Garo The Animation - Brûle, mon cosm...ah, c'est pas ça.

» Critique de l'anime Garo (TV 1) par Anon le
28 Mars 2015

Garo The Animation, c'est un peu les Saints des Chevaliers du Zodiaque qui se fightent contre les Shadows de Persona, le tout dans un univers médiéval fantastique à la sauce Berserk.
Adapté du drama du même nom, Garo nous conte l'histoire des Makai Kishis, supers guerriers aux armures ensorcelées qui doivent protéger la veuve et l'orphelin de créatures maléfiques appelées Horrors. Nous suivons ici Léon, le Chevalier de Lumière ( le Garo donc ) et son père, lui même chevalier Makai, dans leur voyage au cours duquel il devront...ah bien sauver le monde, en gros.
Je me souviendrai toujours de ma réaction quand j'ai regardé le premier épisode. Un sourire condescendant devant le chara-design douteux, un regard dépité envers la synthèse atroce, un soupir en vue du scénario Ô combien original et le soulagement une fois le générique de fin lancé. A vrai dire, je ne sais pas trop ce qui m'a alors poussée à regarder le second épisode; mais ce fut probablement l'une de mes meilleures décisions concernant les animes de la saison. Car, je ne vais pas cacher mon opinion plus longtemps, Garo The Animation est une série tout simplement excellente.

Allons-y avec la forme, c'est le plus simple. Garo est produit par Mappa, qui dans un autre coin de la japanimation bossait aussi sur un certain Shingeki no Bahamuth. Autant dire que l'animation réserve quelques surprises. En effet, si elle semble juste passable pour la 2D, un certain nombre de séquences dans l'anime ( dont un magnifique combat à l'épîsode 20 ) sauront vous épater tant elles sont bien foutues.
Quant à la synthèse, passé le premier ( et rarement bon ) effet, force est d'avouer que ça claque. Reservée exclusivement ( except un ou deux monstres ) aux armures des Makai, elle donne une dimension quasi divine à ces costumes pétants ( et puis mine de rien les mecs du studio ils ont du être contents de pas devoir se les dessiner à chaque épisode ) qui prennent même vie tant les heaumes reflètent le visage de leur porteur. Autant vous dire que pour les combats, ça en jete, ça en jete beaucoup. Garo est un anime de baston, et sur ce coup y'a pas grand chose à lui reprocher sur les efforts fournis pour satisfaire les yeux du public.
Le chara design, on aime ou on aime pas, dans tous les cas il est assez variable. Il ne paie pas de mine au premier abord, mais la plupart des plans rapprochés sont suprenants de détails et d'esthétisme, ou sont au contraire curieusement déformés. C'est un style.
En parlant de style, les openings ont un style graphique différent de l'anime, ça fait drôle sur le coup mais c'est une initiative très sympathique - et qui évite tout spoil sur le contenu de la série aussi ce qui est très cool.
Comme on est sur la musique, passons rapidement sur ce point : c'est un sans faute. Deux openings par un Jam Project en grande forme, deux endings entrainants rendant honneur à des armures imposantes, et des osts excellentissimes faisant partie intégrante des scènes d'action réussies.
Pour conclure sur cette forme, eh bien Garo, c'est un style ( oui, je me répète, c'est fait exprès ), et c'est un style bien fait. Je n'ai rien à redire sur ce point là.

Passons au scénario, parce que c'est pas encore trop compliqué. Oui, l'intrigue de Garo, elle tient sur un timbre poste, le grand méchant a certainement l'un des buts les moins originaux du monde des animes et une bonne moitié des épisodes de la série mettent en scène des histoires indépendantes, plus ou moins intéressantes, voire même carrément de remplissage ( j'y reviens après ).
Garo, c'est le shonen de base, ne nous mentons pas : le héros va devoir grandir, devenir plus fort pour protéger les gens, il va se fighter, il va se faire des amis, il va s'en prendre dans la tronche mais n'en ressortira que plus éclatant. Mais mine de rien, il réserve quelques surprises sur cet aspect, mais je vous renvoie à la suite de cette critique parce que si je commence à me mélanger on est pas sortis.
Un scénario assez étrange quand même. Certains événemements que l'on pense énormes sont expédiés vite fait, tandis que d'autres dont on se foutait complètement prennent une importance surprenante. On est pas déçus au final, parce que Garo gère son truc, mais c'et vrai que ça laisse parfois perplexe. On ne sait pas trop non plus ou va la série, qui garde jusqu'à longtemps, environ le milieu de sa deuxième partie, un gros flou sur qui va devenir quoi et qu'est ce qui va se passer à la fin. Ce qui n'est pas plus mal, parce que une fois que le scénario final est enclenché, y'a pas grande surprise à l'horizon. La fin passe tranquille, jouant plus sur l'émotion que sur la baston, ce qui en décevra certains - pas moi, Garo offre assez de fight épic pour que je sache pardonner et apprécier d'autres options.
Malgré son histoire ultra classique, l'anime a des atouts non négligeables pour faire passer la sauce. Déjà, un vrai univers médiéval fantastique ( pas comme un certain anime récent ou on voyait des persos en uniforme scolaire se balader dans des villes moyennâgeuses....hem. ) et bien mature comme il faut. Quand je dis mature, je dis qu'il y a du sang, des morts, du sexe, du sombre, du glauque et même du psychologique. Bon, j'ai parlé de Berserk tout à l'heure, mais je vais pas vous induire en erreur, c'est pas du Berserk, c'est super gentillet comparé à Berserk, mais ça fait l'effort d'intégrer une pointe d'adulte à l'affaire, et ça ne crie pas sur tous les toits que c'est tragique sous le prétexte que ça tue un personnage principal tous les trois épiso....bon, j'arrête, j'arrête, promis.
Une petite critique quand même : on sait que les Makai Kishi et Houshi ont disparu parce que chasse aux sorcières patati patata mais....un peu d'histoire, ce serait trop demander ? Pourquoi y'a-t-il le Garo, Kishi au dessus de tous les autres ? Comment ça marche, exactement, leur système de centre des chiens de garde ? Bref, je vais pas toutes les faire, mais le background des chevaliers reste un peu beaucoup flou. Le scénario de la ligne temporelle que nous suivons n'est pas exempt de petits soucis - genre nous enquiquiner trois épisodes pour une bague qui passera aux oubliettes jusqu'aux derniers épisodes, moyen - mais j'arrête de râler parce que encore une fois, le scénario n'est pas fait pour être profond, il est fait pour envoyer de la baston.

Il me reste quoi à dire sur Garo ? Les personnages. Déjà, il y en a assez peu sur le devant de la scène, ce qui....ne sert à rien en fait, puisqu'il n'y en a qu'un seul qui nous intéresse vraiment.
Bon, parce qu'on va être francs : oui, Herman est un personnage ultra classe, père totalement irresponsable ( ou du moins qui en donne l'impression ) et puissant combattant, capable de passer un épisode à courir à poil dans une cité en combattant de monstres et en draguant des jolies demoiselles. Oui, je l'adore, oui, il m'a vraiment fait marrer. Mais, ça restera Herman, le coureur de jupons qui joue les cons et qui est trop badass quand il s'y met sérieusement.
Oui, Emma est une femme comme on aimerait en voir plus souvent dans les animes : forte, indépendante, avec un sens de la répartie bien développé. Elle est classe, elle est intelligente, elle se bat bien, elle a le droit à un minimum de background et a une légère évolution, mais globalement, ça reste Emma.
Oui, Alfonso est....stop. Là on s'arrête. Je n'ai rien contre Alfonso. A part un épisode où j'ai eu des envies de meurtres monumentales envers ce personnage, il est tout à fait sympathique. Mais il est d'un cliché, d'un superficiel, c'est horrible. Le gentil prince qui veut protéger son royaume. Littéralement. C'est tout. Y'aura jamais rien d'autre. Dans le genre protagoniste simpliste on peut pas faire mieux.
Et ensuite, vient le héros, Léon.
Bon, Léon, avec sa coiffure plagiée de 009-Cyborg et son comportement d'adolescent en pleine crise, il fait moyen, comme personnage principal. Mais il y a dès le début quelque chose de très intéressant avec lui. Si je devais résumer son histoire, ce serait un truc comme ça :
" Bon alors Léon, oui tu es né sur le bucher de ta propre mère condamnée pour sorcellerie et tu as passé ta vie à voyager aux côtés de ton père en combattant des monstres et en fuyant les humains qui veulent tous ta mort, le tout en possédant des pouvoirs incontrôlables, m'enfin sois sympa, hérite de l'armure Garo et va sauver le royaume s'te plait."
Léon ne peut pas être le héros que tout le monde voudrait qu'il soit, c'est juste logiquement impossible, et c'est sur ce paradoxe complet que se forge toute l'histoire de Garo. Comment ce jeune homme qui ne peut pas comprendre la mission qui lui a été confiée évoluera-t-il au fil de ses voyages et de ses rencontres ? Comment ce garçon, qui a tout perdu et qui en perdra encore beaucoup, arrivera-t-il à choisir son destin ?
Car oui, Léon est un personnage qui m'a inspiré beaucoup de compassion. Il s'en prend plein dans la gueule, mais d'une force, on a de la peine pour lui. Et du coup, c'est sur ça, juste sur ça, que repose réellement la série : comment Léon, perdu dans un univers de haine, va-t-il finir ?
Accessoirement, c'est aussi parce qu'on a focus Léon que la première partie de la seconde partie de l'anime - pas de ma faute si c'est si compliqué.... - sert de remplissage. En contrepartie, c'est aussi essentiellement grâce à lui que l'histoire n'est pas si simple que ça. Le souci étant donc d'accrocher au personnage, sans quoi la série risque de s'avérer difficile, voire impossible, à regarder.
Sinon, on a des persos secondaires de ci de là ( petite mention à Lara que j'ai bien appréciée...) et des méchants qui, pour le coup, manquent pas mal de charisme et de développement. Je sais pas, quand j'ai revu le principal j'étais limite en train de lui dire "Eh coucou, ça fait quelques épisodes qu'on s'est pas vus, ça va bien depuis ?" mais bon, au final, les méchants dans Garo, on s'en fiche : leur seul intérêt est l'impact qu'ils ont sur Léon.

Je pourrais disserter encore longtemps sur Garo, mais on va résumer : de la baston bien lourde bien faite, des personnages intéressants, une histoire rondement menée, bref, que du bon temps en perspective. J'ai vaguement entendu parler d'une saison 2 et d'un film d'animation, je serai au rendez-vous.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (14)
Amusante (6)
Originale (0)

7 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Anon, inscrit depuis le 28/07/2013.
AK8.1.13 - Page générée en 0.037 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.174853 ★