Exceptionnellement banal

» Critique de l'anime Assassination Classroom (TV 1) par sarthasiris le
06 Novembre 2017

Que ce soit sous son format papier ou animé Assassination Classroom a fait pas mal de bruit, la série reste une des meilleures ventes de 2015 - 2016. Plusieurs choses peuvent expliquer ce phénomène, à commencer par le scénario:

La lune a été presque entièrement détruite par un Alien tentaculaire du nom de Koro, celui-ci menace de détruire la terre et demande à être l'enseignant d'une classe, en échange il laissera les élèves tenter de le tuer durant toute une année scolaire. C'est ainsi que débute notre histoire loufoque.
Le choix de la classe n'est pas anodin, ni le fait que tous les élèves soient isolés du reste du monde. La classe "E" comme end est la pire d'entre toutes, c'est l'endroit où l'on jette tous les déchets. L'oeuvre critique donc ouvertement cet élitisme scolaire. On se rend compte que la lutte des classes commence dès l'enfance. Ce portrait sombre du système éducatif que dresse AC fait d'autant plus écho avec la mentalité Japonaise, pays où le culte de la réussite est particulièrement accentué. D'ici, en occident, nous avons tendance à idéaliser le Japon. Pourtant je peux vous assurer que nous n'avons rien à leur envier. Là-bas l’échec est intolérable, les études sont payantes, on entre donc dans un cercle vicieux où il faut pouvoir financer ses études et les réussir. Parfois les plus modestes doivent s'endetter pour financer les études de leurs enfants. Cette tension sociale a des effets assez flippants sur les étudiants qui ont des exigences démesurées envers eux-mêmes. La discipline Japonaise n'a rien à voir avec la nôtre. Le revers de la médaille étant qu'une telle pression sociale pousse à des taux de suicides record. L’échec est réservé aux déchets, ces déchets c'est la classe E que nous allons suivre.
l'Antagoniste nous fait très vite comprendre qu'il faut toujours une minorité de dominé pour servir les dominants, que les choses doivent fonctionner ainsi, comme dans une géante fourmilière. Et qu'à cet égard la classe E fait figure d'exemple nécessaire pour montrer la voie à ne pas suivre. J'irai pas jusqu'à dire que c'est une critique du capitalisme, il a tout de même matière à réflexion. Après tout, ne dit-on pas que l’école est un miroir de la société?

AC nous propose donc une vision idéalisée de ce que devrait être l'enseignement, via notre Alien à tentacules se voyant incomber la mission de transmettre le meilleur enseignement possible, avec des cours personnalisés pour chaque élève et prise en compte des faiblesses et points forts de chacun. On nage en plein fantasme, car ce n'est qu'au travers de cette étrange créature capable d'abattre le travail d'une armée de profs toute seule qu'une telle prouesse serait possible.

De bien des manières Assasination Classroom rappelle GTO, même si l'anime est bourré d'autres références relevant d'avantage du name dropping, comme Naruto, DBZ, saint seiya, entre autre. Le parallèle était assez évident, surtout quand on regarde le nombre de similarités que partagent les deux œuvres, déjà dans le développement du prof qu'il faut tuer/faire renvoyer, celui-ci se voyant confronté aux pires élèves de son établissement. Il arrive à les redresser en insufflant de sa positivité et en leur redonnant confiance en eux. D'ailleurs Onizuka et Koro sont des surhommes doublés de pervers, ils correspondent tous les deux à des idéaux moraux, des exemples à suivre.
A y regarder de plus près, c'est une série hommage qui emprunte des thématiques récurrentes. De l'humanisation d'IA, au passé sulfureux d'un tueur pro, (à l'image d'un "Phantom requiem"). Cette faculté à brasser large pourrait partiellement justifier un succès aussi retentissant.

Malheureusement, durant tout l'anime on joue très mal sur l’ambiguïté des intentions de Koro. On sait qu'il est censé être méchant, vu qu'il veut -soi-disant- détruire la terre. Pourtant dès le premier épisode on nous montre un flash très court d'un événement traumatisant et touchant qu'il a vécu. Chaque épisode on le découvre toujours plus humain, gentil, attentionné, soucieux du bien être des autres. C'est quelqu'un de très sensible, je genre à chialer comme une madeleine devant Titanic, Y'AVAIT LARGEMENT ASSEZ DE LA PLACE POUR DICAPRIO SUR CETTE FOUTUE PLANCHE DE BOIS, hum.., pardon. Après, quand ce même personnage rabâche que les élèves doivent le tuer car il représente une menace.., à d'autres. Je veux dire, depuis le premier épisode on sait pertinemment qu'il ne ferait jamais de mal à une mouche. Pour le suspens on repassera. De plus, personne ne lui demande pourquoi il veut faire péter la planète, genre à aucun moment, tout le monde s'en fout. Perso' c'est la première question qui ne viendrait en tête si je devenais intime avec une telle créature.

En fait, on ne ressent pas du tout l’ampleur de la tâche colossale qui est demandée aux élèves.
Qui ne serait pas accablé par le fait d’avoir le sort de l’humanité entre ses mains? Nos protagonistes se semblent pas s'en soucier, ils se contentent de jouer dans une piscine, faire du Baseball, sans oublier le petit épisode type vacance scolaire, indispensable. Oui, vous l'aurez remarqué: dans cet anime tout est traité de manière assez académique. Toute la classe semble prendre sa tâche de sauver la planète avec une telle légèreté que s'en est carrément surréaliste, ce qui contribue à l'humour potache assez décalée du truc, j'imagine. A part Terasaka, lui il s'en fout pas, mais bon, c'est un rôle secondaire qui passe son temps à gueuler et à se plaindre donc on s'en fout.

On a affaire à une série touche-tout et aussi très moralisatrice, comme par exemple le fait d'utiliser des flingues, mais surtout pas pour tuer des gens! Même si la vie de tes compagnons est en jeu.., idem avec des couteaux de chasse qui font 15 mètres de long, quel est l’intérêt si c'est pas pour tuer? Autant se battre avec des bouts de bois... J'ai d'ailleurs été amusé de voir que pendant un épisode ils ont quand même réussi à nous caser une scène anti-drogue en faisant la morale à un mec qui fumait des joints pour impressionner les filles... Give me a break.. Toute cette bien-pensance et ce caractère très convenu à l'arrière gout un peu trop bon enfant nous montre que l'anime traite sagement des sujets aussi sérieux et sinistres que l'assassinat et la fin du monde. Ce qui n'est pas nécessairement un mal en soi. Cependant, il sera inutile de se demander si quiconque va mourir ou si quoi que ce soit de surprenant va se produire une fois qu'on aura trempé l'orteil pour prendre la température...

Finalement AC donne l'impression d'être innovant de par son synopsis mais fini par traiter une histoire originale de manière conventionnelle. On est face à un produit impersonnel ayant quand même le mériter de soulever des questions intéressantes et de pousser à la réflexion, ce qui est assez rare pour avoir le mérite d'être souligné. Ceci-dit, il ne faudra s'attendre à la révélation de votre vie, le message le plus évident que délivre cette série pourrait se résumer ainsi: <<-Crois en toi-même, fais des efforts, tu verras que tout te sera possible si tu t'en donnes les moyens!>>

...

Ah et y'a un gars qui mange des ramens avec un flingue, rien que pour ça vous devriez jeter un coup d’œil.

Verdict :7/10
Ce que les membres pensent de cette critique :
Convaincante (8)
Amusante (2)
Originale (0)

6 membres partagent cet avis
3 membres ne partagent pas cet avis

A propos de l'auteur

sarthasiris, inscrit depuis le 20/08/2011.
AK8.1.13 - Page générée en 0.043 seconde - 7 requêtes ★ DB.8.0.128229 ★