Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Le gourmet solitaire: un livre à déguster

» Critique du manga Le Gourmet Solitaire par Nuits le
24 Septembre 2015

Le gourmet solitaire, publié en 1997 au Japon et en 2005 en France, est une œuvre paradoxale dans le parcours artistique de Taniguchi. C’est une œuvre à part dans la mesure où il s’agit d’une succession de scènes, sans histoire générale : on s’éloigne du récit familial ou du récit d’une éclosion individuelle chers à l’auteur. Toutefois, Le gourmet solitaire peut également apparaître comme le paroxysme du style Taniguchi, poussant au bout son goût pour la contemplation et sa volonté de partager une vision du Japon actuel. On y retrouve donc un récit tout en finesse et en nuances mais dont la lenteur et le caractère parfois impersonnel peut rebuter.

Dans Le gourmet solitaire nous suivons le chemin d’un homme d’affaires travaillant dans l’import-export au fil de ses déplacements professionnels. On sait peu de choses sur lui : qu’il ne boit pas, qu’il aime les femmes mais préfère vivre seul mais surtout, que c’est un gastronome, un homme qui aime bien manger, apprécie sa nourriture. Chaque chapitre correspond donc à un moment de repas. L’ouvrage se résume donc à suivre un homme qui a faim et qui mange.

Ce point de départ est d’une simplicité déconcertante et on retrouve là déjà quelque chose de Taniguchi. Il conduit à un développement très répétitif : un chapitre correspond à un lieu, un plat, une expérience de dégustation. En cela, je pense qu’il peut être très profitable de lire le livre en plusieurs fois, les chapitres demeurant indépendant les uns et les autres, afin d’éviter l’effet de répétition. Il ne faut pas espérer qu’un développement psychologique ou sentimental, vienne vraiment émerger.

Le livre est plutôt une ode au Japon par le biais de sa nourriture, une expérience contemplative partant d’un des besoins les plus simples de l’homme. A partir de la peinture de plats très différents, dans des atmosphères contrastées, l’auteur fait évoluer son personnage dans des Japon aux multiples visages. Comme toujours avec Taniguchi, les décors sont soignés, nets et se dégage une véritable ambiance. Les plats sont bien dessinés, décris avec précision et envie par le personnage. La nourriture est alors le point de départ d’une analyse mais aussi le point de départ du souvenir, de la pensée. La nourriture est le point de départ d’un voyage, voyage vers le passé, voyage dans le Japon.

En somme, en ouvrant Le gourmet solitaire, le lecteur ne doit pas s’attendre à ce qu’on lui raconte une histoire. La seule chose qui nous est raconté, indirectement, avec la finesse toute particulière de Taniguchi, ce sont des esquisses du Japon, la tendresse envers un pays à travers sa nourriture. En cela, le livre est très communicatif. Mais il est à déguster à la manière d'un gourmet: en prenant son temps, et en se laissant porter par le rythme lent des atmosphères.

Ah, et surtout, sachez-le : le livre donne faim. Vraiment.

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (7)
Amusante (0)
Originale (1)

1 membre partage cet avis
1 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

Nuits, inscrit depuis le 12/11/2013.
AK8.1.13 - Page générée en 0.036 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.111495 ★