprendre le livre avant de se rendre avec Haruna sur Célestia, là où il devra réunir les 13 chevaliers et combattre l’Empereur.

Petite note : Ce manga est coupé en deux parties. L’une de six volumes et l’autre de sept volumes. La seconde partie se nomme Lacrima et se passe un an après la fin du volume six.

Synopsis soumis par ShiroiRyu

Critiques des membres

#Par ShiroiRyu le 19-12-2009

8

De l’auteur de Sora no Otoshimono et ayant lut les chapitres scantradés de ce dernier, je m’attendais un peu à une comédie avec un semblant de sérieux. Visiblement, ici, ce fut l’inverse. Pas mal de tragique et de drame avec un peu de comédie. Le dessin paraît parfois peu détaillé mais ce n’est pas le cas et c’est une véritable merveille visuelle quelques fois. D’un autre côté, il faut reconnaître que l’histoire semble parfois accélérer un peu trop rapidement et on a l’impression de manquer une partie. On retiendra surtout le saut temporel d’une année après la fin du volume 6 sans que l’on se doute un seul instant de ce dernier. Enfin, comparé à Sora no Otoshimono, il est sûr que le tout [...] Lire la critique

AK8.1.13 - Page générée en 0.094 seconde - 6 requêtes ★ DB.8.0.174936 ★