Aldnoah Zero - A bas les Martiens ( Version 2 )

» Critique de l'anime Aldnoah Zero par Anon le
21 Septembre 2014
Aldnoah Zero - Screenshot #1

Voici donc ma nouvelle critique d'Aldnoah Zero, la première ne portant que sur la première partie de l'anime. A présent que la série a tiré sa révérence, l'heure est venue de faire un point complet.
Si j'étais objective, je dirais qu'Aldnoah Zero, dans l'univers du mécha et de la guerre futuriste, ça vaut pas grand chose. Oui, comparé à tous les Gundam et je sais pas trop quoi, Aldnoah, ça pèse surement que dalle dans la balance. Mais j'ai jamais vu de Gundam. D'ailleurs je déteste les mechas. Donc un mecha que je regarde jusqu'au bout n'aura forcément pas un avis objectif de ma part, parce que c'est un exploit.

Que dire d'Aldnoah Zero....ce n'est pas un anime de guerre. Ca semblait parti pour, mais au final ça n'en est pas un. La guerre se transforme vite en simple décor, ce sont les personnages principaux et leurs actions qui nous interessent.
Aldnoah Zero suit deux personnages en particulier. Dans ma précédente critique, j'avais parlé de la princesse Asseylum, mais en fait laissez tomber, elle n'a aucun intérêt. De fait, aucun personnage n'a de réel intérêt. On leur en avait donné un, et puis plus rien.
Je vous perds peut-être, alors laissez moi clarifier un peu les choses : Aldnoah est un anime coupé en deux parties bien distinctes, et si la première a été pour moi un vrai coup de coeur, la seconde n'en finit pas de me laisser perplexe.
Parce que Aldnoah Zero, ça partait bien, ça partait clair, ça partait logique, un peu bateau certes, mais bien construit, l'histoire d'adolescents qui partaient en guerre, d'un groupe de survivants dans sa course quasi-désespérée pour rejoindre les forces alliées quand une machine martienne leur tombait sur la tronche tous les trois mètres, et puis l'histoire d'Inaho, cet espèce de gringalet brun au physique vu et revu cent cinquante fois qui est en fait une sorte de surdoué ultra badass à la capacité émotionnelle d'une petite cuillère mais bon sang ce qu'il est classe. En parallèle, on avait les Martiens, leur univers hierarchisé, leur besoin urgent de ressources, la gentille princesse qui essayait de rétablir la paix et Slaine, qui était perdu au milieu de tout ce bordel et qui essayait de s'en sortir.
Ca partait franco, Aldnoah, c'était la difficulté à chaque seconde, les rebondissements, parfois un peu téléphonés mais au moins y'en avait, avec une envie de faire bien, des personnages intéressants, et puis une animation super bien maitrisée, de la bonne synthèse comme on en voit quasiment jamais et des osts de fou furieux ( Sawano Hiroyuki je vous remercie ).
Et puis je sais pas trop, le dernier épisode de la première partie est arrivé, et là les scénaristes se sont dit, faut qu'on fasse un coup, un gros, que le public se précipite sur la suite, un truc du genre. Alors ils nous ont foutu un gros truc, et puis....

Aldnoah Zero - Screenshot #2Et puis c'est là que la perplexité est apparue. Avec la vague de facilité qui a soufflé sur Aldnoah. Les combats easy, le scénario cousu de fil blanc, tous les raccourcis imaginables pris, des changements d'ambiance, de but, de messages, assez incompréhensibles, assez peu raccord avec la première partie. Trop de difficulté dans les débuts de la série justifie un bon coup de cheat pour arriver à la fin ? Fallait faire le double d'épisodes dans ce cas là les gars....
La facilité s'en va, et tous les personnages sont dans la merde, enterrés profondéments, mais voilà, la perplexité reste et les défauts, s'ils s'effacent, restent quand même là, et on regarde, pas forcément déçus, la série a remonté le niveau, mais ça dépasse la compréhension.
Aldnoah Zero avait de quoi nous faire le récit complet d'une guerre,mais je sais pas, le format peut-être, ils ont préféré se concentrer sur un duo, sur deux personnages, qui n'étaient pourtant pas faits pour être ennemis mais qui le sont devenus, qui vont tout oublier pour se concentrer uniquement sur leur rivalité, sur leur affrontement, et voilà qu'Aldnoah n'est plus une guerre mais un combat western, et qu'on ait des batailles spatiales n'y change rien.
Et quand Aldnoah s'est fini, parce qu'il fallait bien que cet océan de points d'interrogation s'achève un jour, eh bien....eh bien je ne sais pas. Je m'attendais à une déception monumentale, mais de fait, c'est une bonne fin, qui ne peut simplement pas occulter tous les défauts qui se sont développés au fil de la série.
Petite mention quand même à la romance, car Aldnoah Zero est un tel doigt d'honneur à la romance que c'en est presque comique - et cruellement logique également.

Aldnoah Zero - Screenshot #3De fait, ça ne sert à rien de parler des personnages, de l'histoire, des intrigues, parce que Aldnoah Zero, après tout, ça se résume à Inaho et Slaine, parce que si vous vous en foutez, y'a plus qu'à ragequit la série.
Inaho et Slaine sont ce qui font toute la force, et aussi toute la perplexité, de la série.
Inaho part de l'idée qu'un machin qui paie pas de mine peut devenir le héros qui sauvera la Terre. Et c'est tout ce qu'on lui demande : sauver la Terre. Alors on lui met un cerveau d'Enstein dans un corps de minus, parce que ça fait original, on lui met autant d'émotions d'un bout de carton et pas plus d'une réplique par épisode, et on lui fait sauver la Terre. Et si je me moque, c'est parce que j'ai adoré ce personnage, son calme éternel, son petit humour bien piquant, son évolution.
Car l'évolution d'Inaho m'a laissée perplexe ( comme tout, hein, vous l'aurez compris ) mais n'est pas dénuée d'intérêt. Le personnage va gagner, mentalement parlant, en humanité, là ou il va en perdre, physiquement parlant. Son intellect et ses décisions, qui ne reposaient que sur lui, vont être perpétuellement remises en cause, et il va gagner en puissance ce qu'il va perdre en crédibilité d'être humain. Bon, ça sert à rien dans un série comme Aldnoah Zero et on se demande bien ce que ça fout là, mais c'est intéressant.
Parce que Inaho, on peut le voir comme un mec taciturne et honteusement cheaté, ou on peut se poser un peu plus de questions - parce que les perches qu'on nous tend pour en poser, dans la série, y'en a des masses et pas des discrètes.
Slaine a été construit en totale opposition face à Inaho. Il est émotionnel, indécis, perdu, faible. Il est attachant, il est détestable, il est incompréhensible. Il m'a laissée encore plus perplexe qu'Inaho dans se changements : le personnage se perd complètement dans son délire, oublie toute notion de la réalité et s'enfonce dans un rêve d'autant plus pitoyable qu'il est impossible. Là où Inaho est stable, et, en un sens, prévisible, Slaine est une girouette qu'on regarde en clignant des yeux, attendant de savoir dans quelle direction elle va se tourner, sans pouvoir le deviner à l'avance. Il inspire la pitié, le dégoût, mais aussi la curiosité, et une sorte de sympathie malsaine. On ne sait pas ce qu'il va devenir, on ne sait pas s'il a moyen de s'en sortir tant il est plongé dans la mouise, ce qui peut même le rendre plus intéressant qu'Inaho, même s'il n'a pas le charisme suffisant pour le surpasser. C'est un protagoniste que je retiendrai pour les maux de têtes et les sentiments contradictoires qu'il m'a fait ressentir.

Aldnoah Zero - Screenshot #4Aldnoah Zero commençait droit et net comme Inaho et a fini hasardeux et tordu comme Slaine. La série a su conserver des qualités qui ont fait que je l'ai regardée jusqu'au bout, des qualités visuelles, des qualités scénaristiques, et le fait que j'ai accroché aux personnages ( chose indispensable, si vous n'y parvenez pas ce n'est même pas la peine ).
Il y a énormément de choses, de bon comme de mauvais, à dire sur cette série, et je pourrais encore faire de longs pavés. Mais a mes yeux, le plus important à savoir sur Aldnoah Zero, c'est que c'est à la fin ce qu'on aurait jamais imaginé que ce soit au début - pour le meilleur, comme pour le pire, à chacun d'en décider.
Aldnoah Zero première partie était un coup de coeur pour moi, et je n'ai, je n'aurai jamais, aucune objectivité dessus. J'adore, c'est tout. La deuxième partie pourra être perçue comme un fail, un ratage, mais je trouve qu'il y a trop d'éléments dedans pour l'expédier si facilement à la poubelle. Ma critique vous semblera probablement confuse, elle est à l'image de ce que cette série me laisse comme impression.
Alors quelle note, au final....9/10 sans hésiter pour la première partie. La seconde me pose nettement plus problème, c'est pourquoi je vais me contenter de laisser peser la balance du divertissement contre ennui pour conclure.

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (10)
Amusante (2)
Originale (0)

10 membres partagent cet avis
16 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Anon, inscrit depuis le 28/07/2013.
AK8.1.13 - Page générée en 0.069 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.174886 ★