Himoto! Umaru-chan — RencontreUneGeek.com

» Critique de l'anime Himôto! Umaru-chan (TV 1) par Deluxe Fan le
12 Mars 2018
Himôto! Umaru-chan (TV 1) - Screenshot #1

Himôto Umaru-chan est un manga d’humour écrit et illustré par Sankaku Head et publié depuis 2013 dans le Weekly Young Jump, le magazine seinen de la Shueisha. Il raconte l’histoire de Umaru Dôma, une jeune fille de seize ans absolument parfaite en tous points, que ce soit au niveau du physique que des manières ou des études. Toutefois, dans le privé, elle se transforme en une sorte de créature étrange qui se goinfre de cochonneries en regardant des animes et en jouant aux jeux vidéo. Le seul à connaître les deux facettes de la personnalité de Umaru est son frère Taihei, salaryman asexuel dont la tête rappelle celle de Cheren dans Pokémon Noir & Blanc, je sais pas, on dirait vraiment lui.

Toute la sève comique de la série viendra de ce contraste entre l’apparence idéale de Umaru et son comportement d’otaku irrécupérable ; une idée qui rappelle un peu Oreimo, à la différence que Umaru-chan c’est vraiment drôle et c’est pas dégueulasse. L’adaptation anime a été produite par le studio Dogakobo en 2015, avec une suite l’année dernière et sans doute une autre après dès que le manga aura assez avancé. Les ventes n’ont pas été particulièrement impressionnantes mais l’anime a connu son succès dans l’otakusphère Internet, et si vous me lisez ici alors vous avez sans aucun doute déjà vu Umaru quelque part, que vous l’ayez voulu ou pas.

Himôto! Umaru-chan (TV 1) - Screenshot #2La première chose qui interpelle avec Umaru-chan c’est que même s’il s’agit d’une comédie qui ne prétend en rien au réalisme, il faut néanmoins encaisser une prémisse particulièrement ridicule : une fille qui regarde des animes et joue à des jeux vidéo. Faut avoir beaucoup d’imagination pour penser à quelque chose d’aussi insensé, c’est comme une fille qui s’intéresserait la Ligue 1 ou qui saurait conduire. Tout le monde sait que les filles ne regardent pas d’animes et ne jouent pas aux jeux vidéo, c’est comme le monstre du Loch Ness, c’est une légende sans fondement. Alors oui c’est vrai j’ai moi-même déjà rencontré des filles dans des conventions du style Japan Expo mais elles sont là pour acheter des fringues et faire du cosplay entre copines, elles ne savent pas vraiment de quoi il s’agit. La dernière fois que j’ai demandé à une fille si elle avait déjà vu un anime elle m’a répondu Legend of Korra (c’est vraiment débile une fille, en plus de sentir mauvais).

Heureusement l’animation japonaise permet de raconter tout ce que l’on veut y compris les trucs les plus absurdes, du coup on va rire de la double vie de cette fille et de son pauvre tsukkomi de frère qui subit ses caprices… Et c’est à peu près tout, car l’anime ne propose qu’un seul et unique gag en réalité, décliné de toutes les manières possibles. Il s’agira à chaque fois pour Umaru de trouver un moyen d’assouvir ses besoins en junk food, en anime ou en JV au dépens de son frère et sans se faire repérer par les gens qui voient en elle une sorte de déesse vivante tombée du Paradis pour racheter nos péchés. Et mine de rien ça fonctionne, grâce à un rythme rapide qui empêche les gags de s’éterniser. Le manga original ne fait que huit pages par chapitre, l’adaptation peu ainsi caser jusqu’à environ cinq séquences par épisode du coup on s’emmerde pas.

Le point qui m’a finalement le plus plu dans la série (en dehors de Ebina-chan parce que les brunes timides à gros seins c’est exactement ce que je ne déteste pas) tient à son haut taux de références, ce qui est logique pour un anime dont le sujet est justement le mode de vie geek qui consiste à consommer de la culture de divers types et en grande quantité. Et lorsque je me suis rendu compte que je reconnaissais toutes les références y compris les plus obscures et les mieux planquées j’ai compris que l’anime s’adressait aux gens comme moi et méritait donc son succès.

Je vais pas vous dire qu’à chaque épisode de Umaru-chan je terminais par terre à rouler de rire en me tenant les côtes mais il y a des passages sympas et ceux qui le sont moins passent rapidement de toute façon. Et puis quitte à regarder un anime qui parle des otakus autant que ce soit sous la forme de lycéennes kawaii, ce sera toujours plus joli et moins barbu que les otakus de la réalité.

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (8)
Amusante (9)
Originale (0)

2 membres partagent cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Deluxe Fan, inscrit depuis le 20/08/2010.
AK8.1.13 - Page générée en 0.04 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.138977 ★