Kanashimi no Belladonna

Kanashimi no Belladonna

Jeanne et Jean sont amoureux, mais pour se marier ils doivent payer une taxe très lourde à leur seigneur le Baron. Incapable de rassembler une telle somme, Jean est renvoyé du château, laissant Jeanne à la merci du Baron. Celui-ci la viole et la chasse. Jeanne et Jean vivent désormais ensemble, mais plus rien n'est comme avant. C'est alors que le diable va apparaître et faire de Jeanne une sorcière puissante, respectée et désirable, tandis que Jean sombre dans la déchéance...
Un film expérimental extrêmement érotique, basé essentiellement sur la succession d'images fixes ou très peu animées, avec des moments de pure exploration visuelle où le scénario disparaît totalement, le tout accompagné d'une musique psychédélique qui ancre définitivement le film dans l'ambiance des années 60.

"Kanashimi no Belladonna" est la libre adaptation de "La Sorcière", écrit par Michelet (1862). De l'ouvrage, le film ne retient que la dimension poétique et féminine (pour ne pas dire féministe - avant l'heure). Ce film s'inscrit par ailleurs dans la série des "Animerama", trois films à destination d'un public adulte produits par Tezuka. Ce film est le dernier des trois, les deux premiers étant "Les Mille et une nuits" (1969), le second "Cleopatra" (1970).

Synopsis soumis par watanuki

Aiko Nagayama (Jeanne), Katsutaka Ito (Jean), Tatsuya Tashiro (Sorcière)

  • Licencié : oui
  • Titre français :
  • Editeur: Eurozoom (Cinéma)
  • Kanashimi no Belladonna - Screenshot #1
  • Kanashimi no Belladonna - Screenshot #2
  • Kanashimi no Belladonna - Screenshot #3
  • Kanashimi no Belladonna - Screenshot #4
  • Kanashimi no Belladonna - Screenshot #5
  • Kanashimi no Belladonna - Screenshot #6
  • Kanashimi no Belladonna - Screenshot #7
  • Kanashimi no Belladonna - Screenshot #8

Critiques des membres

#Par Cheesus le 14-02-2010

9

Kanashimi no Belladonna fut le dernier film de Mushi Production (Astro Boy, Le Roi Léo), studio fondé par Osamu Tezuka. Ce dernier n'a pas cependant pas participé à ce qui peut être considéré comme le chant du cygne du studio. Troisième volet de la trilogie pour adulte Animerama, Belladonna est une œuvre complètement à part dans le monde de l'animation, inclassable dans les catégories traditionnelles tant par le propos que par la forme, et vouée dès sa naissance à une mort commerciale certaine. Le film est une adaptation de La Sorcière de l'historien Jules Michelet, essai peu orthodoxe mêlant l'analyse historique au récit fictif. Férocement anticlérical, l'ouvrage tente de décrire et de [...] Lire la critique

AK8.1.13 - Page générée en 0.039 seconde - 6 requêtes ★ DB.8.0.147031 ★