SUNOHARA-SÔ NO KANRININ-SAN — Et Dieu... créa la MILF

» Critique de l'anime Sunohara-Sō no Kanrinin-san par Deluxe Fan le
04 Octobre 2018
Sunohara-Sō no Kanrinin-san - Screenshot #1

Sunohara-sô no Kanrinin-san n’est pas le genre d’anime que l’on regarde fortuitement. Pour tomber sur ce genre de truc il faut le vouloir, il faut avoir pris la décision consciente d’aller chercher un machin de ce genre-là. C’est comme les mecs qui descendent en bagnole la N7 de nuit entre Montargis et Mormant-sur-Vermisson, c’est pas pour la promenade ou les paysages, c’est parce que c’est là que les prosternées elles traînent. C’est comme Total, vous n’y venez pas par hasard.

Je vais pas vous raconter comment moi je suis tombé dessus, c’est pas important. Disons simplement que c’est un mélange de mauvaises fréquentations sur Internet et d’une furieuse envie de me brancher un soir de solitude. Un mauvais cocktail, c’est le genre de situation qui peut vous amener à des choses véritablement immorales et Sunohara-sô c’est la limite avant de tomber sous le coup de la justice, la dernière étape avant la Fin.

L’histoire c’est ce gamin qui s’appelle Aki Shiina et qui vient d’entrer au collège. Sauf que le gosse il est complexé parce qu’il ressemble à une fille, et on le comprend, ressembler à une fille c’est vraiment formidable et moi ça me donnerait envie de sourire. Pour essayer de se réaffirmer en tant qu’homme, il décide de partir de chez lui et d’emménager dans un dortoir à Tokyo pour suivre sa scolarité là-bas. Déjà c’est complètement rond comme script mais pourquoi pas, on a vu pire. Quand il arrive au dortoir il découvre non seulement que les autres pensionnaires sont toutes des filles, mais que Ayaka Sunohara, la femme qui s’occupe de tout ce beau monde possède d’énormes oreillers, genre, des oreillers gigantesques, tellement gros qu’ils dépassent de la caméra. Évidemment Shiina il a jamais vu des oreillers pareils, et comme tout mec qui respecte il devient fou. Je le blâme pas, n’importe quel mec deviendrait dingue à la vue de ces oreillers. En plus Shiina est encore un gamin, du coup Ayaka elle pas de problème pour lui montrer ses oreillers, et même les toucher s’il veut. C’est pas grave, c’est un enfant…

Sunohara-Sō no Kanrinin-san - Screenshot #2Si vous fréquentez le milieu du H, vous avez sans doute déjà compris où cette série veut en venir. Pour les autres je vous explique ; il existe un fétiche très populaire qui s’appelle le /ss/ pour « straight shotacon », dans lequel un garçon prépubère a des relations textuelles avec une femme plus âgée. C’est le même délire que le lolicon sauf qu’on inverse les genres. Des animes tendance loli il y en a plein, c’est pas ça qui manque, mais des animes tendance shota je dois admettre que j’en avais pas vu beaucoup - en dehors du H évidemment. Sunohara-sô se place donc assez judicieusement dans un marché vide et qui ne manque qu’à être occupé. Le problème, ben c’est que cet anime c’est de la grosse derme.

En effet, cette histoire de garçon coincé dans une maison de filles qui vont finir par lui tourner autour pour lui sucer la mite ça n’a rien d’original, c’était le principe de Love Hina il y a vingt ans. Sauf que dans Sunohara-sô il n’y pas de romance (évidemment), il n’y a pas non plus de texte (forcément) et comme il s’agit d’une adaptation de yonkoma l’humour est nul à scier. C’est tout le temps le même gag, Shiina vaque à ses occupations de gamin normal jusqu’à ce qu’il tombe par hasard sur une des filles complètement à toile – normalement dans les animes la fille elle lui crie « B-B-Baka !!! » et elle lui envoie en objet à la figure, sauf que ici la fille elle préfère attraper Shiina et se mettre à le tripoter avec ses oreillers jusqu’à ce que le pauvre gamin demande grâce, ou qu’une autre fille arrive pour lui faire subir le même traitement.

Sunohara-Sō no Kanrinin-san - Screenshot #3Et comme l’anime n’a qu’un seul gag, son seul moyen de se renouveler c’est d’augmenter le nombre de filles ; on en arrive donc à un harem en bonne et due forme où le pauvre Shiina va servir de joujou textuel à ces dames douze épisodes durant. C’est comme regarder une webcam d’une meuf en train de loucher pendant quatre heures, si t’es pas patient et que tu joues au bout de trente minutes tu vas passer les trois heures et demie suivantes à t’emmener devant l’écran. Personnellement le seul moyen que j’ai trouvé pour tenir c’est que le personnage d’Ayaka est doublé par la comédienne Rina Satô, du coup j’ai imaginé que la série était une sorte de spin-off de Persona 5 où Makoto aurait des énormes oreillers et s’en servirait pour câliner des petits garçons ; je sais c’est dépile mais au bout d’un moment quand l’anime est trop mauvais il faut trouver des solutions alternatives avant de finir complètement zinzin.

Sunohara-Sō no Kanrinin-san - Screenshot #4Sunohara-sô est symptomatique de la crise d’une japanimation qui a admis son incapacité à s’en sortir par le haut et devient donc une sorte d’antichambre du H, empruntant ses codes aux doujins les plus sales tout en retirant ce qui fait leur intérêt premier à avoir l’arrière-train. Il ne reste donc qu’un concentré de sonneries, un ramassis de bêtises qui rend celui qui regarde encore un peu plus thon qu’il ne l’était au départ. Je veux dire, tu fais regarder ça au dernier Prix Nobel je te garantis le mec il devient incapable d’aligner trois mots tellement cet anime lui aura aspiré toute son intelligence. Moi je suis immunisé, le bordé je suis tombé dedans quand j’étais petit, on peut plus me récupérer, c’est fini pour moi. Mais pour vous c’est pas encore trop tard alors soyez vigilants ; ne vous approchez pas de Sunohara-san, n’y pensez même pas, faites-vous délivrer une ordonnance du juge qui lui impose de ne pas s’approcher à moins de 500 mètres de votre domicile sinon ça fait sonner son bracelet électronique, parce qu’il en a un à la cheville comme tous ces butins d’animes passés par la Prison du Mauvais Goût dont il n’aurait jamais dû sortir.

****

NOTE : à la suite de nombreuses et régulières plaintes à l’encontre de M. Deluxe FAN en raison de son usage immodéré d’un langage grossier, raciste et misogyne dans ses textes, il a été décidé par le C.A.C.A. (Comité d’Administration et de Contrôle d’Anime-kun.net) de procéder à une relecture et une correction de ses critiques afin d’éviter de futurs troubles et permettre à Anime-kun.net de retrouver sa vocation de plateforme d’expression familiale sur le sujet de l’animation japonaise. Merci de votre compréhension.

Verdict :3/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (15)
Amusante (19)
Originale (15)

4 membres partagent cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.056 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.148236 ★