“Les contes de fées sont les romans érotiques des enfants.” J. Paulhan

» Critique de l'anime Shirayuki Aux Cheveux Rouges (TV 1) par Kilddra le
29 Août 2016

Akagame no Shirayuki Hime est tiré d'un manga du même nom, sorti en 2007 et écrit par Akizuki Sorata.

L'histoire est basée sur le conte de Blanche Neige. Mais je n'apprends rien à personne en disant cela. Soit.
Cependant, ici, pas de princesse, pas de sorcière, pas de chasseur et encore moins de sept nains qui rentrent du boulot en chantant. On est relativement loin du conte de base. Et c'est tant mieux!
L'histoire reprend malgré tout des éléments du conte de Blanche Neige, mais les détourne joliment pour en faire quelques choses de nouveau. Je citerais notamment la symbolique autour de la couleur rouge.
Si dans le conte des Frères Grimm, la couleur rouge a la signification du sang versé tant par la passion que par la violence. Il en est autrement dans Akagame no Shirayuki Hime. Ici, c'est la couleur du destin.
Le destin fait ici, se croiser une jeune pharmacienne qui fuit son pays pour éviter de devenir la concubine d'un prince imbécile, et un jeune second prince qui fuit les responsabilités de son propre royaume.
Comme tout conte, une aura que je qualifierais de sucrée entoure cette histoire. On peut le reprocher à cette adaptation. Et très honnêtement, cela peut être rédhibitoire pour qui n'aime pas particulièrement les histoires d'amour, d'amitié, d’héroïsme, de moral etc.
Moi même, je l'ai commencé à reculons en me disant que je ne m'y laisserais pas prendre mais force est de constater que j'étais dedans dès la fin du premier épisode... Bref.
Si l'aventure de Shirayuki vous intéresse, de gré ou de force il va vous falloir laissez parler la petite fille qui est en vous. Oui même toi le barbu!
Une fois ce prérequis établit, il est quasiment impossible d'être déçu par cet anime.

Les différentes facettes de l'histoire :

Au delà du fait que Akagame no Shirayuki Hime est un conte. Il va plus loin que ce que l'on peut penser à première vue et ça c'est une vraie source de satisfaction.
Tout d'abord, il prend en compte les différences sociales, ce qui complexifie grandement l'histoire et la rend plus "réaliste". Les positions hiérarchiques si souvent balayées dans la plupart des histoires de ce type, sont ici mises en valeurs et traitées.
Dans le même registre de complexification, une certaine part de l'histoire est consacrée à la politique. Politique intérieure et extérieure à Clariness. Quoi de plus normal dans un palais royal me direz vous.
Ouais, mais je rappelle que l'on est dans un conte... Cela à clairement le mérite de rendre l'histoire moins artificielle.
On nous parle également de traite d'êtres humains, de sauvegarde de la nature, de pharmacopée etc.
Je tiens à préciser que rien de tout cela n'est lourd, c'est très bien intégré.
Le seul point sur lequel, on pourrait avoir des attentes et être déçu c'est que tout cela nous est conté de manière assez lente. Que ce soit le format animé ou papier, c'est une slow storie. Cela ne m'a pas particulièrement gêné mais cela peut déranger les plus avides de développement.
On est assez loin désormais de l'image du simple conte pour enfant pour que je puisse aborder les personnages.

Les personnages :

Je vais d'abord commencer par Shirayuki. Ce que l'on peut dire d'elle, c'est que ce n'est pas un personnage niais. Elle est honnête, franche, aventureuse et ne s'émeut pas aux moindres changements qu'il y a autour d'elle. Au contraire, elle accueille ces changements avec une certaine force d'esprit, ce qui la place tout de suite dans le rang des héroïnes pas lourdingues... Elle reste pour autant un personnage doux.
On est forcé de constater la beauté du duo qu'elle forme avec le Prince Zen.
Zen est un prince presque parfait. Il incarne le prince sur son cheval blanc ce qui je dois l'avouer est un peu ridicule de prime abord. Mais, c'est un second prince. Il vit dans l'ombre de son frère, et quelque chose lui manque pour développer son plein potentiel de prince en devenir, parfait. Son caractère s'étoffe avec la rencontre de Shirayuki.
Ensuite passons à Mitsuhide, Kiki et Obi. Ces trois personnages sont, quant à eux et à mon sens, les vrais héros de l'histoire. Soutenant, fortifiant, apportant une dose d'humour non négligeable, ils sont des traits d'unions qui enrichissent vraiment l'histoire. Ce ne sont pas de simples roues de secours, leurs rôles est très important dans le développement de Shirayuki et de Zen.
Quand on voit les liens formés entre les personnages principaux, on peut s'attendre à ce que personnages secondaires soient fades et délaissés par l'histoire. Il n'en est rien.
Je ne m'attarderais pas sur eux mais ils ont chacun un caractère propre et sont traités correctement dans leurs rôles respectifs. Bien entendu, ils sont moins développés mais ils ne sont en aucun cas anecdotiques.

Franchement, j'ai été surprise de tomber sur quelque chose d'aussi rondement mené.
L'histoire est douce, certes. Mais suffisamment complexe et bien faite pour que je m'y intéresse.
Cependant, on reste dans quelque chose qui peut plaire à tous, peu importe l'âge. Et la raison qui me semble est derrière cela : C'est l'intemporalité, caractéristique propre aux contes.
Bien que l'on soit dans une élongation du genre, c'est une sensation très présente dans Akagame no Shirayuki Hime et cela permet de maintenir le récit dans la sphère de la jolie histoire sans dramaturgie exacerbée.

Un petit point sur l'esthétique de l'anime et la musique:

Je vais être honnête, la musique ne me vend pas du rêve... C'est à mon avis le seul point sur lequel, je suis déçue.
Concrètement, elle colle bien à l'ambiance mais n'est pas suffisamment variée à mon goût. On est dans la légèreté. Tout cela est bien trop doux pour moi.
De plus l'opening et l'ending ne me parlent pas. Je suis une grande fan des belles pièces orchestrales et j'avoues que tout cela m'a laissé sur ma faim.
Quant à l'esthétique, je trouve cela très beau. Nom d'une pipe que c'est joli!
Les décors nombreux sont soignés d'une foultitude de détails. Les effets sont éclatants. Et l'ambiance qui se dégage des scènes collent vraiment parfaitement à l'anime.
De plus, l'animation est à mon sens, très propre, facile à suivre et sans déformation gênante. Du beau travail, même dans les rares scènes d'actions. C'est chouette !
La réalisation est propre, sans fausse note et colle pour ainsi dire parfaitement au support d'origine.

Pour conclure :

Akagame no Shirayuki Hime est de prime abord est un conte accessible à tous et pour tous sur l'amour et l'amitié. Mais il serait dommage de le résumer qu'à cela.
Il propose une animation impeccable, de jolis décors et une histoire à plusieurs niveaux de lecture, le rendant plus complexe qu'il n'y paraît.
Je n'en demandais autant et à vrai dire je m'attendais à beaucoup moins.

L'erreur serait de croire que cet anime est seulement fait pour les midinettes en mal de tendresse.
Nan ! C'est effectivement léger et frais mais même toi la Bebar de 3 mois, tu peux trouver y trouver ton compte, quand bien même tu n'es pas la cible. La petite fille en toi, te dira merci ;).

Aller, sur ce ! Je lui octroierais la note de 8,5 et je retourne jouer avec mes petits poneys !

Verdict :9/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (6)
Amusante (0)
Originale (1)

2 membres partagent cet avis
3 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

Kilddra, inscrit depuis le 28/09/2011.
AK8.1.13 - Page générée en 0.059 seconde - 8 requêtes ★ DB.8.0.127791 ★