Towa no Quon - autopsie d’un blockbuster

» Critique de l'anime Towa no Quon par Deluxe Fan le
23 Février 2012

L’annonce de Towa no Quon fut suivie d’une certaine attente de la communauté. Les coulisses du projet intriguaient : le réalisateur Iida Umanosuke est décédé l’an dernier durant le développement de l’anime. Un an plus tard, le studio Bones relance le projet et met les petits plats dans les grands : des vétérans de la japanime sont appelés, tout comme le compositeur Kenji Kawai pour le volet musical. Les doubleurs ne sont pas non plus des inconnus avec Hiroshi Kamiya pour le lead role ou encore Jouji Nakata en guest. Le format choisi est celui de six doubles épisodes de cinquante minutes, ce qui généralement est la marque des projets ambitieux en termes de technique.

Mais après tout ce namedropping, vous vous posez certainement au moins une question. Et je sais laquelle : pourquoi diable cet anime est-il à ce point passé inaperçu ? Début de réponse.

Puisque l’on parlait de technique, commençons par là. Towa no Quon est loin d’être horrible mais est franchement inégal. L’accent a été mis sur l’animation, notamment celle des combats, qui très fluide et riche en sakuga et autres joyeusetés. Rien à redire là-dessus, les affrontements sont magnifiques. En dehors de cela, le chara-design est quelconque, les décors sont ternes et les couleurs fades. Pareil d’ailleurs pour la musique ; on reconnaît le style de M. Kawai, mais on a l’impression, qui reviendra souvent au cours du visionnage, que tout cela a été fait sans trop y mettre de passion.

L’univers de Towa no Quon ne va chercher bien loin puisqu’il nous raconte pour la énième fois l’histoire d’un groupe de mutants doués de superpouvoirs (les Attractors) qui devront se cacher aux yeux du monde et notamment de Kestos, la vilaine organisation de cyborgs dont le but est de le traquer pour les tuer. Les Attractors sont menés par Quon, archétype du héros de japanime moderne, qui a une gueule d’ange et qui veut protéger tout le monde, mais qui cache un bien lourd passé blablabla… Les capacités des Attractors sont de divers types avec là encore une grosse inégalité : certains comme Quon peuvent se transformer en espèces d’armures de sentai surpuissantes, tandis que d’autres ont des pouvoirs de merde du genre parler aux animaux ou aux plantes…

Le scénario n’est pas plus nuancé, avec un manichéisme tout simplement gerbant. Encore une fois, soit les auteurs visaient un public plus jeune que ce que l’on aurait pu croire, soit ils n’en avaient rien à foutre. Les personnages sont unilatéraux, pétris de bons sentiments, sauf le méchant qui est très méchant et qui veut contrôler le monde, comme d’habitude. Les rebondissements sont visibles à dix kilomètres, aucune recherche n'est faite en termes de mise en scène. Le background de l’univers est expliqué de manière minimale, celui des nombreux personnages est pratiquement inexistant.

Towa no Quon sera plus ou moins bon ou mauvais selon vos standards. Dans la mesure où il ne contient quasiment pas de vulgarité, et que son scénario est bébête mais relativement cohérent, il pourra satisfaire le public le moins exigeant. Personnellement, j’ai trouvé cet anime très sec, sans réel propos, et que les jolies animations ne parvenaient pas à cacher la pauvreté de la direction artistique. Intéressant sur le papier, Towa no Quon est finalement un anime anecdotique dont tout le monde a déjà oublié l’existence. Un peu à l’image de ce que Bones nous sort depuis quelques temps déjà.

Les plus
- Les combats sont particulièrement bien animés, y'a pas à chipoter
- Format plutôt adapté

Les moins
- Direction artistique insipide
- Chara-design très moyen
- Univers et histoire sans réel intérêt
- Personnages et dialogues sans saveur

Verdict :4/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (4)
Amusante (0)
Originale (0)

1 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.047 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.174233 ★