Hal(lô, ici le scénariste, je crois que vous m'avez oublié...)

» Critique de l'anime Hal par Anon le
22 Avril 2014
Hal - Screenshot #1

Hal, trois lettres pour résumer un film de romance tragique comme on en croise à tous les coins de rue. Mais ça ne veut pas dire que c'est mauvais, pas vrai ?

Un accident d'avion, un être cher qui disparait et une jolie demoiselle en dépression, voilà le contexte d'Hal. On nous place alors un pseudo-univers SF avec l'arrivée d'un robot à l'apparence de Hal, censé redonner le moral à Kurumi.

Le design est joli, avec de superbes couleurs, des paysages agréables à l’œil, très colorés, un chara-design fort sympathique qui se maintient bien tout au long du film. Hal est assez attachant, un malheureux robot qui n'y comprend pas grand chose mais qui fait de son mieux, l'univers se veut assez exploité dans le laps de temps imparti, bref, ça pourrait faire un bon film.

Mais, parce qu'il y a toujours un mais, pendant les trois quarts de ce film, les scénaristes étaient en vacances. On a donc, en attendant leur retour, meublé. Meublé avec quoi ? Avec pas grand chose, en fait.
Je me suis fait ce film un soir par curiosité, en me disant que au pire c'était pas bien long. Sauf qu'en fait, c'est long. C'est très long. Il se passe rien. Exemple ? Un quart du film sert à récupérer une girafe en plastique. Exemple ? Rester cinq minutes en plan sur une pièce avec deux personnages silencieux.
Si encore on avait de la musique. Mais les OST sont rares, voire carrément inexistantes à certains moments, et je peux vous assurer que les discussions ou un perso case une esquisse de phrase toutes les vingts secondes, sans musique de fond, c'est très, très lourd. J'ai rien contre le genre contemplatif, hein, mais qu'on aille pas me dire qu'un Natsume Yuujinchou, un Mushishi ou même un Bartender n'avaient pas de musique !

Hal - Screenshot #2Nous sommes tout de même dans un drame romantique et même si les scénaristes sont les orteils dans le sable, faut donner l'illusion que le récit avance. On va donc passer d'une jeune demoiselle qui ne peut pas voir l’androïde en peinture à cette même demoiselle en train de partager une belle complicité avec ledit androïde, le tout en l'espace de cinq minutes et sans raisons apparentes. Pour le coup, l'exploitation assez recherchée de personnages secondaires, aurait pu passer à la trappe pour qu'on se concentre sur la relation principale. Mais bon. On essaie même de filer des backgrounds de ci de là. Le travail semble assez conséquent pour le format, mais ça ne change rien au fait qu'on s'endort devant l'écran.

Et puis messieurs dames les scénaristes ont débarqué, et ont déclaré de but en blanc que sans un final percutant, le spectateur risquait fort d'oublier le film sitôt fini. C'est donc dans un effort monumental qu'ils envoient un retournement sidérant, qui modifie radicalement la lancée de Hal, le changeant en un chef-d’œuvre émotionnel qui vous fera pleurer toutes les larmes de votre corps...
Ou qui, plus vraisemblablement, vous laissera à cligner des yeux devant votre écran en vous demandant ce qu'a fumé la production. Dans l'idée de montrer que le background d'un des personnage sert en fait à quelque chose, on nous sort un antagoniste vaguement entraperçu quelques séquences plus tôt, qui est là pour on sait pas trop quoi. Bref cet antagoniste vient foutre sa merde, et entraine une révélation qui se veut stupéfiante, sauf quand on réfléchit deux minutes et qu'on relève toutes les incohérences (sans compter un degré de prévisibilité assez conséquent).

Le final se veut d'une émotion puissante, sauf qu'on est trop en train de chercher la logique pour ressentir autre chose qu'un profond sentiment de WTF. L'ultime séquence mollassonne plombe de plus le petit punch qu'avait réussi à obtenir le film, sans compter qu'on nous pourrit royalement le seul personnage sympa de l'histoire, et voilà, Hal est fini, et moi j'ai perdu ma soirée.
Et puis ce truc est tellement bourré de trucs idiots, quoi. Style, un corps qui a sauté avec un avion, pouvez vous sincèrement croire qu'on le retrouve tout beau, intact, pour l'exposer une dernière fois à la famille? Pour les autres, je ne peux les révéler sans spoiler, mais ils sont tous plus gros les uns que les autres et carrément affligeants pour certains.

En résumé, Hal, c'est beau, et c'est tout. Et contrairement à un The Garden of Words, ce n'est pas du tout suffisant.

Verdict :2/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (3)
Amusante (3)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
7 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Anon, inscrit depuis le 28/07/2013.
AK8.1.13 - Page générée en 0.052 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.169636 ★