Au temps béni des colonies

» Critique de l'anime Gate (TV 1) par sarthasiris le
26 Mai 2020

En août 1910. Après avoir mis la Corée à genoux. Le gouvernement Japonais fait signer un traité d’annexion à l’empereur d'une Corée qui restera une colonie Japonaise pendant près de 35 ans.
Même histoire pour l'invasion japonaise de la Mandchourie (Chine) qui sera une véritable boucherie. Mais quel est le rapport avec Gate me diriez-vous?

Gate c'est le parfait exemple de cet esprit colonialiste qui pousse l'homme à aller chercher des poux à son voisin. Et loin de moi l'idée de blâmer la mentalité Japonaise pour cette idéologie douteuse: la France et ses diverses colonies possède un passé similaire. Ce n'est pas un cas isolé.

L'épisode 1 se déroule assez rapidement. On passe d'un habile montage entre fiction et réalité. Le protagoniste tue des monstres sur son portable, il lève la tête, paf les monstres sont réellement là, il les tue réellement. On apprend qu'il est milliaire. Cool. Et qu'un portail mène à une autre dimension, que c'est comme ça que les monstres -tout droits sortis d'un univers d’héroïque fantasy- sont passés pour tout cramer dans Tokyo. Moins cool.
Sauf qu'on remarque vite que ces mêmes envahisseurs ne font clairement pas le poids face à l'armée Japonaise qui abat des dragons comme des mouches et qui ne tarde pas à repousser l'offensive. Pire, qui utilise ce même portail pour s'infiltrer dans ce fameux monde parallèle.

Déjà quelque chose ne va pas, si l'armée japonaise avait débarquée dans le monde parallèle sans que ce soit une contre-offensive, le spectateur n'aurait pas apprécié de voir ces militaires massacrer des centaines de milliers de péons via des armes futuristes. Il fallait justifier cette intrusion, de manière assez superficielle au final. Sauf que ce n'est pas cohérent dans la mesure où les militaires sont censés être ceux ayant des technologies futuristes, et donc ce sont eux qui seraient les plus susceptibles d'avoir la technologie nécessaire pour envahir un autre monde, de base. Mais le fameux "-ta gueule, c'est magique" est de mise ici. Malheureusement ça ne s'arrête pas là. On offre le beau rôle aux militaires, c'est eux qui sauvent les civils pendant que des dragons envoyés par les méchants nobles crament leur propres terres. La justification de tels actes c'est qu'ils appliquent la politique de la "terre brûlée". Mais sauf qu'ils font ça contre leur camp puisqu'ils brûlent leur paysans et leur citoyens gratuitement. C'est complètement con de brûler sa propre force ouvrière. Surtout qu'ils auraient pu les prévenir, la veille une bataille à eu lieu quasiment au même endroit.. Bref.

L'oeuvre est plutôt actuelle puisque le Japon n'a le droit qu'à des forces militaires d'autodéfense, à cause de sa constitution pacifiste rédigée par la contrainte sous l’occupation américaine d'après guerre. Le parti pris de Gates est celui d'un Japon du bon vieux temps, un Japon du temps béni des colonies qui n’hésite pas à étendre son empire par la force (notez ici l'euphémisme dans l'emploi du mot "force"). Et c'est triste de constater que le gouvernement de Shinzo Abe -l'actuel président du Japon- tend également dans ce sens en tentant de faire changer cet aspect de la constitution Japonaise.

Chaque bataille est mise en scène pour faire jubiler l'esprit va-t-en-guerre du spectateur, on joue même avec les codes du cinéma américain pour donner du cachet. Je pense notamment à l'épisode avec l'escadrille d'hélicoptère apache qui mettent "La chevauchée des walkyries" de Wagner. Référence explicite à Apocalypse Now. L'épisode se termine sans surprise par le massacre de centaines de brigands sans défense. Belle moralité s'il en est.
Assez curieusement (quoique) des affiches promotionnelles de l'anime Gate sont utilisées à des fins de propagande par le département de recrutement des Japan Self-Defense Forces (l'armée en gros). D'ailleurs, l'auteur Takumi Yanai est lui-même un ancien de la JSDF. Vous l'aurez compris, ça sent pas bon cette affaire.

En conclusion: Même si on ignorait le nationalisme décomplexé de l'oeuvre. L'anime reste objectivement une belle merde. Le personnage principal de 30 ans se retrouve vite entouré d'un bon vieux harem de gamines sans qu'on sache pourquoi elles l'ont suivi. Ça encore, n'importe quel glandu ayant vu trois animé y est habitué. Il n’empêche pas ce que soit toujours autant exaspérant. Les personnages au sens large sont relativement caricaturaux, ce qui n'est pas un mal en soi. Le traitement qui leur est réservé en revanche, lui est discutable. Ils sont unidimensionnels, d'un charisme qui ferait presque passer Fairy Tail pour une perle. Bref, fuyez pauvre fou.

Verdict :2/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (12)
Amusante (1)
Originale (0)

6 membres partagent cet avis
4 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

sarthasiris, inscrit depuis le 20/08/2011.
AK8.1.13 - Page générée en 0.04 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.189803 ★