Hinamizawa : le visionnage maudit

» Critique de l'anime Higurashi : When They Cry - GOU par Sacrilège le
04 Avril 2021
Higurashi : When They Cry - GOU - Screenshot #1

C’était long, c’était laborieux, sur 24 épisodes il y a eu beaucoup d’épisodes de trop.
J’avais visionné à l’époque la première saison de la série, puis les suivantes, d’une qualité plus ou moins variable. N’en reste que la première saison (connue en France principalement sous le nom de Hinamizawa, le Village Maudit) était agréable et marquante à plus d’un titre, notamment par l’aura de l’histoire et son adaptation en série animée (issue en premier lieu du jeu Le Sanglot des Cigales). A part remettre le village de Hinamizawa au goût du jour, je me pose encore la question du pourquoi de ce remake.

Beaucoup d’épisodes pour peu d’avancement comme je le disais. Nous ne sommes pas là dans un anime qui va nous embarquer dans une histoire avec un point de résolution rectiligne, voire nous présenter des angles de réflexion variés pour nous terrasser à l’épisode suivant avec une contre vérité. Ici que nenni. Nous ne savons pas réellement où nous allons car il y a bien trop d’épisodes sans aucun sens et qui semblent avoir été mis là dans l’unique but de meubler. Je pense notamment à un épisode entier sur une partie de jeux de société et de gages (aucun intérêt, aucune avancée, en plus des blagues pas franchement à se tordre de rire), mais aussi à un épisode sur l’intervention de villageois auprès d’un service municipal en particulier (ayant fini la série je n’ai toujours pas compris pourquoi on a perdu 20 minutes à parler de cela). Je ne me souviens pas des thèmes des autres épisodes un peu à part, mais on peut bien en compter quatre. Cela pourrait être bien vu ce genre d’épisodes tranches de vie, mais il n’y a ici aucun enjeu ni rattachement avec la trame principale. Ce ne sont même pas des épisodes faits pour « déboussoler le lecteur », comme cela pouvait être le cas dans le jeu vidéo, ici ils tombent simplement comme un cheveu sur la soupe. Comme si en plein milieu de Borderlands vous partiez faire des missions avec Claptrap et débarquiez directement au boss final avec 25 niveaux de moins. Un enfer, mais au moins Claptrap a un bon sens de l’humour.
On retrouve à de trop rares moments l’ambiance malsaine qui avait fait le succès de la série à l’époque. Ces passages sont trop vite expédiés, peu travaillés et n’apportent qu’une version globale édulcorée, avec juste des moments gores jetés par-ci par-là, pour justifier le lien avec notre nostalgie peut-être. Dans le même ordre d’idées, l’anime joue trop peu avec la dichotomie des personnages et leur propre bipolarité. Trop d’éléments pouvant faire avancer l’histoire et, encore une fois, susciter de l’enjeu, sont passés sous silence.

Pour résumer, j’ai trouvé ce remake inutile, avec des scènes d’ecchi inutiles, des scènes malsaines / gores quasi inexistantes, un scénario qui se perd, un sens de l’amitié bien trop chelou, un chara-design qui n’a pas tant évolué que cela et une fin à mon goût insatisfaisante quand on voit les étapes par lesquelles elle est passée pour réussir à se faire sa place.

Verdict :3/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (9)
Amusante (1)
Originale (0)

2 membres partagent cet avis
2 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Sacrilège, inscrit depuis le 27/10/2005.
AK8.1.13 - Page générée en 0.055 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.201529 ★