009 Re:Cyborg - les cyborgs passent le bac philo

» Critique de l'anime 009 Re:Cyborg par Deluxe Fan le
09 Juin 2013
009 Re:Cyborg - Screenshot #1

Mais que faisait Kenji Kamiyama ? Après avoir développé la controversée licence Eden of the East, le célèbre réalisateur des studios Production IG avait plus ou moins disparu des radars pendant quelques années ; avant d’annoncer son retour sur grand écran avec un film adaptant Cyborg 009, un très vieux manga des années 1960 de Shôtarô Ishinomori.

Elève de Osamu Tezuka, Ishinomori est particulièrement connu au Japon et dans le monde pour avoir ainsi dire inventé le tokusatsu, sachant que la première série du genre, Kamen Rider, est en fait une adaptation d’un de ses mangas. Cyborg 009 est d’ailleurs son tout premier titre, débuté en 1964 et adapté en une ribambelle de suites et de spins-off sur divers supports.

Il s’agit donc d’une licence historique que Production IG a décidé de ressortir du placard ; une démarche qui semble facile à première vue mais qui peut amener de très bonnes productions comme des échecs spectaculaires. Et il se trouve que le dernier film de Kamiyama fait partie de la seconde catégorie.

Comme son nom l’indique 009 Re:Cyborg situe son histoire après celle racontée dans le manga, mais n’entretient pas vraiment de lien avec ce dernier – heureusement d’ailleurs vu le très faible nombre de personnes l’ayant lu, ce manga n’ayant commencé à être publié en France que depuis quelques années seulement. Il suffit juste de connaître le synopsis de base, à savoir que neuf personnes issues de différents pays du monde ont été enlevées puis transformées en cyborgs dotés de super-pouvoirs. Ces cyborgs finiront par se retourner contre leurs créateurs pour former leur propre équipe de justiciers.
Le film débute alors que le personnage principal, Joe Shimamura, a vu sa mémoire effacée pour tenter de vivre une vie normale. Mais une série d’attentats mystérieux amène les autres cyborgs à faire revenir Joe pour lutter contre la nouvelle menace.

009 Re:Cyborg - Screenshot #2Vous imaginez bien qu’avec un tel univers, n’importe quel réalisateur se serait fait plaisir en termes de scènes d’actions et de combats : on parle du type qui a inventé le sentai, tout de même. Malheureusement, Kamiyama s’est senti obligé d’imposer son propre style qui a fait son succès sur GitS, c’est-à-dire un mélange entre conspirations politiques et blabla philosophique à moitié intéressant. En effet, on apprend tôt dans le film que tous les auteurs d’attentats avaient entendu une « voix » qui leur a commandé de tuer des innocents. Il n’en faut pas plus pour les personnages pour disserter durant toute la seconde moitié du film sur le rapport entre l’homme et le divin, le tout agrémenté de références douteuses à l’actualité.

Des références au 11 Septembre et au fondamentalisme religieux, que Kamiyama ne maîtrise visiblement pas et qu’il aurait dû se garder d’inclure dans son film, dont l’intrigue part dans tous les sens et dont la fin est un modèle d’ésotérisme prétentieux que n’aurait pas renié Mamoru Oshii...

Tout cela nous ferait presque oublier ce qui saute aux yeux, à savoir que le film est entièrement réalisé en cell-shading. Une CG pas trop mal faite mais qui renforce le sentiment que tout dans ce film, du scénario aux graphismes, est complètement artificiel.

Cyborg 009 est sensée être une histoire de cyborgs doués de superpouvoirs qui se battent contre des méchants, et Kamiyama en a fait une soupe philosophico-conspirationiste verbeuse et ennuyeuse. Si Production IG est autant à côté de la plaque sur ce film que sur GitS Arise, ça risque d'être moins marrant.

Les plus
- Deux ou trois scènes sympas
- La musique de Kenji Kawai
- De la CG réussie, ça nous change

Les moins
- Du sous-Oshii
- Mais avec le même blabla pompeux
- Et un scénario nébuleux voire confus

Verdict :4/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (6)
Amusante (1)
Originale (0)

2 membres partagent cet avis
2 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.054 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.169636 ★