Une série de foot crédible? Ca existe.

» Critique de l'anime Days par orphée le poète le
05 Mars 2017

Quand on parle de mangas sur le sport, on nous renvoie souvent l'image d'un Olive et Tom, avec des terrains qui font des kilomètres, des frappes à 45 mètres qui sont téléguidées dans les cages, des techniques de la tour Eiffel... bref, un anime absolument pas crédible qui amène à croire que les sportifs sont tous des génies capable de manipuler la matière et le temps en ayant la force d'un Saitama et l'agilité de Naruto.
Et pourtant...
Il existe aussi des mangas avant pour vocation de proposer une histoire crédible, documentée qui représente d'avantage un sport réaliste avec des personnages normaux. On avait notamment Suzuka en 2004, qui était plus centré sur la vie amoureuse des personnages que sur leurs performances sportives qui semblaient pourtant réalistes et intéressantes.
Un peu par hasard, je suis tombé sur Days, qu'un proche m'avait présenté comme un anime assez réaliste sur le football. Comme j'aime bien le foot (je l'avoue...) et j'ai un abonnement ADN, j'en ai profité pour essayer, on ne sait jamais.
Avant de me lancer dans l'aventure, on avait justement eu une discussion avec cette personne. Si un manga de sport devenait crédible, ne perdrait-il pas toute saveur? Est-il possible de raconter une histoire centrée sur le sport, sans en faire des caisses, sans tirs de la mort, sans suspense maintenu sur trois épisodes... sans dose épique tout simplement? Peut-on faire un manga intéressant et crédible sur le sport sans qu'il soit ennuyeux? Days a-t'il réussi à valider le succès Steam associé à ce défi?

Days est un manga démarré en 2013 et toujours en cours, publié dans le Weekly Shonen Magasine, écrit et dessiné par Yasuda Tsuyoshi (Over Drive). Il a été adapté en anime en 2016 par le studio MAPPA, assez jeune. La réalisation fus confiée à Kōnosuke Uda, un réalisateur d'expérience puisqu'il a dirigé les 278 premiers épisodes de One Piece (rien que ça...).

Alors Days, de quoi ça parle?

La naissance d'un nouveau Dieu du Stade?

Days raconte l'histoire de Tsukamoto Takuto, jeune lycéen un peu trop ordinaire, très discrèt, gentil et timide, s'excusant tout le temps... bref, le héros classique d'un manga de tranche de vie. Il s'occupe de sa mère paraplégique depuis l'accident de voiture de son père. Ses amis se font rares et il n'a pas la volonté d'aller de l'avant avec les gens. Pourtant, son manque évident de charisme a quand même convaincu Jin Kazama, un camarade de classe populaire de l'inviter à une partie de foot en salle avec des adultes, sans prise de tête. N'ayant jamais joué au foot, Tsukamoto est catastrophique pendant la partie. S'attendant à se faire accabler par les reproches, Tsukamoto est surpris de constater que ses partenaires de jeu l'encouragent et que tout le monde semble sympathique avec lui. Ayant peu de vie sociale, il associe mentalement le football avec le rapport humain. Ainsi, bien que n'ayant aucune expérience, il décide de rejoindre le club de football de Jin, le club Seiseki, afin de démarrer sa vie sociale et d'apprendre le football.
En entrant dans le club Tsukamoto apprends que Jin est un joueur de haut niveau formé depuis sa jeunesse pour jouer au foot. De plus Seiseki est un club très élitiste qui ne prends pas le sport à la légère et n'accepte pas les débutants. Se rendant compte de son manque flagrant de talent, Tsukamoto décide de tout miser sur ce qu'il sait faire: courir. Comme il n'a ni l'agilité, ni la force, ni la stratégie, ni la vista pour être un grand joueur de foot, Tsukamoto est persuadé que s'il court plus vite et plus souvent que les autres, il arrivera a avoir de l'impact sur le jeu.
Ainsi Days racontera l’ascension de Tsukamoto au sein de l'équipe Seiseki, ainsi que le parcours de cette équipe dans les différents tournois régionaux ayant lieux pendant l'année scolaire.

Le football est un sport d'équipe...

Days a le mérite d'avoir très bien compris le football. Je m'y connais un peu en foot pour avoir suivit l'équipe de ma ville de Bordeaux pendant plusieurs années. Si j'ai appris quelque chose dans le football de haut niveau, c'est que sans stratégie et sans cohésion, une équipe ne peut pas tourner. Days a le mérite d'avoir fait beaucoup de recherches sur le fonctionnement de ce sport au point qu'on peut deviner les feuilles de matches de l'équipe Seiseki (Un 4-2-3-1 avec une sentinelle, un défenseur relanceur, un milieu passeur, et un 10, pour les connaisseurs). Les joueurs jouent vraiment à leur rôle et c'est un bonne chose pour la crédibilité de l'anime. J'ai remarqué que l'avant centre de l'équipe, Kiichi Oshiba, marque assez peu et joue comme un pivot. Il provoque l'adversaire, contient la balle et la fait circuler vers l'ailier star (Jin) pour créer des ouvertures ou vers le milieu offensif (Hisahito) pour amener du danger...
Le manga est crédible dans les stratégies utilisées. Que ce soit avec l'équipe qui joue à l'Italienne en faisant de la défense à 10, en cherchant à casser le jeu afin de jouer la montre et d'obtenir des penaltys ou des buts sur contre, ou via l'équipe qui maintient un pressing constant et joue dans le dos de la défense. Le déroulement des matchs est crédible et on comprends que sans cohésion d'équipe, même les joueurs phares ne peuvent rien. On assiste à de nombreuses réunions tactiques, des phases de jeu collectives... On a l'impression de regarder un match à la télévision.

... avec des performances individuelles

La plupart des personnages de l'équipe Seiseki ont droit à leur moment de gloire, ce qui permet de constater l'importance de chaque joueur dans l'équipe. On observera notamment le défenseur libéro (Usui) ou le relanceur pouvant jouer latéral, dont le duo avec Usui permet de maintenir l'équipe dans le match et d'éviter la défaite. Le rôle de chaque joueur est détaillé tout au long de l'oeuvre et on comprends pourquoi chacun est à sa place et ce que chaque joueur apporte à son poste. Chaque matchs suivit se débloque grâce à un personnage différent, ce qui permet de connaitre presque tous les membres de l'équipe et de comprendre leur psychologie.
Mais l'anime est surtout fait pour suivre Tsukamoto qui n'a aucun talent. Et pourtant, l'auteur a su faire évoluer ce personnage de manière cohérente. Il ne deviendra pas Zidane en deux mois. Tsukamoto évoluera tactiquement sans pour autant être capable de marquer sur commande ou d'avoir un jeu technique. Son rôle se cantonnera à créer la surprise, s'impliquer pour l'équipe en faisant preuve de beaucoup d'abnégation.
C'est justement ce point qui fait l'originalité de l'anime. Le héros n'est pas brillant, il ne crève pas l'écran, n'a pas confiance en lui, ne marque jamais et pourtant, il est important, agit dans l'ombre et arrive à faire basculer les parties par le fait qu'il connait ses limites et décide d'oublier son égo et de se concentrer sur la récupération de balles et la transmission vers les joueurs les plus capables de marquer. On est loin du Olivier avec ses buts magiques. Ce héros est transparent et pourtant au combien important pour l'équipe.

Ce qui se passe dans les vestiaires

Mais en dehors des matchs, les joueur ont évidemment une vie, et il faut en parler.
On suivra ainsi l'impact des matches sur la psychologie des joueurs dans la gestion de leur vie. Car quand on travaille dans le haut niveau, il faut savoir "gérer" sa vie, utiliser chaque minutes intelligemment afin d'être toujours au top de sa forme. Savoir quand s’entraîner, quand reposer son corps, son esprit.
L'auteur a choisit de rendre le sport omniprésent dans sa série, jusque dans la vie des personnages, ce qui pourrait être une bonne chose si c'était mieux dosé. En effet, on sait très peu de la vie des personnages en dehors du terrain. Le passé de Tsukamoto, qui est pourtant le héros, est survolé, bien qu'il y ait beaucoup à dire (sur son amie d'enfance ou sa mère paraplégique), on ne sait rien de la vie de Jin, celle de la manager... De plus, certains personnages, pourtant attachant, ne sont pas retenus dans l'équipe type et ont finalement peu de temps de parole sur le terrain. Il aurait été intéressant de rattraper ce retard de traitement avec des séquences de tranche-de-vie, mais il n'en est rien. Ces personnages sont donc condamnés à vivre en tant qu'invisibles, ignorés, dont tout le monde se fout. Ils ont peut être des frères et sœurs, un chat qui vient de mourir, un enfant qui sait... on n'en saura rien.

Pas d'abonnement Canal, passez au streaming

Le streaming de chaîne licenciées, c'est illégal. Ne vous attendez pas à de la top qualité.
Et c'est précisément le gros problème de cette série qui vous donne l'impression que vous êtes en train de regarder un match de foot en skread sur votre plateforme pirate préférée.
L'animation est pas terrible, avec beaucoup de plans fixes et de réutilisation de séquences, le chara-design est sympathique mais visuellement, cette série n'a rien de grandiose. Musicalement c'est la même chose. Entre l'opening auto-thuné, les musiques fort oubliables, on a l'impression que peu de moyens ont été mis dans la production de la série. C'est dommage. On verra pour la saison 2...

Bref...

Days n'est pas un chef d'oeuvre, probablement pas l'anime de sport de référence, ni un de ceux que vous reverrez. Mais il a le mérite d'avoir une personnalité, de traiter le football avec un regard intéressant et de savoir de quoi il parle, puisque bien documenté et très crédible (seul hic à ce niveau là, les arbitres ont tendance à être laxiste, parce qu'un attentat avec le pieds en l'air pour anéantir une occasion de but dans la surface en étant le dernier défenseur, c'est carton rouge et penalty non négociable, même si le défenseur a touché le ballon...).
Les personnages sont sympatoche, ça se regarde bien et le rythme nous permet d'oublier l'animation un peu cheapos.
Bref, je recommande cette série aux amateurs de football ou de sport en général, puis à ceux qui veulent regarder une série sans prise de tête un dimanche soir. Quant à moi, je suivrai la saison 2 quand elle sortira.

Days: 13.5/20

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (4)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
3 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

orphée le poète, inscrit depuis le 13/03/2015.
AK8.1.13 - Page générée en 0.035 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.129369 ★