Gundam 0083 Le Crépuscule de Zeon – L’élite de leur ère

» Critique de l'anime Mobile Suit Gundam 0083 - Le Crépuscule de Zeon par Deluxe Fan le
08 Février 2016
Mobile Suit Gundam 0083 - Le Crépuscule de Zeon - Screenshot #1

Il y a environ deux semaines, le 29 janvier 2016, est sortie au Japon une version remasterisée Blu-Ray de Mobile Suit Gundam 0083 Stardust Memory. L’occasion de nous replonger dans le monde merveilleux des OAV des années 90, même si la présente critique concerne plus particulièrement le film Le Crépuscule de Zeon, qui est une compilation en deux heures desdits OAV.

Quand on parle de Gundam, on pense naturellement aux nombreuses séries télé, mais en toute franchise parmi celles que j’ai vu bien peu sont réellement d’une qualité conforme à ce qu’en dit la légende. Si la franchise Gundam peut se targuer d’un quelconque prestige, il vient surtout du format OAV. Il en est sorti une tétrachiée depuis les années 80 jusqu’à nos jours ; War in the Pocket, 08th MS Team, Unicorn, The Origin, Thunderbolt… Avec le point commun de graviter autour de l’Universal Century, la timeline originale des premiers opus. Ces OAV sont généralement des purs produits de fanservice à l’attention des vieux spectateurs qui veulent de l’UC et des mechas bien animés. Et à ce titre Stardust Memory, sorti la première fois en 1991, leur aura fourni tout cela et dans des proportions luxueuses.

Mobile Suit Gundam 0083 - Le Crépuscule de Zeon - Screenshot #2L’histoire se déroule donc en UC 0083, quelques mois après la Guerre d’un An relatée dans le premier Mobile Suit Gundam. La Fédération Terrestre a signé un armistice avec la Principauté de Zeon, mais la paix n’est tout à fait revenue. En Australie, une base de la Fédération s’apprête à accueillir deux nouveaux prototypes de mechas ; le Gundam Zephyrantes et son frère le Gundam Physalis. Alors qu’ils sont encore confinés en secret, les deux mechas sont convoités par un groupe de fanatiques zeonistes. L’un d’entre eux, le pilote surdoué Anavel Gato, s’infiltre dans la base et s’empare du Physalis et de la tête nucléaire qu’il embarque. Un jeune pilote d’essai en formation, Kou Uraki, se lance à sa poursuite avec le Zephyrantes au grand dam de sa hiérarchie et de l’ingénieur ayant conçu les prototypes, Nina Purpleton. C’est le début d’une longue poursuite à l’issue apocalyptique…

Mobile Suit Gundam 0083 - Le Crépuscule de Zeon - Screenshot #3A bien des égards Stardust Memory ne raconte rien de spécialement novateur dans l’univers de Gundam, ce n’est rien de plus qu’un bouche-trou entre 0079 et Zeta. Mais au moins deux éléments lui donnent un intérêt bien spécifique.

Le premier, c’est que le canevas classique de Gundam est abordé avec un sérieux et un "réalisme" tout à fait intéressant. Libéré des contraintes de la diffusion télé qui obligent les séries à s’adresser à un jeune public (à l’époque en tout cas), le staff se sent la possibilité d’aborder Gundam avec des yeux d’adultes, comme un père de famille qui ressortirait les figurines de son enfance en imaginant toutes les batailles spatiales auxquelles elles auraient participé. A noter d’ailleurs que les robots tiennent une place prépondérante dans le récit puisque ce sont bien eux qui déclenchent l’histoire du combat entre l’Albion et les zeonistes. On est dans un récit mecha-driven, où la dynamique narrative et politique importe plus que les états d'âme des personnages - même si le twist final s'avère assez déstabilisant. Les personnages ne passent pas leur temps à crier et à pleurer comme dans les séries de Tomino ; ce sont tous des adultes responsables qui sont entraînés vers un combat dantesque où les enjeux deviennent de plus en plus lourds, jusqu’à un final proprement épique.

Mobile Suit Gundam 0083 - Le Crépuscule de Zeon - Screenshot #4Mais surtout, l’intérêt de Stardust Memory réside dans sa réalisation, encore aujourd’hui considérée comme exemplaire. Du point de vue de l’animation et du design, il s’agit tout simplement du meilleur Gundam jamais sorti. La mise en scène, les décors, l’animation des robots lors des combats constitue ce que le Japon a sorti de plus abouti durant cette époque, ce qui n’est pas peu dire vu la qualité globalement exceptionnelle des productions datant des années 90. Sunrise a ici réuni une somme de talents inouïe sous la direction du réalisateur Takashi Imanishi (qui réalise en ce moment les OAV The Origin). Au chara-design et à la direction de l’animation on trouve le célèbre Toshihiro Kawamoto, qui est depuis devenu le directeur du studio Bones, rien que ça. Le mecha-design est signé Shôji Kawamori (réalisateur de la saga Macross), et le travail de script et de storyboard est supervisé par une brochette de stars parmi lesquelles Kazuki Akane (réalisateur de Escaflowne), Shinichiro Watanabe (réalisateur de Cowboy Bebop) et même Ryosuke Takahashi (réalisateur de Votoms et de Gasaraki). Un staff qui porte la marque de l’élite et ça se sent à l’écran, aucun Gundam n’aura touché d’aussi près l’excellence formelle ; ce que la version Blu-Ray dont les screens illustrent cette critique rend d’autant mieux.

Je n’hésite d’ailleurs pas à dire que Stardust Memory constitue un des meilleurs opus de la franchise tous supports et toutes époques confondus, et constitue un formidable témoignage de ce qu’aurait pu être un anime Gundam réalisé par des créateurs ambitieux et talentueux (comparé à Tomino par exemple). Il n’en reste pas moins que ces OAV sont assez difficiles d’accès pour un public néophyte, et doivent plutôt être vus comme une récompense pour ceux qui ont osé s’aventurer suffisamment loin dans l’UC. C’est particulièrement le cas pour la version long-métrage qui tranche dans le lard de la narration pour n’en garder que la substantifique moelle… Et un tel concentré de méchaphilie pure n’est pas à la portée des fillettes qui composent le public actuel de la japanime.

Verdict :8/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (1)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.06 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.198630 ★