Les Enfants de la Baleine — Baleine sous gravillon, anime sans ambition

» Critique de l'anime Les Enfants de la Baleine par Deluxe Fan le
02 Février 2018
Les Enfants de la Baleine - Screenshot #1

Kujira no Kora wa Sajou ni Utau est à l’origine un manga de Abi Umeda qui a commencé à être prépublié à partir de 2013 dans un magazine classifié shôjo au Japon. Ce titre a depuis fait l’objet d’une parution en France sous le titre Les Enfants de la Baleine dans la collection « seinen » de chez Glénat, parce que les éditeurs français ne respectent pas les catégories japonaises et préfèrent tout mettre en seinen parce que ça se vend mieux. Ce qui prouve bien que ces catégories ne valent rien surtout lorsqu’elles sont utilisées par les éditeurs français qui se foutent de leur signification et trompent le lecteur pour mieux vendre. Mais bon ce n’est pas le sujet, on est là pour parler de l’adaptation anime, parce qu’au moins avec les animes il n’y a pas d’arnaque.

Le monde est recouvert par la Mer de Sable, un océan désertique et inhospitalier. Sur ces dunes flotte une gigantesque structure appelée la Baleine de Glaise, sur laquelle vivent plusieurs centaines de personnes. Parmi ces individus, certains disposent d'un pouvoir appelé le Samia qui leur confère des capacités surnaturelles, mais les condamne à mourir jeunes.

Les Enfants de la Baleine - Screenshot #2Chakuro, 14 ans, est un des habitants de la Baleine où il officie en tant que scribe. Un jour, la Baleine approche d'une île abandonnée au milieu de l'océan de sable. Chakuro y est envoyé pour l'explorer et trouver des ressources. C'est là qu'il rencontre une jeune fille, Lycos, alors qu'il pensait qu'aucune personne humaine ne vivait en dehors de la Baleine. Et ce n'est que le début des révélations sur la nature réelle de la Baleine et des autres peuples de la Mer de Sable. Et ouais je recopie mon propre synopsis, j’en ai plus rien à battre.

La critique d’anime c’est comme le sexe, les dissertations juridiques ou les films du Marvel Cinematic Universe ; c’est toujours agréable quand c’est long mais parfois c’est mieux de faire court. En l’espèce la critique des Enfants de la Baleine peut se résumer en deux axes : c’est une série qui a une grande qualité, et pas mal de défauts.

La grande qualité de la série, c’est sa direction artistique. Le manga original avait fait sa réputation sur la qualité de ses illustrations, et la série a décidé de capitaliser là-dessus en offrant à l’anime des décors somptueux, des couleurs chaudes au tons pastel et un chara-design fin et élaboré. Le studio JC Staff a plutôt mauvaise réputation en général mais il leur arrive parfois de faire des efforts et tel est le cas ici, l’anime est véritablement beau à regarder. Cela a toutefois un prix ; l’animation en elle-même est assez pauvre, les mouvements sont rigides et les scènes d’action sont molles et peu palpitantes. De même le chara-design a beau être travaillé il n’en est pas moins générique, avec cette fameuse règle de la japanime qui veut que l’importance d’un personnage soit proportionnelle à l’étrangeté de sa couleur de cheveux.

Les Enfants de la Baleine - Screenshot #3Le gros défaut de l’anime, c’est tout le reste. Il s’agit d’un récit d’aventure classique, très classique même, ce qui ne le rend pas moins efficace. L’univers est vaste et intriguant, il y a des enjeux simples et la série ne perd pas de temps à mener son histoire. Le vrai problème ce sont les personnages, ils sont tous insssssssssssupportables. A ce niveau ce ne sont même plus réellement des personnages mais des archétypes qui n’existent que pour cocher des cases. Forcément le héros est un gamin pleurnichard mais courageux dont l’objectif est de « protéger tout le monde ». Forcément il y a une fille mystérieuse qui sait beaucoup de choses mais qui ne dit rien parce qu’elle est mystérieuse. Forcément il y a le Sasuke de service qui est un gentil mais qui fait la gueule parce qu’il est trop puissant t’as vu. Forcément il y a un empire maléfique dont l’unique objectif est de bien nous rappeler que c’est un empire maléfique qui fait des choses maléfiques, genre tuer des gens ou des trucs comme ça. D’ailleurs la série fait un usage libéral de la violence, aussi bien physique que psychologique, ce qui est à la mode actuellement. Or si la violence utilisée aux bons moments est marquante, celle utilisée constamment est vulgaire et Les Enfants de Baleine est incapable de la moindre nuance. Comme souvent avec les shôjos, tout est très mélodramatique et la moindre occasion est bonne pour en faire des caisses et faire pleurer les personnages pendant que le spectateur pleure d’ennui.

Les Enfants de la Baleine n’est pas une mauvaise série, mais passée la phase de découverte initiale des trois premiers épisodes je ne suis pas parvenu à véritablement m’intéresser à ce qui se passait à l’écran. Tout ce que fait la série sonne creux, la faute à des personnages ultra stéréotypés, des dialogues redondants, des gags stupides qui ne s’accordent pas au ton épique que veut se donner l’histoire et à une aventure sur rails dont les rebondissements ne font bondir personne. Je ne vais pas vous dissuader d’apprécier cet anime s’il vous attire, mais par pitié allez voir Nadia et le Secret de L’Eau Bleue si vous voulez savoir ce que c’est qu’un anime d’aventure fait par des gens sincères qui croient en ce qu’ils font.

Verdict :5/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (10)
Amusante (6)
Originale (0)

2 membres partagent cet avis
3 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.055 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.141438 ★