Petit, tu sais dans la vie, y'a ni méchant ni gentil...

» Critique de l'anime Hunter x Hunter - The Last Mission par Equinox le
26 Mai 2015

Hier, alors que j'avais du mal à m'endormir et pas vraiment le coeur à regarder un reportage où du flic choppe du trafiquant, je me suis remémoré ces bons moments à regarder l'arc Chimera Ants de Hunter x Hunter (2011) une clope à la main, un thé dans l'autre et les yeux scotchés devant la maîtrise divine de l'animation, l'ost, le doublage etc...

De ces bons souvenirs je me suis dit que le temps était enfin venu de regarder The Last Mission, le second film de la franchise 2011 toujours piloté par Madhouse.

La déception du premier toujours en tête, je me suis dit que j'allais d'abord regarder les critiques avisées des membres de ce site avant de me lancer à l'aventure, histoire de prendre la température...

La première est franche, directe et dit que bien qu'il ne soit pas un chef-d'oeuvre au moins il flatte la rétine.

La deuxième est un cassage tellement violent qu'elle ferait pleurer ce pauvre Madhouse...

Mais plutôt que de suspendre mon jugement à la langue perfide de ce puriste d'Orphée, je décidais de regarder moi-même ce film pour me faire mon propre avis et peut-être redorer le blason de ce studio salit par une phrase finale autant assassine que scatophile.

Les enseignements de Phantom Rouge.

Cette-fois on commence direct avec du bourrin, de la grosse animation qui explose du rocher avec ce cher Nétéro contre Jed qui est une sorte de rival opposé : l'éternel combat de la lumière contre les ténèbres.

Après tout pourquoi pas, si on nous l'a servi dans Naruto, Yu-Gi-Oh et Fairy Tail, ça devrait passer avec Hunter x Hunter qui a le scénario qui se prête largement au délire des gros méchants torturés et ténébreux.

Donc ce Jed qui est accompagné de trois personnes qui maîtrisent l'On : une doctrine diamétralement opposée au Nen qui est apparemment basée sur la haine et la rancœur, il en veut sévère à l'association des Hunters.

Le Film commence là avec Gon qui se la joue à la Assassin's Creed en courant de toit en toit pour sauver le ballon envolé d'une gamine pendant que Kirua le suit avec son skate dans les rues de la ville de la Tour Céleste.

Premières images, premier choc : le Chara-design qui vire au Kawaii !

Vous savez, je suis loin d'être un puriste ou un fanât vouant un culte aux personnages mais bordel les grandes pupilles pétillantes de couleurs vives quand on sait qu'ils s'en sont pris pas mal dans la gueule avant d'en arriver là...

Surtout que revenant de Ore Monogatari, j'ai peut-être des hallucinations mal-tournées mais j'ai trouvé que Kirua ressemblait beaucoup à un Makoto-like dans le ton désinvolte et nonchalant de ce dernier.

Bref, ils retrouvent Zuchi qui sauve non pas la veuve et l'orphelin mais le riche et son porte-feuille puis leur dit accompagné de Wing et Biske qu'il va participer au Battle Olympia : le championnat final de la Tour Céleste supervisé par Nétéro en personne !

Mais évidement, les méchants débarquent et saccagent tout dans un bordel monstre; notre Pitch est là.

Un avis éclairé Equinox ?

Oui, ce film aurait pu être écrit par un assistant social japonais qui veut dire sous forme de parabole que dans un conflit, les tors sont partagés...

Mais bordel ta parabole s'appelle Hunter x Hunter qui est une oeuvre qui n'est pas sensée donner dans le social et qui en temps normal n'a pas froid aux yeux, pour preuve l'énorme braquemart que se tape Hisoka quand il rencontre Gon ou encore ce dernier qui se tape des vieilles en manquent d'affection et le relate de manière sereine à son pote autour d'une séance de muscu !

Je sais pas mais un film qui a pour propos que les Hunters ne sont pas tous des gens biens pendant 1h40... alors qu'on le comprends vite dans les 3 premières pages du manga... ça me paraît un peu facile et surtout bien calibré pour la tranches des 10-14 piges.

Sans compter la couche de miel que se tape ce pauvre Kirua qui est à la limite du fusionnel ! Comment reprocher après à ceux qui s'éclatent à faire du Yaoï quand on a un film à la limite de l'amitié++ ?

D'accord, l'ost est monstrueuse bien que re-pompée de l'arc Chimera Ants, l'animation est excellente bien qu'un peu à la ramasse par moment, budget oblige, et le bémol ne s’arrêtera qu'à la voix de Kirua un peu trop grave et celle de Jed beaucoup trop standard pour le grand méchant de l'histoire.

...Je pourrais écrire sans problème quatre pages pour citer tout ce qui ne tourne pas rond dans ce film mais bon, le mieux est de vous faire votre propre avis car cette critique s'annonce dans la lignée des précédentes avec une déception à la clé et un Madhouse qui n'a pas encore apprit la leçon de Phantom Rouge.

Au final, je dois des excuses à Orphée que je salue bien-bas.
Equinox.

Verdict :3/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (4)
Amusante (4)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
5 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Equinox, inscrit depuis le 31/03/2015.
AK8.1.13 - Page générée en 0.059 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.167204 ★