Musashi - la Voie du Samurai (pour les nuls)

» Critique de l'anime Musashi : The Dream of the Last Samurai par Deluxe Fan le
25 Avril 2014
Musashi : The Dream of the Last Samurai - Screenshot #1

Vous pouvez croire que j’ai haussé un sourcil en me penchant sur Musashi - Sōken ni Haseru Yume avant de le regarder. Un long-métrage animé, adaptant la vie du légendaire Musashi Miyamoto, produit par Production IG, scénarisé par Mamoru Oshii (Ghost in The Shell, Patlabor, Jin-Roh) et avec au poste de directeur de l’animation Kazuchika Kise (actuellement réalisateur sur GiTS Arise), sorti en 2009 et passé complètement inaperçu même parmi les fans les mieux informés. J’ai d’abord cru à une anomalie, une erreur qui aurait fait dysfonctionner le monde de la japanimation tout entier. Puis je me suis mis dans la tête des rêves de grandeur, d’être celui qui ferai découvrir au monde un anime majeur mystérieusement oublié.
Puis, j’ai vu le film. Et les choses se sont expliquées d’elles-mêmes.

Musashi : The Dream of the Last Samurai - Screenshot #2Commençons par le commencement : Musashi n’est pas un film d’animation. En tout cas pas tel que l’entendent l’extrême majorité de ceux listés sur cette BDD. Alternant séquences animées, séquences en CG et prises de vue réelles, Musashi est un documentaire d’animation sur la vie de Musashi. Vous savez, comme ces documentaires produits par la BBC ou National Geographic dans lesquels des acteurs en costumes rejouent des scènes historiques pendant que tel ou tel expert commente le sujet. Sauf qu’au Japon ils sont pauvres, donc au lieu d’acteurs on a des personnages en dessin animé et au lieu d’experts on a une voix off qui raconte sa version des faits.

On comprend donc très vite pourquoi ce « film » d’une heure à peine n’a pas capté l’œil des fans, et on comprend moins ce que Prod IG et M. Oshii sont venus faire là-dedans. Mais laissons cette problématique de côté ; nous sommes ici pour critiquer, alors critiquons.

N’importe qui un tant soit peu versé dans la culture japonaise et en particulier dans le chanbara (récit de samurai) connaît Musashi Miyamoto et sa légende. Né à la fin du XVIe siècle, Musashi devient au fil de ses voyages un escrimeur de légende doublé d’un artiste et d’un philosophe. Réputé n’avoir jamais perdu un seul duel en soixante ans, il développa un style de combat particulier à deux sabres, un dans chaque main (Niten Ichi-Ryû). Son duel contre Sasaki Kojiro en 1612 fut chanté par les poètes des siècles durant. Versé dans toutes les formes d’arts, dont la calligraphie et la peinture, il se retira pour écrire le Gorin no Shô (Livre des Cinq Anneaux) qui donne les principaux éléments de sa philosophie, basés sur son expérience.

Musashi : The Dream of the Last Samurai - Screenshot #3Bien évidemment, Les faits historiques se sont mélangés aux rumeurs et aux légendes pour donner la figure aujourd’hui connue de Musashi. C’est d’ailleurs le premier souci de ce documentaire : dès le départ le film prétend raconter la « véritable » histoire de Musahi purgée des mythes et des fables ; or ce qui est montré dans le film est identique à ce que l’on peut lire dans les romans et mangas liés à Musashi. En fait, tout ce qui touche à Musashi lui-même dans le film peut être retrouvé sur Wikipédia, avec plus de recul sur ce qui tient du fait historique et ce qui tient de la fable.

C’est sans doute pour cela que le film dépasse largement son sujet pour nous proposer de très longues digressions sur des sujets annexes. La chevalerie en Europe au temps des croisades, l’usage des arbalètes en Chine, les tactiques militaires russes… Énormément de hors-sujet qui s’avère plus intéressant que le thème principal du film. Notamment un passage très instructif qui explique que la légende de Musashi, et le bushido en général, n’ont été popularisés que très tardivement au Japon (début du XXe siècle), sous l’impulsion du gouvernement impérial afin de galvaniser le peuple japonais et de lui faire retrouver un sentiment patriotique. La légende de Musashi s’inscrira peu à peu dans l’esprit collectif japonais jusqu’à la guerre sino-japonaise. Bref, on a parfois l’impression d’être devant un cours d’histoire raconté par un prof excentrique dont les digressions se trouvent être plus passionnantes que le programme scolaire en lui-même.

Sur la forme, les quelques passages animés nous font difficilement oublier l’absence d’un réel anime sur Musashi et plus largement le manque d’animes de chambara ces temps-ci. Les séquences en CG, les plus nombreuses, utilisent un graphisme SD et des gags cartoonesques qui semblent destiner le film à un jeune public, ce qui ne correspond pas forcément aux thèmes assez pointus abordés. De manière générale on a du mal à voir quel public est visé par ce docu-fiction, les connaisseurs en histoire et les fans de Musashi n’y apprendront pas nécessairement grand-chose et le grand public (occidental, tout du moins) risque de se retrouver perdu dans les noms, les dates et les termes. Cela dit le sujet reste passionnant en lui-même et donne envie d’approfondir la question en allant voir des films de samurai ou en allant lire le Vagabond de T. Inoue. C’est déjà pas mal.

Verdict :6/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (5)
Amusante (0)
Originale (1)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.053 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.174853 ★