Anime-Kun - Webzine anime, manga et base de données

Critique du manga Tripeace

» par kuchiki byakuya le
17 Mai 2012
| Voir la fiche du manga

Tripeace a beaucoup misé sur son humour, omniprésent tout au long des 11 tomes. Déjà, le héros, hyper-amnésique, qui a tout oublié, même les mots les plus simples et les plus courants. Avec ce mal pour le moins original, le manga partait plutôt bien. De situations cocasses en situations cocasses, on se plait à lire chaque tome, même si tout n’est pas centré sur l’humour. Il fallait un minimum de sérieux pour une aventure. On rit beaucoup dans le premier tome mais on a aussi les bases de l’histoire, à savoir la disparition de la guerre. Voilà le but de Nana, but louable certes mais fruit d’un esprit complètement chamboulé. Pour se faire, il rejoint une organisation qui s’est fixée le même objectif: la disparition de la guerre.

A partir de là, Nana devient encore plus drôle puisque sa troisième de méditation n’est autre que le travestissement (pas vraiment par choix, puisque cette particularité s’est imposée à lui pour ne pas se faire griller). Discrètement, on aperçoit une toute petite partie de ce que fut Nana avant son amnésie. On a donc envie d’en savoir plus sur ce personnage haut en couleurs, qui semblait totalement différent avant. Mais pendant plusieurs volumes, ce n’est que combats contre la guerre, avec toujours une justification valable (je veux dire par là que Nana est peut-être devenu idiot mais ses raisons sont louables). Dans cette quête improbable, il est accompagné par une bande de joyeux drilles, tous plus cinglés les uns que les autres (bourrins, fofolles, groupie, etc… ).

Les personnages sont en effet très travaillés. Comme par exemple Belial, bourrin au grand coeur, qui semble toujours fatigué. Mais quand il s’agit de se battre, il n’est pas le dernier. Shiro est celle qui est la plus proche de Nana, pour diverses raisons, mais qui disparait plusieurs fois sans raison dans les tomes. On ne la voit pas du tout dans l’avant dernier tome, alors que c’est l’autre personnage important. Et puis son caractère n’est pas assez travaillé à mon goût alors qu’il y avait la possibilité de faire une excellent personnage avec ce petit bout de femme. Quant au héros, il est drôle, mystérieux à souhait et déroutant quand vient l’heure des révélations sur son passé. On s’y attendait un peu mais j’avoue que sa vraie personnalité m’a un peu surpris, même si c’est très bien amené et plutôt bien joué.

Par contre, j’apporterai un énorme bémol sur la fin qui est vraiment bâclée. On sent que le scénario n’est pas toujours maitrisé mais là, je dois dire que je suis déçu que tout se termine si brutalement. Et je ne pense pas qu’on puisse parler de fin ouverte car il n’y a PAS de fin, ni près, ni de loin. Alors que l’avant dernier tome nous apportait son lot de surprise, le 11ème fait pâle figure en laissant tout tomber, en donnant des « réponses » à la va-comme-je-te-pousse et en occultant une bonne partie de tout ce qu’on a vu jusque là. Du coup, la chute est encore plus terrible qu’on appréciait de lire cette petite aventure. C’est d’autant plus frustrant que les « méchants » de l’histoire venaient à peine d’apparaitre. Je crois sincèrement que deux ou trois tomes de plus, pour étayer le tout, n’auraient pas été de trop.

Tripeace a été une bonne surprise au début, qui a perdu en intensité vers le milieu, pour finir comme un soufflet sur la fin. C’est vraiment énervant car il y avait tout pour faire un petit manga, pas long (11 tomes) et plaisant.

Verdict :6/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (1)
Amusante (0)
Originale (0)

0 membre partage cet avis
0 membre ne partage pas cet avis

A propos de l'auteur

kuchiki byakuya, inscrit depuis le 24/08/2006.
AK8.1.13 - Page générée en 0.049 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.196545 ★