La sirène, pour un sushi 5 étoiles

» Critique de l'anime Mermaid Forest par RadicalEd le
15 Juin 2020
Mermaid Forest  - Screenshot #1

Nul besoin de présenter Rumiko Takahashi qui est la mangaka la plus connue et influente du Japon, mais ça ne coûte rien d'en remettre une couche. Donc, ses œuvres ont été un succès en manga et se sont toutes retrouvées adaptées en anime où, comme par hasard, elle furent également un carton. Donc après les adaptations de ses mangas les plus célèbres (Urusei Yatsura, Maison Ikkoku, Ranma et Inuyasha), ses one-shot furent également adaptées en 2003 avec Rumiko Takahashi Anthologie d'un côté et la série qui nous concerne: Mermaid Forest.
On ne va pas se mentir, les one-shot de Rumiko étaient en dessous de ses mangas phares et lui permettaient surtout de se changer un peu les idées. C'est ainsi que les différents one-shot de Mermaid Forest qui lui offraient l'opportunité de raconter des histoires un peu plus sombres, se sont retrouvées compilés en recueil et ont débouché sur cette série de 13 épisodes. On notera également que 2 des histoires avaient déjà connu une adaptation sous forme d'OAVs au début des années 90, ces deux OAVs étant respectivement reprises ici dans les épisodes doubles 4-5 et 12-13. En passant, on pourra se rappeler que les épisodes 12-13 avaient été édités séparément de la série en France, en tant qu'OAVs, pour escroquer un peu les gens, on dit merci Kazé.

Mermaid Forest  - Screenshot #2Donc, pour présenter rapidement l'histoire, on suivra les aventure de Yuta, un pêcheur qui a mangé de la chair de sirène il y a 500 ans et obtenu l'immortalité (il ne vieilli pas et ressuscite en une journée après une blessure mortelle). La chair de sirène est un poison qui tue instantanément ou transforme en monstre immortel un humain qui en mangerait mais, dans quelques cas très rare, elle apporte l'immortalité. Forcément, tout le monde veut en manger. Mais Yuta souhaiterait redevenir un mortel et, depuis, parcours le Japon en enquêtant sur les rumeurs qui semblent de près ou de loin liées aux sirènes.
La série est structurée principalement en histoires quasiment indépendantes avec des épisodes doubles qui permettent de développer un "mystère" et d'arriver ensuite à la résolution dans un second temps. Ça offre l'avantage de développer l'ambiance pour chaque histoire sans précipiter le déroulement, c'est plutôt un point réussi. De plus, les histoires alterneront entre des évènements passés et l'époque actuelle où Yuta est accompagné d'une autre immortelle: Mana. A ce niveau, la présence de Mana est plutôt intéressante car elle créé une dynamique plus naturelle avec Yuta mais malheureusement elle reste quand même sous-exploitée et surtout utilisée pour sa capacité à se fourrer dans des situations périlleuses.
Au niveau technique, la direction artistique, colorisation, photo et bande son, sont correctes sans plus, avec cependant un générique de début plutôt agréable. Le chara-design qui se rapproche un peu plus du style de Rumiko Takahashi en comparaison des vieilles OAVs, fonctionne bien et, en fait, supporte pas mal l'ensemble car le point noir de cette série est l'animation, en particulier les scènes d'action qui sont catastrophiques. Au niveau CGI, même pour l'époque, ils sont dégueulasses mais, heureusement, très peu présents.
Donc, pour faire court, la série fonctionne surtout grâce à sa narration assez réussie, l'ambiance qui est correctement posée et enfin son thème. Les différentes histoires structurées autour du folklore des sirènes ne lassent pas car, même si la plupart des éléments sont déjà connus ou prévisibles, l'angle choisi pour les exploiter est à chaque fois renouvelé. Enfin, la série est intéressante quand on est curieux de voir ce que Rumiko Takahashi pouvait proposer en dehors de son domaine de prédilection : la comédie. Ceux qui n'ont pas le courage de se lancer dans cette série de 2003, pourront attendre l’adaptation de son dernier manga Mao qui est censé être plus sombre que ses œuvres précédentes et se verra à coup sûr également adapté en animé...

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

RadicalEd, inscrit depuis le 26/01/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.04 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.189801 ★