On ne badine pas avec l'amour d'un démon

» Critique de l'anime Warau Hyôteki (Rumic World 3) par Sacrilège le
19 Novembre 2017
Warau Hyôteki (Rumic World 3) - Screenshot #1

Yuzuru, 16 ans, est en couple avec Satomi, jusqu’au jour où il doit revoir sa cousine, avec qui il est fiancé depuis l’âge de 6 ans, pour des raisons d’héritage familial ; point de détail qui lui était complètement sorti de la tête. Hélas, sa cousine Azusa n’a pas oublié la promesse qu’ils avaient faite étant enfants et a passé toutes ces années dans l’attente de le retrouver. C’est donc avec surprise et embarras que Yuzuru se rend compte que sa cousine a des sentiments pour lui, et elle de voir qu’il a complètement refait sa vie avec une autre fille. On pourrait assister à un règlement de comptes classique entre jeunes adolescents, mais c’était sans compter sur les pouvoirs assez spéciaux d’Azusa, qui sont aussi surnaturels que puissants.

Un triangle amoureux sous une ambiance surnaturelle, dit comme cela ce n’est pas forcément très engageant. Pourtant, la manière dont l’histoire est amenée et les événements sont tournés rendent le tout plutôt agréable. Nous ne sommes pas simplement dans une histoire où plusieurs personnes tombent amoureuses d’une seule au même moment et vont se crêper le chignon. Mais plutôt face à des promesses obligatoires faites jadis, qui ont coulé sous les ponts pour la moitié des protagonistes. La dualité qui va s’instaurer autour de la cousine et la petite amie officielle n’est d’ailleurs pas frontale et va franchir différentes étapes. Découverte de la situation, importance de jauger sa rivale (côté cousine) ou de se sentir déçue par son petit ami, jusqu’au point culminant où l’une d’entre elles se voit submergée par sa colère et ses pouvoirs surnaturels. Sans oublier le rôle de Yuzuru, déchiré entre son cœur et sa promesse passée, soucieux de ne blesser aucune des deux filles. La romance est ici intéressante, mais l’approche fantastique n’est pas véritablement une valeur ajoutée, plutôt un plus dont on aurait pu largement se passer.

Warau Hyôteki (Rumic World 3) - Screenshot #2Mais Warau Hyôteki n’est pas qu’une romance, loin de là. L’anime contient une grande part d’ombre ainsi que des scènes très dures : tentative de viol d’une enfant, agressions, représailles … Les scènes de souvenirs difficiles sont également traitées différemment au niveau des couleurs. Uniquement en noir et blanc, elles reprennent des couleurs une fois que les moments douloureux sont passés. De manière générale, les couleurs utilisées dans l’OAV sont réalistes, même si l’animation peut s’avérer peu fluide.

Le réalisme (hormis l’aspect surnaturel qui reste à mes yeux de trop) est véritablement ce qui frappe dans cet anime, aussi bien pour ce qui est des réactions et comportements des personnages vis-à-vis de leurs émotions, que pour les éléments de la vie de tous les jours.

Datant de 1987, Warau Hyôteki n’a pas tant vieilli et reste un bon anime pour être encore appréciable aujourd’hui pour ce qu’il est : un thriller romantico-fantastique.

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (8)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Sacrilège, inscrit depuis le 27/10/2005.
AK8.1.13 - Page générée en 0.031 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.129369 ★